e-deo.info

Connecté au pays réel

E-deo

Action!

Action!

Solidarité!

Archive for Océanie

Les films anticatholiques interdits sur les îles Samoa

Un peu comme les films antisémites en France.

Lu dans L'Express du 28 mai :

Le dernier film de Ron Howard, Anges et démons, a été interdit sur les
îles Samoa
(Océanie) : les autorités estiment qu'il projette une image
négative de l'Eglise catholique. Son précédent long-métrage, Da Vinci Code, avait subi le même sort.

Zones anti-homophobie

Des « zones anti-homophobie », le mot résonne d’une tolérance universelle qui se concrétise par des restrictions en tout genre. L’anti-homophobie prend donc place dans les quartiers de Sidney que fréquentent les homosexuels. L’homophobie était déjà une forme d’anti-homosexualité, voici l’anti-anti-homosexualité. Un autre niveau. Comme pour l’antiracisme, finalement. Il semblerait que les antiphobies adeptes de la tolérance universelle aient de beaux jours devant eux…

La ville de Sydney envisage de mettre en place une signalisation dans certains quartiers affichant le rejet de tout comportement homophobe mais le projet soulève la controverse. Le conseil municipal a voté ce mois-ci la mise en place de tels avertissements dans les quartiers de la ville prisés par une clientèle homosexuelle afin de prévenir les comportements déplacés, voire violents.

Cette mesure n’empêchera rien. Ils le savent, ceux qui cherchent absolument à donner des « signes forts » et autres « protections des minorités ».

«Les jeunes gens qui viennent des banlieues pour boire de l’alcool et agresser les homosexuels ne vont pas être dissuadés par un autocollant(…)Parce qu’ils ont déjà des penchants violents ou homophobes, il y a de fortes chances que cela soit pris comme une provocation.»

Rien ne changera, donc. Une mesure inutile, qui ne fera finalement qu’accentuer le malheur des homosexuels.
A croire que tous les hétérosexuels sont violents et qu’ils représentent en soi une menace…

Cathophobie en Australie

Plusieurs associations cathophobes ont constitué en Australie un collectif « baptisé » No To Pope, en réaction à la venue du Saint-Père pour la 23ème édition des Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ) dont le coup d’envoi a été donné mardi.

No To Pope rassemble plusieurs mouvements extrémistes. Associations laïcistes (Australian National Secular Association, Atheist Foundation of Australia Inc., Sydney Atheists) homofolles (Community Action Against Homophobia, Order of perpetual indulgence) ou d’extrême-gauche (Green Left, Socialist Alliance, etc…) y cotoient la secte Raël dont le symbole n’est autre qu’une croix gammée plus ou moins décorée, adepte de la « géniocratie », bien connue pour ses pratiques et son discours délirants ainsi que sa cathophobie obcessionelle. Que du beau monde!

No To Pope prétend être soutenu par la Metropolitan Community Church de Sydney, une secte « chrétienne » ouverte au comportement homosexuel, mais celle-ci dément sur son site :

The church of MCC Sydney is not affiliated with the No To Pope Coaliation. Media reports have indicated that Metropolitan Community Church Sydney is « a member of » the No To Pope Coalition. This is untrue.

La cour fédérale australienne a annulé mardi un texte de loi voté par le Parlement de Nouvelle Galles du Sud, qui visait à empêcher le collectif No To Pope d’ »importuner » les pèlerins.

Ce texte ayant valeur de loi dans l’Etat qui a pour capitale Sydney, voté avant le début des JMJ, avait été attaqué par des opposants estimant qu’il allait à l’encontre de la liberté d’expression.

La cour fédérale a estimé que l’intention du Parlement ne pouvait pas être d’interférer avec l’exercice du « droit fondamental à la libre expression ». L’article de loi visant à « empêcher les comportements dérangeants » a donc été annulé.

En revanche, les juges n’ont rien trouvé à redire à un article qui interdit la vente d’articles provocateurs, tels des T-shirts, estimant qu’elle n’allait pas à l’encontre de la liberté d’expression.

