e-deo.info

Connecté au pays réel

E-deo

Action!

Action!

Solidarité!

Archive for Le dimanche, c’est sacré !

Me Vincent Lecourt sur le travail dominical : « il n’y a jamais eu autant de recours alors que la loi de 2009 devait simplifier les choses »

Le 21 janvier, le Conseil constitutionnel renforçait la constitutionnalité du repos dominical en le déclarant « conforme », confortant un droit historique et social fragilisé depuis août 2009. Le jugement rendu le 10 février contre les supérettes constitue une vraie victoire. Interrogé vendredi 11 février par Julien Chavanne sur Radio Notre-Dame, l’avocat des syndicats de la Chambre de commerce de Paris, Me Vincent Lecourt, explique pourquoi. Liberté politique a procédé à la retranscription :

Les supérettes Monop’, G20, Franprix ont été sanctionnées pour avoir ouvert après 13h le dimanche. Elles devront verser des dommages et intérêts aux syndicats et risquent une astreinte de 6 000 euros par infraction. Victoire pour les syndicats et pour le salarié ?

C’est la totalité de nos demandes qui ont été acceptées. Les enseignes ont lutté farouchement en considérant que le travail du dimanche était tout à fait possible, qu’il ne s’agissait pas de secteur alimentaire mais de secteurs plus général du commerce, estimant qu’elle n’étaient pas tenues par la réglementation à Paris.

Cette victoire est aussi un message à l’État pour faire respecter la loi à Paris et faire respecter un arrêté préfectoral tout à fait applicable.

Ce message vaut pour les enseignes. La première d’entre elles ayant ouvert le dimanche après-midi ayant entraîné toutes les autres, nous espérons que ces premières condamnations auront l’effet inverse : les premières étant condamnées, les autres pour ne pas l’être devraient fermer à leur tour fermer, et on va y veiller. Mes clients ont d’ores et déjà déclaré qu’ils poursuivraient toutes les autres enseignes qui ne seraient pas dans la légalité et quelle que soit la marque, si j’ose dire.

Cette décision dégage la voie à de nouvelles procédures. Y aurait-t-il d’autres ouvertures de magasin abusives le dimanche ?

Oui. Nous poursuivions huit supérettes, mais celles-ci sont franchisées, c’est-à-dire qu’il faut les poursuivre une par une. Quatre seulement ont été condamnées. Pour les autres, soit elles avaient fermé, soit on a considéré que les syndicats n’apportaient pas la preuve que les caisses étaient ouvertes, en dépit des tickets de caisse présentés. C’est curieux, cette reprise de la règle du droit de la preuve n’est pas vraiment choquante : cela nous conduira à mieux caractériser les infractions.

Vous avez un bouton judiciaire sur lequel appuyer. Est-ce que le problème du travail le dimanche est réglé ?

On n’en prend pas le chemin, mais la loi de 2009 fait l’objet de contestations au niveau international. Il y a des recours qui ont été portés devant l’Organisation internationale du travail qui a adressé à la France une demande d’explication en mars 2010. S’il n’est pas fait droit à cette demande ou si les explications de la France ne sont pas suffisantes, notre pays risque d’être condamné, et devrait se retrouver comme pour le CNE (contrat nouvel embauche) avec une condamnation internationale qui poussera le gouvernement à devoir réformer à nouveau la règlementation.

D’autre part la règlementation nouvelle issue de la loi de 2009 est très compliquée. Je rencontre toujours des arrêtés préfectoraux contestables. Il n’y a jamais eu autant de recours alors que la loi de 2009 devait simplifier les choses et devait sortir le législateur de l’impasse alors que pour ma part, j’estimais qu’il n’y a aucune impasse, il n’y a simplement que le respect de la loi, le respect des salariés, le respect du temps de repos libre du salarié et de vie familiale et des valeurs autres que le consumérisme à tout crin.

Est-ce que les supérettes peuvent faire appel de cette décision ?

Elles vont faire appel. D’ores et déjà, au moins deux d’entre elles ont indiqué qu’elles allaient le faire. Pour autant, elles devront appliquer la décision et je ne crains pas grand-chose de la cour d’appel. La décision est parfaite, elle est très bien motivée, en quinze pages. Pour une décision de référé, c’est assez rare et me paraît tout à fait justifiée dans la logique qui a été conduite par le juge, même s’il ne donne pas satisfaction à la totalité de mes demandes. Le juge a une logique qui, mon sens, est imparable.

Vous avez été l’avocat de tous les syndicats de la Chambre de commerce de Paris. Y-a-t-il un front uni sur le travail dominical de la part des représentants des salariés ?

Tout à fait. C’est le comité de liaison de l’intersyndicale du commerce de Paris qui s’est organisé pour avoir plus de poids, plus de force, et pour qu’on ne lui fasse pas le procès habituel de représenter une minorité. Cette unité est un bon signe pour le syndicalisme et sa modernité. »

Thibaud

Le député Vanneste premier du classement du Salon Beige

au regard des votes relatifs à la famille sur la période 2007-été 2010.

SB classement

Félicitation à lui et et à ceux qui le suivent dans ce tableau d'honneur !

Le classement des groupes à l'Assemblée nationale :

Groupes
Le classement des partis :

SB partis

Ce que valent nos députés :

SB mentions

Les groupes à l'Assemblée nationale qui pose le plus problème :

SB mentions2
Bravo au Salon pour ce travail qui permettra aux chrétiens de ne pas voter… crétin (comme c'est encore trop souvent le cas!) en 2012.

Thibaud

Le député Richard Mallié cherche lui aussi à récupérer l’électorat catholique

Le fossoyeur du repos dominical met en évidence sur son site le discours de Nicolas Sarkozy au Vatican, une vidéo de la rencontre et une photo du Saint-Père.

Cherche-t-il à faire oublier à ses électeurs chrétiens qu'il a été le rapporteur de la proposition de loi libéralisant le travail le dimanche ?

Thibaud

Journée régionale d’Icthus le 2 octobre à Angers

Programme (fichier au format .pdf).

Thibaud

Aquitaine : mobilisation syndicale pour le repos dominical

Dimanche 15 août, une vingtaine de personnes du syndicat LAB se sont réunies devant la grande surface Carrefour de Saint-Jean-Pied-de-Port (Pyrénées-Atlantiques). Le but de cette manifestation était de faire prendre conscience aux consommateurs et employés que le dimanche doit être consacré au repos.

Thibaud

Repos dominical : le compromis impossible

Michel-Fauquier Sur Liberté Politique, Michel Fauquier revient sur l'entretien accordé par Jean-Frédéric Poisson à e-deo entre les deux tours de la législative partielle de la 10ème circonscription des Yvelines qui a vu l'élection de la candidate Europe Ecologie, Anne Poursinoff.

"Première erreur, la loi Mallié ne concernerait que les chrétiens : si elle les concerne au premier chef (le repos sabbatique devenu dominical est quand même un commandement divin), il est une évidence que la loi ébranle l’ensemble de l’organisation sociale en son fondement, ce que j’ai rappelé de façon argumentée dans ma Lettre du dernier des chrétiens au premier des Français, pp. 24-29 (éditions Tempora, Perpignan, janvier 2009).

Aucun syndicat ne s’y est trompé et, pour ma part, je m’en réjouis. Je précise au passage que l’argument de l’enrichissement de Force ouvrière est à la fois inexact (même la C.F.T.C. gagne ses procès dans le cas d’espèce), et inapproprié, pour ne pas dire plus : je ne sache pas en effet qu’un syndicat fasse un procès pour gagner de l’argent, mais pour faire respecter un droit, celui du salarié. Léon XIII a dit deux ou trois choses sur la question qu’il serait bon de méditer : loin d’avoir désorienté son seul électorat chrétien, M. Poisson a certainement démobilisé ceux que les papes, depuis Jean XXIII, ont pris l’habitude d’appeler les « hommes de bonne volonté », lesquels sont, un peu comme les Patagons, plus nombreux que l’on ne pense.

Seconde erreur : « Il n’y avait pas de bonne solution. Quand j’en ai demandé une, personne ne me l’a fournie. » Je me rappelle pourtant, et je ne crois vraiment pas avoir été le seul, que j’avais discuté de ce point avec M. Poisson. La solution était très simple ; faire appliquer la loi (l’ancienne) en faisant fermer les magasins la transgressant, ce qui a été fait à Nantes avec un succès immédiat juste après le vote de la loi Mallié. Une grande enseigne vendant des meubles, ne reculant pas devant des méthodes de voyou tout en entretenant soigneusement la chimère de son « modèle social », avait en effet tenté d’ouvrir le dimanche en décembre 2009… Contre l’avis du Comité d’Entreprise… et alors qu’elle n’était pas dans les tristement fameux P.U.C.E. (Périmètre d’usage de consommation exceptionnel) prévus par la loi (cf. Presseocean.fr) !

L’envoi de quelques C.R.S. a tout fait rentrer dans l’ordre en quelques minutes… et le dirigeant de ladite enseigne n’a trouvé personne pour soutenir son attitude inqualifiable, certainement pas ses employés, déjà contraints de travailler deux soirs par semaine jusqu’à 21 H 30 min. Ces employés sont pourtant « volontaires » nous dit-on : pour ma part, quand je suis allé constater la situation sur place, je les ai trouvé plus fatigués que volontaires, et j’ai compté plus d’employés âgés de la trentaine ou de la quarantaine que de « jeunes étudiants finançant leurs études par des petits boulots du soir », ceux au nom desquels on a justifié la loi Mallié.

Troisième erreur : « Je suis allé au bout de ce que je pouvais faire sur ce texte de loi. » De toute évidence non, à moins de considérer qu’un député n’aurait pas le droit de voter contre un texte de loi présenté par la majorité à laquelle il appartient. Si tel était le cas, il faudrait alors admettre que les électeurs n’élisent pas des députés qui les représentent en défendant leurs intérêts, mais des godillots seulement destinés à capter leurs suffrages pour en apporter les dépouilles à leurs partis ou groupes parlementaires. La loi Mallié, qui pose déjà un grave problème social, pose donc de surcroît un problème institutionnel : comment notre système, supposé démocratique et reposer sur l’exercice de la liberté individuelle, peut-il régulièrement amener des députés à voter sous la contrainte des textes rejetés par une majorité écrasante de leur électorat ?