Les membres du collectif No To Pope ont alors tenté de distribuer des préservatifs aux pèlerins, sans succès

« Si tu veux rester jeune, cherche le Christ » – message du pape aux pélerins et aux Australiens

Le pape est arrivé hier après-midi à Sydney, accueilli au sortir de l’avion par le Premier ministre de l’Australie, Kevin Rudd, l’archevêque de Sydney, Cardinal George Pell, et le chef du gouvernement de la Nouvelle-Galles du Sud (NSW), Morris Iemma, et bien d’autres autorités ecclésiastiques et civiles. Voici la traduction française du message vidéo adressé le 4 juillet…

Au peuple aimé d’Australie et aux jeunes pèlerins participant aux Journées Mondiales de la Jeunesse 2008
« Vous aurez la force de l’Esprit-Saint qui descendra sur vous et vous serez mes témoins. » (Act 1.8)
Que la grâce et la paix de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ soit avec vous tous ! Dans peu de jour, je commencerai ma visite apostolique dans votre Pays, pour célébrer la 23e Journée Mondiale de la Jeunesse à Sydney. J’attends avec beaucoup d’intérêt les jours que je passerai avec vous, particulièrement les occasions de prier et de réfléchir avec les jeunes du monde entier.

Tout d’abord, je désire exprimer mon estime à tous ceux qui ont offert offert tellement de leur temps, de leurs ressources et de leurs prières. Le Gouvernement australien et le Gouvernement provincial du New South Wales, les organisateurs de tous les évènements, les membres de la communauté des gestionnaires économiques qui se sont offerts comme sponsor – vous tous qui avez soutenu généreusement cet évènement, et au nom de tous les jeunes qui participeront à la Journée Mondiale de la Jeunesse, je vous remercie sincèrement. De nombreux jeunes ont fait de grands sacrifices pour pouvoir entreprendre le voyage vers l’Australie, et je prie qu’ils soient largement récompensés. Les paroisses, les écoles et les familles d’accueil qui ont été très généreuses en accueillant ces jeunes visiteurs, méritent aussi notre gratitude et notre estime.
« Vous aurez la force de l’Esprit-Saint qui descendra sur vous et vous serez mes témoins » (Act 1.8). C’est le thème de la 23e Journée Mondiale de la Jeunesse. Comme notre monde a besoin d’une nouvelle effusion de l’Esprit-Saint ! Beaucoup n’ont pas encore écouté la Bonne Nouvelle de Jésus Christ ; beaucoup d’autres, pour différentes raisons, n’ont pas reconnu dans cette Bonne Nouvelle la vérité salvifique qui seule peut satisfaire les attentes les plus profondes de leur cœur. Le psalmiste prie : « Lorsque Tu envoies ton souffle : ils sont créés, Et tu renouvelles la face de la terre. » (Ps 104, 30). C’est ma ferme conviction que les jeunes sont appelés à être des instruments de ce renouveau, en communiquant à leurs contemporains la joie qu’ils ont expérimentée en découvrant et en suivant le Christ, et en partageant avec les autres l’Amour que l’Esprit a déversé dans leur cœur, de sorte qu’ils soient eux-mêmes remplis d’espérance et de gratitude pour tout le bien qu’ils ont reçu de Dieu, notre Père céleste.

Beaucoup de jeunes aujourd’hui manquent d’espérance. Ils demeurent perplexes face aux questions qui se présentent à eux de manière toujours plus pressante dans un monde qui les trouble, et ne savent souvent pas vers qui se tourner pour trouver des réponses. Ils voient la pauvreté et l’injustice et désirent trouver des solutions. Ils sont défiés par les arguments de ceux qui nient l’existence de Dieu et se demandent comment répondre. Ils voient les grands dommages apportés à l’environnement naturel par l’avidité humaine et luttent pour trouver des moyens pour vivre en plus grande harmonie avec la nature et avec les autres.
Où pouvons-nous chercher des réponses ? L’Esprit nous oriente vers celui qui mène à la vie, à l’Amour et à la vérité. L’Esprit nous oriente vers Jésus Christ. Il y a un dicton attribué à Saint Augustin : « Si tu veux rester jeune, cherche le Christ ». En lui nous trouvons les réponses que nous cherchons, nous trouvons les buts pour lesquels cela vaut vraiment la peine de vivre, nous trouvons la force pour continuer le chemin qui conduira à un monde meilleur. Notre cœur est sans repos, tant qu’il ne repose pas dans le Seigneur, comme le dit Saint Augustin au début des « Confessions », le célèbre récit de sa jeunesse. Ma prière est que le cœur des jeunes qui se réunissent à Sydney pour la célébration de la Journée Mondiale de la Jeunesse trouvent vraiment le repos dans le Seigneur et puissent être comblés de joie et de ferveur pour répandre la Bonne Nouvelle parmi leurs amis, leurs familles et tous ceux qu’ils rencontrent.
Chers amis australiens, bien que je pourrai passer seulement peu de jours dans votre Pays, et je ne pourrai pas voyager en dehors de Sydney, mon cœur vous rejoint tous, y compris ceux qui sont malades ou en difficulté de n’importe quel genre. Au nom de tous les jeunes, je vous remercie de nouveau pour votre soutien à ma mission et je vous demande de continuer à prier surtout pour eux. Je conclus en renouvelant mon invitation aux jeunes du monde entier de me rejoindre en Australie, la grande « terre méridionale de l’Esprit Saint ». Je souhaite vous voir ici ! Que Dieu vous bénisse tous.