Compromis ou discipline de parti ?

Dernière erreur : les électeurs de la 10ème circonscription des Yvelines auraient « soldé les comptes » en votant dimanche dernier pour M. Poisson. Ils n’avaient pourtant aucune raison de le faire, la position de M. Poisson n’ayant manifestement pas changé, puisque, à la veille du second tour, il semblait toujours estimer que la loi Mallié était un moindre mal. Or, loin d’être un texte amélioré par rapport au projet initial, la loi Mallié est le pire des textes qui ont été élaborés. Sait-on ainsi que la loi Mallié, présentée cyniquement par le législateur comme « réaffirmant le principe du repos dominical » (loi 2009-974 du 10 août 2009), contient, entre autres, cette disposition monstrueuse :

« Les autorisations [d’ouverture dominicale] prévues aux articles L. 3132-20 et L. 3132-25-1 sont accordées au vu d’un accord collectif ou, à défaut, d’une décision unilatérale de l’employeur prise après référendum [...]. En l’absence d’accord collectif applicable, les autorisations sont accordées au vu d’une décision unilatérale de l’employeur, prise après avis du comité d’entreprise ou des délégués du personnel, lorsqu’ils existent, approuvée par référendum organisé auprès des personnels concernés par cette dérogation au repos dominical » (art. L. 3132-25-3).

En clair, la loi permet à l’employeur, moyennant une mascarade démocratique (un simple avis des employés), de s’asseoir sur l’opinion de ses employés (décision unilatérale de l’employeur). Comment un chrétien pourrait-il justifier une telle forme d’asservissement ?

Finalement, cette affaire est symptomatique d’une erreur d’appréciation qui fait des dégâts considérables : à entendre certains, la seule façon d’agir en politique consisterait à faire des compromis et, mieux, à justifier ces compromis, les électeurs qui n’avaliseraient pas cette tactique hasardeuse étant en dernier ressort les seuls coupables de l’élection d’« un député d’extrême-gauche. »

Mais, si on peut imaginer bien des domaines où les compromis sont pensables et même souhaitables (par exemple à propos d’un tracé d’autoroute ou d’un plan d’aménagement urbain), ceci reste-il valable pour une question aussi déterminante que le repos dominical ? En fait, ce que d’aucuns appellent un « compromis », s’apparente à une culture de la soumission à la discipline de parti. Les électeurs eux, n’élisent pas des partis, mais des hommes, et ils attendent que ceux-ci se comportent en conséquence. Si ces hommes font taire leur conscience, ils doivent s’attendre à ce que leurs électeurs fassent taire leurs suffrages.

Thibaud

Jean-Frédéric Poisson : « les chrétiens m’ont déjà fait payer la note en septembre dernier, il faut savoir solder les comptes »

Aux législatives partielles de Rambouillet dimanche dernier, la candidate de gauche Anny Poursinoff (Verts) est arrivée en tête (42,62%), devançant de deux points (511 voix) le député sortant Jean-Frédéric Poisson (UMP), ancien suppléant de Christine Boutin (40,71%). Troisième, le candidat du FN Philippe Chevrier obtient 7,48% des voix. Le parti du Front de Gauche arrive quatrième avec 4,05% du scrutin. Le candidat du Nouveau Centre totalise 3,19% des suffrages. La participation a été faible (26,75%). C’est donc un second tour serré qui se profile dimanche prochain…

Jean-Frédéric Poisson, bonjour. Merci d’avoir accepté de répondre à nos questions par téléphone. Qualifieriez-vous cette campagne de « difficile » ?

Bien sûr qu’il s’agit d’une campagne difficile mais ni plus ni moins que d’habitude. Toutes les élections partielles sont difficiles. De plus, il est toujours délicat de mobiliser en période de vacances et qui plus est par ce climat. Le contexte économique et social ne facilite rien.

Est-ce que la droite et vous particulièrement (« le syndrome de Rambouillet« ) ne payez pas le crédit accordé aux thèses écologistes par le gouvernement il y a encore quelques mois ? Les gens (y compris de droite) préfèrent voter pour l’original que pour la copie, parce que la copie a légitimé l’original…

Dans ce que disent les écolos, il y a, notamment pour un chrétien, sur le plan du constat, des choses vraies mais je ne partage pas leurs solutions. Sur ces sujets, la droite n’a pas attendu la gauche et par exemple, le Parc national de la Vallée de Chevreuse est une invention d’élus de droite. Tous les gens de droite n’ont pas compris que voter pour les Verts, c’est voter pour l’extrême-gauche : ils se prononcent pour la semaine de 32h et même de 28h pour certains, pour la légalisation de stupéfiants, etc. Vous savez, le projet de circuit de F1 à Flins défendu par l’ancien président UMP du Conseil général des Yvelines (Pierre Bédier, NDLR) n’a pas du arranger les choses. Ce qui peut également expliquer la faible mobilisation de l’électorat de droite au second tour l’année dernière est mon avance de 24 points lors du 1er tour de septembre. Les gens se sont dits que c’était gagné…

La forte minorité chrétienne pratiquante de Rambouillet a toujours en travers de la gorge votre vote relatif au travail dominical…

ça fait 150 fois qu’on me parle de ça. Il appartient aux chrétiens de Rambouillet de savoir s’ils préfèrent un député de droite ou un député d’extrême-gauche. Je ne sais pas combien de fois on va me faire payer ça… Il fallait faire quoi ? Laisser des entreprises payer 50 000 euros d’astreintes par dimanche ouvert ? Continuer à enrichir Force Ouvrière qui gagnait systématiquement devant les tribunaux ? Il n’y avait pas de bonne solution. Quand j’en ai demandé une, personne ne me l’a fourni…

Joseph Thouvenel, le secrétaire général de la CFTC, parle d’une « prime à la délinquance » pour les magasins qui bafouaient la loi...