Premiers échos des J.M.J.

Après les journées dans les diocèses (Melbourne, Brisbane, Wellington…), les J.M.J. sont dans leur avant-dernière phase, celle d’avant la rencontre avec le Saint-Père. L’Australie, pays des kangourous et des cacamouras, à 25 % catholique, est en train d’accueillir 500 000 pélerins, dont 5000 Français. Pour suivre cet événement, on pourra se reporter aux nombreux directs de KTO, aux émissions spéciales de Radio Notre-Dame, au site officiel, au site officiel français, au site spécial du Jour du Seigneur, à celui de La Croix, à la page spéciale du Daily Telegraph et à la page du Vatican où seront mis en ligne les textes officiels du pape – les différents groupes français de pélerins ont également chacun leur bloc-notes ici. À signaler aussi la mise en ligne du missel pontifical pour toutes les cérémonies liturgiques de ces J.M.J. Le pape est arrivé hier en Australie, et commence à faire la une des journaux d’Australie. De l’avis de plusieurs autochtones, l’événement est de même ou de plus grande importance (*) que les Jeux olympiques de Sydney en 2000.

Ce qui s’est vécu pendant ces journées dans les diocèses (outre de nombreuses conférences et formations, sans compter la rencontre avec les Australiens) : De nombreux Français en Nouvelle-Zélande découvre, outre les danses maoris, les figures de Mgr Pompallier, premier évêque de Wellington et évangélisateur de l’île, et de Suzanne Aubert, missionnaire auprès des Maoris. Messe d’ouverture pour le diocèse de Melbourne ce vendredi au Telstra Dome, grand stade couvert : 40 000 pèlerins des cinq continents, des centaines de prêtres et trente évêques, ambiance festive (danses et chants aborigènes avant la messe), drapeaux nombreux d’Europe et des Amériques, mais aussi du Liban ou de Chine. L’archevêque de Melbourne a insisté sur la grande attente des Australiens, attente d’un témoignage, de la part des pélerins, de joie, de lumière, de fraternité. Dès avant le début des JMJ, il semble que des jeunes australiens retrouvaient le chemin de l’Église.

Les gros médias sont pareils à eux-mêmes : la seule mention des J.M.J. dans le Herald Sun parlait du scandale des prêtres pédophiles (même si Benoît XVI en a parlé dans l’avion, ce n’est pas l’enjeu essentiel d’une rencontre entre jeunes catholiques et avec le Vicaire du Christ – dont le thème est l’Esprit-Saint!); la chaîne de télévision World News Australia réussit à choisir, après avoir parlé de ce même sujet, comme théologien commentateur… un ex-prêtre à la tête d’une pétition en faveur de l’ordination des femmes…
Mieux vaut aller directement à la source, et lire le message de Benoît XVI aux jeunes du monde (il y a aussi un message du Saint-Père au peuple australien et aux pélerins, en anglais ici).

Kristina Keneally, ministre de l’État de Nouvelle-Galles-du-Sud (capitale : Sydney), a indiqué à l’A.F.P. que les J.M.J. sont le « plus grand rassemblement humain cette année après les jeux Olympiques de Pékin ». « Et de fait, pour l’Australie, l’événement est plus grand que les jeux Olympiques de Sydney ».

P.S. : La grande affection de notre Saint-Père pour les chats est connue. Les responsables de l’Opus Dei (dans un centre de laquelle il loge pour l’instant – Kenthurst Study Center) ont songé à lui apporter un chat, du nom de Bella, âgé de 11 mois.