L’accord final que nous avons trouvé est un bon accord. Il y avait 180 exceptions avant le vote de la loi. Je sais que ça ne justifie rien mais trois millions et demi de Français travaillent le dimanche. Voilà la réalité ! Et puis il n’y a pas ce déferlement annoncé par certains. Peut-être que l’histoire, les années à venir me rendront justice…

Mais vous savez bien que dans ces cas-là, on commence à instaurer des exceptions qui deviennent dans les faits et progressivement la règle. Un peu comme la loi Veil réaffirmait le droit à la vie mais posait des exceptions…

Le cadre légal est en l’espèce complètement clair. Bien sûr, cela requiert pour marcher correctement une culture patronale un peu différente. Car je sais bien que certains patrons ne respectent pas toujours leurs salariés. Vous savez, j’ai répondu 100 fois sur ce sujet. Je suis allé au bout de ce que je pouvais faire sur ce texte de loi. Et les députés de droite hostiles au travail dominical n’auraient de toutes les façons pas voté avec la gauche. On a fait en sorte que le gouvernement s’aligne sur notre positionnement comme je l’ai écrit dans Valeurs Actuelles. Traiter la situation ne signifiait pas faire fermer des entreprises alors qu’on traverse une période de crise. Après, il n’est pas question que le dimanche ne devienne un jour comme les autres car il ne l’est pas. Je pense qu’avec ce texte de loi, on a atteint une forme d’équilibre à l’origine pas forcément envisageable au départ. Vous savez, je suis prêt à rencontrer tous ceux qui souhaitent des explications sur mon vote relatif à l’exception de travail dominical. Les chrétiens m’ont déjà fait payer la note en septembre dernier, il faut savoir solder les comptes…

Selon vous, votre concurrente au deuxième tour Anny Poursinoff est d’extrême-gauche…

Elle est alignée sur le programme des Verts avec tout ce que cela comprend : grève du 3ème ventre d’Yves Cochet, euthanasie active, etc

Que pensez-vous des propos récents de Roselyne Bachelot (le 15 juin au Sénat) (« l’IVG est présentée comme un mal nécessaire. Je ne m’associe pas à cette présentation négative. La loi de 2001 a adapté l’IVG mais il reste à s’assurer de son application. Le rapport de l’Igas, rédigé à ma demande, indique que la France est au premier rang mondial pour la couverture contraceptive. L’IVG reste stable et notre taux de fécondité est parmi les plus hauts en Europe : nous n’avons pas donc de culpabilité à avoir.« )

C’est l’opinion majoritaire en France qui déborde dans de plus en plus de formations politiques. Ma position est claire sur ces sujets : je me suis battu contre l’extension du DPI à la trisomie 21 et ai voté contre le rapport de la mission portant sur la révision des lois de bioéthique. Je me suis opposé à la proposition de loi de Manuel Valls qui visait à légaliser l’euthanasie, etc

Je profite de cette rencontre par téléphone pour vous remercier pour vos prises de position courageuses contre la christianophobie de certains groupes invités à se produire au Hellfest malgré les appels au meurtre contre les chrétiens et aux profanations qu’ils ont l’habitude de lancer…

Sur ce sujet, sachez que je vais demander aux autres communautés religieuses comment elles comptent réagir par rapport à ces insultes et à ces menaces proférées contre leurs frères chrétiens. Je vous tiens au courant…

Propos recueillis par Thibaud COUPRY.

Le blog occidentaliste « drzz.info »

sauvé des eaux.

Addendum : un lecteur nous signale que le nouveau propriétaire de drzz.info se décrit comme un "lobbyiste" et se vante d'avoir "[fait] passer" la loi sur le travail dominical. Drôle de façon de défendre "l'Occident chrétien"…

Thibaud

Travail dominical : l’exception est déjà en train de devenir la règle

à Paris.

Thibaud

Cholet : ouverture des magasins le dimanche pour compenser le manque à gagner du à des travaux

Benoît Crespin, secrétaire général adjoint des Jeunes CNI, réagit à notre post sur l'ouverture des magasins du centre de Cholet dimanche dernier :

Cette ouverture répond au manque à gagner du au travaux de la nouvelle
galerie marchande en centre ville. L'ouverture n'est autorisé que pour
deux week-end et en centre ville uniquement.

A noter que l'opposition de gauche au conseil municipal a voté contre cette autorisation.

Thibaud

Gilles Bourdouleix et le travail dominical

Un lecteur choletais nous signale :

Gilles Bourdouleix a autorisé l'ouverture des magasins de centre ville ce dimanche 20 décembre.

Opposant déclaré au travail dominical, le député-maire de Cholet et président du CNI, absent le jour du vote de la loi à l'Assemblée nationale, avait regretté que son vote (en faveur de la loi) ait été "mal exprimé".

Thibaud

Agir contre les délinquants du dimanche

La dynamique "Association marnaise christianisme et société" (blog) vient d'envoyer cette lettre (fichier au format .pdf) au préfet de la Marne :

(…) Je vous avais écrit le 23 septembre 2009 au nom de l'Association Marnaise Christianisme et Société (AMCS) pour vous signaler que Carrefour de Reims – Cernay avait distribué des bons de réductions (8€ pour un achat de 80€) utilisable le seul dimanche 27 du mois et je vous avais demandé si cette ouverture entrait dans un cadre légal.
Vous aviez eu l'amabilité de me répondre par lettre du 13 octobre en m'indiquant que cette ouverture avait bien eu lieu dans un cadre légal, celui de l'article L 3132-26 du code du travail qui indique que « dans les établissements de commerce de détail où le repos hebdomadaire a lieu normalement le dimanche, ce repos peut-être supprimé les dimanches désignés, pour chaque commerce de détail, par décision du maire » et vous me précisiez que ledit article précise que « le nombre de ces dimanches ne peut excéder cinq par an ». Vous m'indiquiez que Carrefour avait bien obtenu une dérogation par arrêté du maire de Reims. Le maire de Reims a par ailleurs répondu dans le même sens.

Tout en me demandant s'il ne conviendrait pas au plan de la doctrine, ou par voie de jurisprudence dans le cadre d'un contentieux, se demander si un super ou un hypermarché répond aux critères du commerce de détail, j'appelle maintenant votre attention sur l'ouverture tous les dimanches matin du Carrefour Market de Reims Jacquart (47 rue Gosset à Reims). Nouvelle appellation de l'enseigne Champion, les ouvertures de ce type existent depuis des mois. Je viens d'ailleurs de m'assurer par téléphone de leur caractère systématique. Par ailleurs, après des recherches complémentaires, il m'est apparu que le site internet du magasin (http://www.carrefour.fr/magasin/market-reims-jacquart) précise le caractère systématique de ces ouvertures. Il me semble dès lors qu'il y a contravention par rapport à la loi et qu'un contrôle de l'inspection du travail devrait en consigner les fait aux fins de poursuites ou au moins d'invitation à rentrer dans le cadre prévu par la législation. (…)

Thibaud

Le travail du dimanche toujours d’actualité!

9782916053561.jpgLes atteints eu repos dominical se banalisant, Civitas met en ligne une conférence de Michel FAUQUIER (issue de la dernière session pour jeunes), professeur agrégé d’histoire et auteur d’une "Lettre ouverte du dernier des chrétiens au premier des Français".


Il
est également l’auteur d’autres ouvrages : Aux sources de l'Europe, La
vie religieuse dans les cités grecques aux VIème, Vème et IVème
siècles, Itinéraire d'un jeune résistant français 1942-1945.


Le repos dominical socialement incontournable ?

podcast

Un reportage effectué par DICI montre par ailleurs la mobilisation des militants et les conférenciers s'exprimant sur le sujet. Pour Dieu et la patrie!

Véronique Besse va alerter le gouvernement sur le coût du PaCS pour la société

Le député indique qu'elle va "sensibiliser ses collègues" et "demander une étude parlementaire sur le sujet".

EXCLUSIF ! Le député Véronique Besse (non inscrite, MPF) prend position contre le PaCS suite au lancement de la campagne "Vive le mariage !" :

Besse Comme vous le signalez, la famille est la cellule de base de la
société. Tout ce qui contribue à l'affaiblir menace en réalité notre
société toute entière
.

Les atteintes aux familles ont été nombreuses au cours des derniers
mois
. Sur la question de la surpression de l'avantage accordé aux mères
de familles pour leur retraite, j'ai été le premier parlementaire à
interpeller publiquement le ministre du Travail, Monsieur Xavier
Darcos. Notre mobilisation a permis que l'avantage accordé aux mères de
familles soit maintenu.

Concernant le travail dominical, je suis également intervenue à la
tribune de l'Assemblée nationale pour défendre ce jour de repos qui est
essentiel pour la vie de millions de famille. Contrairement à de
nombreux députés initialement réticents mais finalement convaincus,
j'ai voté contre la proposition de loi concernant le travail dominical.

Je n'étais en revanche pas député au moment de l'adoption du PACS.

Croyez bien que si tel avait été le cas, j'aurais voté contre ce texte,
comme l'ont fait d'ailleurs les députés du Mouvement pour la France de
l'époque.

Je considère en effet que le PACS a des conséquences particulièrement
néfastes sur notre société. Toutes les études le prouvent : le «
non-mariage » a sur les ménages un coût très lourd, et pas seulement
d'un point de vue économique. Il fait subir aux personnes, et en
premier lieu aux enfants, de multiples souffrances à la fois
affectives, psychologiques et identitaires. Le « démariage » institué
par le PACS et censé accroître nos libertés, est en réalité source
d'instabilité identitaire et d'encadrement juridique pour les familles.

Je compte alerter le gouvernement sur le coût du PACS pour notre
société et demander une étude parlementaire sur le sujet afin d’en
évaluer sérieusement et objectivement les conséquences et de
sensibiliser mes collègues députés sur le sujet
.

Il n'est pas trop tard pour demander à nos élus et à l'UMP l'abolition du PaCS !

Thibaud

Chrétien ne signifie pas crétin

nous explique Polydamas.

« Le monde moderne est envahi de vieilles vertus chrétiennes devenues folles. » GK Chesterton

Thibaud

EXCLUSIF ! Gilles Bourdouleix réagit à la polémique

Le député-maire de Cholet nous écrit :

J'ai lu avec attention les réactions à mon interview, en particulier sur deux sujets : l'IVG et le PACS. J'avoue que cette lecture m'a sidéré. J'ai toujours été attaché au I de CNI, c'est à dire à l'indépendance et toujours été allergique à des I comme intolérance et intégrisme.

Cela me choque d'autant plus quand de tels commentaires viennent de catholiques, moi qui depuis très longtemps entretient un dialogue permanent et tellement enrichissant avec des représentants de l'Eglise sur tous les sujets de société.

Bourdouleix2 Concernant l'interruption volontaire de grossesse, je rappelle la situation antérieure à la loi l'autorisant. Des femmes fortunées pouvaient se rendre dans des pays acceptant cette pratique. D'autres devaient avoir recours à des expédients sordides qui mettaient leur vie en danger. La loi a permis une intervention médicale qui peut blesser l'âme mais préserve le corps. Et j'assume mon adhésion à cette loi. Elle n'exclut pas l'information, le soutien, l'encouragement aux méthodes contraceptives. Si j'avais été législateur à l'époque de la loi Veil, j'aurais voté ce texte pour laisser le libre choix avec la garantie d'une protection médicale. D'ailleurs, j'indique qu'à aucun moment le programme du CNI ne propose de revenir sur la loi IVG. Chaque femme confrontée à une telle interrogation ne peut répondre qu'avec sa conscience. Je suis homme et donc jamais je ne serai confronté dans ma chair à cette éventualité. C'est pourquoi, je ne jugerai pas.

(e-deo : il ne s'agit pas de juger les femmes qui avortent. Elles sont, avec leurs enfants, les premières victimes de l'absence de proposition de solutions alternatives par les pouvoirs publics. Nous constatons que suite au vote de la loi Veil, l'avortement a été banalisé. C'est factuel : depuis les années 70, la pratique de l'IVG a fortement augmenté (et la propagation des moyens de contraception n'a pas eu l'effet escompté. Au contraire, il semblerait que la mentalité contraceptive conduise tout droit à la mentalité abortive) comme l'affirme l'INED : http://www.cpdh.info/npds/sections.php?op=viewarticle&artid=110. Quand on sait qu'aujourd'hui 40% des Françaises ont avorté, avortent ou vont avorter, il est urgent d'agir. Nous comptons sur nos élus pour cela!)

Concernant le PACS, j'observe que c'est typiquement le débat qui suscite la caricature, ou plutôt les caricatures : celle du lobby homosexuel, absolument pas représentatif et qui joue la provocation jusqu'au-boutiste ; celle d'une minorité homophobe qui détourne le texte de sa réalité. Le PACS est un acte juridique que signent deux individus et qui leur apporte des droits mutuels et des droits vis-à-vis de la société. Les PACS entre deux personnes de même sexe sont extrêmement minoritaires. C'est vrai que le PACS pour les autres vient "concurrencer" le mariage. Mais en quoi cela concerne-t-il la religion ?

(e-deo : l'Etat doit encourager certains comportements constructifs, qui sont la norme, c'est à dire l'union d'un homme et d'une femme qui donnera naissance à des enfants. C'est pour cela qu'un célibataire paye plus d'impôts qu'un couple ayant des enfants. Le PaCS légitime et banalise l'homosexualité qui doit rester quelque chose de privé et qui n'a pas à être encouragé par les pouvoirs publics. Il est, comme le déclare Annick du Roscoät, "la première étape vers le "mariage" homo". La revendication du "mariage" homo n'est d'ailleurs arrivée qu'après le vote du PaCS…) 

Ce n'est pas le mariage religieux qui est en cause. Ceux qui veulent se marier à l'église doivent de toute façon passer à la mairie. Ceux qui ne le souhaitent pas peuvent opter pour un mariage civil, un PACS ou rien. Le PACS n'a pas diminué le nombre des mariages. Les statistiques le montrent. Cela prouve qu'il est choisi par des personnes qui refusent le principe du mariage et n'avaient jusqu'à présent aucun lien juridique. Je fais une autre observation que vérifient aussi les chiffres : le nombre d'échange d'anneaux à l'issue du mariage civil augmente. C'est le constat que le mariage civil n'est plus presqu'automatiquement suivi d'un mariage religieux comme jadis. C'est bien la preuve que le PACS n'a pas influé sur ce mouvement. Personnellement, en tant que Maire, j'ai déjà indiqué que je suis prêt à accepter à la mairie pour une cérémonie privée un couple pacsé, y compris s'agissant de deux personnes de même sexe. J'ai aussi précisé que cela ne peut pas être un mariage et qu'il n'y aura pas le cérémonial de celui-ci. La loi ne le prévoit pas actuellement et je ne suis pas favorable à ce qu'elle évolue dans ce sens. Contrairement à ce qui a été affirmé, il n'est pas écrit dans le projet politique de notre mouvement qu'un maire CNI s'engage à refuser de recevoir des pacsés. Le mandat en tout état de cause ne peut être impératif. Quant à moi, je suis élu municipal sans étiquette et je rends compte à mes concitoyens.

Dans un autre domaine, j'ai systématiquement refusé le baptême républicain. Le baptême est un sacrement religieux. Au plan républicain, la naissance est enregistré à l'état civil. A 18 ans, le jeune acquiert la majorité avec notamment le droit de vote. Le souhait des parents de donner parrain et marraine à son enfant sans pour autant accepter le baptême religieux n'est pas une raison sérieuse pour inventer un acte que la loi ne prévoit aucunement.

Le projet du CNI prévoit en page 5 le "refus du mariage homosexuel et de l'homoparentalité". Je suis parfaitement en phase et je n'ai jamais dit autre chose. Le mariage est l'union d'un homme et d'une femme qui fondent une famille qui s'élargira éventuellement à des enfants. Ce ne peut être l'union de deux personnes du même sexe, pour lesquelles il me paraît logique de prévoir une formule juridique pouvant s'appliquer à eux. Je précise avoir dans ma sphère de relations des couples homosexuels dont l'entente et le bonheur qu'ils dégagent pourraient être un exemple pour beaucoup. On voudra bien m'excuser si je ne me sens pas le droit de juger les choix sexuels d'un individu, ce qui relève totalement à mon sens de la sphère privée.

J'ai exprimé également mon hostilité à l'adoption par des homosexuels, ce qui est un peu différent de la notion d'homoparentalité. Celle-ci peut intervenir en raison d'un parcours de vie qui a pu faire évoluer la sexualité d'une personne. Là encore, je ne jugerai pas. Et qui peut juger ? Accepter de juger est-il chrétien ?

(e-deo : un chrétien a le droit de juger un comportement, pas une personne. Le but de notre pèlerinage ici-bas étant le Salut de tous, si mon prochain à qui je veux du bien vole, mon devoir est de lui dire que ça n'est pas bien, ce qui ne signifie pas le juger.)

La société évolue. On peut être satisfait ou déçu. La loi doit aussi évoluer, dans le respect de nos valeurs, même si parfois, elle s'éloigne de celles que prônent la religion. L'essentiel est de percevoir la frontière qu'il ne faut pas franchir. La loi a institué le divorce, condamné par l'Eglise. Mais j'ai le droit de me dire choqué quand j'apprends des annulations de mariage par exemple pour Caroline de Monaco, il y a quelques années ou pour le Comte de Paris, il y a quelques mois. Le statut social et l'argent ouvrent des portes. Tolérons que la loi en ouvrent d'autres pour les anonymes.

Je déplore, comme beaucoup, que la religion catholique traverse une crise. Ce ne sont pas dans certaines lois sociétales qu'il faut en trouver les raisons. Ce n'est pas en changeant ces lois que l'on trouvera les solutions. J'ai mes convictions sur ce sujet. Mais il ne m'appartient pas en tant que politique de les exprimer publiquement.

Quant au vote catholique qui me serait refusé, je reste abasourdi d'une telle menace. Je rejette cette notion comme je me bats contre toute idée de vote musulman, comme je me bats contre les pseudo préceptes religieux, tel le voile intégral, qui bafouent nos valeurs nationales. Mais je me bats en revanche pour les piliers de notre société. C'est ainsi que je suis favorable au repos dominical, même si un regrettable incident m'a fait voter différemment, sachant que contrairement à la rumeur répandue par des gens mal-informés, une information précise a été diffusée sur la réalité de ma position.

On ne peut pas condamner une attitude d'une religion et accepter la même d'une autre religion, fut-ce la sienne.

(e-deo : L'islam ne connaît pas la laïcité qui est la distinction entre le temporel et le spirituel et qui a été inventée par Jésus. La séparation entre le temporel et le spirituel n'est rien d'autre que le laïcisme propre à la France depuis la Révolution française. Le respect de la vie, la défense de la famille, etc… ne sont pas des préceptes religieux mais des impératifs du droit naturel rappelés par l'Eglise.)

La laïcité est une double protection : celle de la liberté de religion ; celle de l'individu face aux excès d'une religion.

Et pour moi, s'il est un message essentiel de ma religion et c' est pourquoi je n'en changerai pas, c'est celui de tolérance et de respect de la différence de l'autre. A chaque fois que je dois décider en tant que législateur ou qu'élu local, c'est ce message qui m'inspire.

                                                                                Gilles Bourdouleix

« Le dimanche est notre héritage des siècles de chrétienté »

Le général Legrier, président du Mouvement catholique des familles répond aux questions de l'Institut Civitas sur le travail dominical :

Le repos du dimanche avait été supprimé par la révolution sur l’influence des philosophes des lumières (l’Encyclopédie prônait le travail du dimanche « pour l’enrichissement de tous » !). Rétabli par Louis XVIII, il était tombé en désuétude sous Louis Philippe (sanctions non appliquées) et aboli en 1880. On peut sérieusement douter que les femmes et les enfants travaillant 12 heures par jour au 19ème siècle se soient pleinement épanouis dans cette situation. Les catholiques sociaux se sont battus notamment pour son rétablissement qui n’interviendra qu’en 1906, dont la loi sera fondée sur deux valeurs : le repos et la famille. (…) la loi de 2009 est bien une régression sociale pour une finalité mercantile.

Il peut bien sûr et heureusement y avoir d’autres moments de convivialité familiale, mais ils sont variables selon les circonstances et donc incertains. Si on trouve des prétextes pour ne pas respecter le dimanche, on en trouvera de bien plus plausibles encore pour les autres jours de la semaine. La messe anticipée du samedi soir n’a pas, que je sache, augmenté la pratique ni la ferveur religieuse. Depuis la genèse, le septième jour est consacré au repos, pour que l’homme, au moins ce jour là, se souvienne de Dieu. Le dimanche est notre héritage des siècles de chrétienté, conservons-le au moins comme nous entretenons nos cathédrales et les calvaires aux carrefours de nos routes.

Thibaud (merci à AE)

Succès pour le Forum Familial de Cholet

Quand cette idée a
été lancée, nous ne nous imaginions pas à quel point le travail allait être au
rendez-vous, combien d’embûches et de difficultés nous allions rencontrer. Si
nous en avions eu une vue exacte, sans doute que notre énergie aurait été
quelque peu malmenée même si nous ne sommes pas du genre à abandonner dès les
premières difficultés. Nous pouvons toutes et tous en témoigner : le Seigneur en
personne nous a accompagnés et le succès final de cette aventure est le Sien, à
travers nous.

UN PUBLIC VARIE ET
RENOUVELLE

Avec presque 150
personnes présentes (le double de l’année dernière) dont beaucoup de jeunes
familles que nous ne connaissions pas ou de très loin, c’est à un profond
renouvellement auquel nous avons assisté avec cette première édition de ce Forum
Familial. Près de 100 personnes ont assisté au concert de Steven Riche dans une
ambiance « survoltée » avec la présence de nombreux jeunes ! Le bouche à oreille
a manifestement fonctionné et l’on est venu non seulement du Choletais mais de
plus loin.

plus »

[Action!] Tractage contre le travail dominical samedi 24 octobre à Paris

Alors que des Bretons se mobilisent contre le travail dominical, on nous informe que :

Civitas organise un nouveau tractage contre la loi scélérate du travail dominical le samedi 24 octobre. Le rendez-vous est fixe à 15h30 place de l'Hôtel de Ville à Paris. Merci de contacter notre secrétariat (01 34 11 16 94 ou secretariat@civitas-institut.com) pour toutes les questions. Pour l'Eglise et la France.

Thibaud

Mobilisation à Lanvallay, Saint Brieuc, Saint Malo et Rennes. Des catholiques lancent un appel à se mobiliser contre le travail le dimanche


La loi Maillé, votée dans la discrétion cet été, a ouvert dangereusement la possibilité du travail le dimanche.
Dangereusement car cette loi apparaît néfaste sous au moins trois aspects :

Elle est antisoc6a01156fa733b9970c0115724b9b7b970b-800wi.jpgiale
car elle rend plus difficiles les échanges et les rencontres entre
groupes ou individus dans une société qui souffre déjà d'une trop
grande atomisation,
Elle est antifamiliale car elle supprime
le seul jour où parents et enfants pouvaient se retrouver et se livrer
pendant quelques heures à une activité commune,
Elle est antichrétienne car elle balaye la notion de Jour du Seigneur qui appartient à notre patrimoine culturel, que l'on soit croyant ou pas.

C’est pour ces raisons, tant religieuses que pratiques, que des catholiques de la région (Lanvallay, Saint Brieuc, Saint Malo et Rennes) ont décidé de lancer un vaste appel à la mobilisation contre le travail le dimanche.

Cette mobilisation ne concerne pas
que les catholiques, elle s’adresse aussi à toutes les personnes de bon
sens qui souhaitent le maintien du repos dominical.
A l’initiative du Prieuré de Lanvallay et de l’institut Civitas une réunion se tiendra le lundi 19 octobre à 20 heures à la salle des fêtes de Lanvallay
pour lancer officiellement cette mobilisation et préciser les étapes de
cette démarche. Cette action doit aboutir à dissuader les maires de
lancer la procédure qui autoriserait les commerces de leur commune à
ouvrir le dimanche.

Interviendront à cette réunion :

– Monsieur l’abbé Barrère, responsable du Prieuré de Lanvallay : Tu respecteras le Jour du Seigneur
- Alain Escada, secrétaire général de l’Institut Civitas : la mobilisation contre le travail le dimanche
- Hervé de Cacqueray, paroissien du prieuré de Lanvallay : entreprendre des actions locales.

Pour plus d’information :
Secrétariat Civitas : 01.34.11.16.94

Institut Civitas