e-deo.info

Connecté au pays réel

E-deo

Action!

Action!

Solidarité!

Archive for UE/Turquie

Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe : des Turcs

à la présidence et à la vice-présidence

Thibaud

Les Jeunes du PCD soutiennent la proposition d’amendement du député Mariton

Communiqué

Jeunes-pcd Hervé Mariton, soutenu par plus de 50 députés UMP, a fait adopter ce mardi 9 novembre par la Commission des Finances de l'Assemblée Nationale un amendement en faveur du rétablissement de l'avantage fiscal pour les jeunes mariés.

Rappelons que le gouvernement a proposé en septembre dernier la suppression de cet avantage dans la loi de finance pour 2011. Ainsi, à partir de la déclaration de revenus 2011, pour l'impôt payé en 2012, les jeunes mariés ne pourraient plus bénéficier l'année de leur mariage d'une réduction de leur impôt sur le revenu.

Les Jeunes du Parti Chrétien-Démocrate saluent et soutiennent cette proposition d'amendement d’Hervé Mariton.

Les Jeunes du PCD conviennent, avec le gouvernement, que certaines niches fiscales doivent être rabotées pour rétablir les comptes publics mais pourquoi s'attaquer en priorité à cet avantage fiscal en faveur des familles? Que des jeunes mariés bénéficient d'une réduction d'impôt sur le revenu la première année de leur mariage est une mesure qui peut inciter les jeunes à s'engager et à sortir de l'instabilité du concubinage.

N'est ce pas le rôle de l'Etat de soutenir l'institution du mariage en reconnaissance de la contribution des familles à la société ?

Thibaud

La Turquie persiste à vouloir entrer en UE

dixit Recep Tayyip Erdoğan :


Thibaud

Des députés MPF, UMP et NC contre les financements français versés à la Turquie

Le MPF communique :

Mpf Dans le cadre de l'examen du projet de loi de finances qui débute la semaine prochaine à l'Assemblée nationale, Véronique Besse et Dominique Souchet ont cosigné un amendement avec une cinquantaine de députés UMP et Nouveau Centre. Chaque année, 127 millions d'euros sont versés par la France à la Turquie par le biais de l'Union européenne.

Pour Véronique Besse et Dominique Souchet, co-auteurs de cet amendement, l'arrêt de ce financement est triplement justifié :

 D'abord parce que, compte tenu de la dette croissante de notre pays et du contexte économique, la France n'en a plus les moyens ;

 Ensuite, parce que la Turquie ne remplit à ce jour qu'un tiers de ses obligations par rapport au calendrier fixé ;

 Enfin, car la Turquie n'est pas en Europe et par ce que cette adhésion n'est pas souhaitée par les Français.

Thibaud

La Grande Porte entre par la petite…

La Turquie participe au championnat d'Europe d'athlétisme 2010. Pour habituer le bon peuple à l'idée (fausse) qu'il s'agit d'une nation européenne ?

Thibaud (merci à CE)

Assassinat du chef de l’église catholique en Turquie, rappel

Ce n'est pas le premier fait de ce type, mais au contraire la suite d'une escalade qui dure depuis plusieurs années et est sûrement appelée à se poursuivre.

Signalons également que les agences de presse indiquent d'emblée un acte isolé, fruit de la folie. Excuse habituelle puisque les actes christianophobes n'existent pas, c'est bien connu! Mais à part ça, la Turquie est un pays laïc et démocratique qui peut entrer sans problème dans l'Union Européennne, ou du moins ce qu'il en reste !

Raspail

Erdogan à Paris

Réactions du Parti de la France (PDF) ici et du Mouvement Pour la France (MPF) ici et ici.

André

Rassemblement de soutien à Eric Zemmour devant « Le Figaro » : la vidéo

Le visuel du rassemblementGroupe Facebook

Thibaud

La grande désillusion (ou Barack Obama à l’épreuve des faits)

La désillusion obamaniaque est de plus en plus flagrante. Écorné par l'opposition républicaine sur l'obamacare, attaqué par l'Eglise et les forces conservatrices du pays, le président Obama va d'échecs en échecs. La visite du vice-président Joe Biden en Israël n'a pas pu empêcher, le même jour, l'annonce de l'installation d'une colonie à Jérusalem-est pour préserver les Juifs ultra-orthodoxes qui y vivent. Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou mène depuis son élection une opposition larvée à la politique d'Obama, qui exige l'arrêt de la colonisation, et le démantèlement d'une partie des colonies. Joe Biden venait réaffirmer le soutien des USA contre les menaces iraniennes, tout en rejetant l'action violente voulue par Israël. Or, dans le même temps, l'Iran se rapproche de la Syrie, que Obama croyait pourtant en phase de réconciliation avec Israël. Quelle crédibilité peut encore conserver l'administration américaine ? Parallèlement,
il ne peut donner des gages de sécurité suffisamment forts face aux
menaces nucléaires brandies par l'Iran.

La Russie de Medvedev et de Poutine a bien saisi l'affaiblissement du gouvernement américain, elle qui ralentit les discussions sur le projet de désarmement START, au prétexte que, dans trois ans, le président Obama pourrait bien "ne plus être là". L'administration russe l'avait bien compris avec la crise géorgienne, qui vit le camp occidental lâcher son allié. Reparti sans aucun contrat de Chine, Obama file un parfait désamour avec le géant asiatique, concrétisé par la hausse des tarifs à l'importation sur les pneus chinois. L'affaire des ventes de missiles à Taïwan n'a pas arrangé les choses. Prenant acte de l'hostilité américaine bien peu diplomatique, l'Asie cherche à se défaire de l'emprise américaine, sous la pression conjuguée de la Chine et du Japon. Car l'on oublie rapidement que les dernières élections japonaises ont vu le triomphe de l'opposition, qui a d'emblée marquée la rupture en se tournant résolument vers la Chine et l'Asie du Sud-Est. Lors du dernier sommet de l'ASEAN, le Japon proposa la création d'une communauté économique d'Asie Centrale.

Le président Obama préfère se tourner vers la Chine, sans aucun retour, en méprisant l'Union Européenne, qui pourrait être son allié privilégié. N'a-t-il pas annoncé qu'il n'assisterait pas au sommet bilatéral entre les Etats-Unis et l'Union Européenne, en mai prochain, à Madrid ? Concerné au premier chef, il se détourne des Européens déçus, qui n'ont plus qu'à faire bande à part.

La popularité du président américain a chuté, marquée par la victoire dans le Massachusetts du parti républicain, après la mort du député Kennedy. Avec un système de santé évalué à 2500 milliards de coûts annuels si l'obamacare passe, avec l'augmentation du nombre des retraités, avec les sauvetages économiques comme ceux de General Motors ou Ford, le gouvernement américain risque de connaître de nombreuses nuits blanches. La réforme de la santé pourrait bien lui rendre l'initiative politique. Mais rien n'est moins sûr. Les fidèles alliés de l'Amérique commencent déjà à s'en détacher. Le président français Nicolas Sarkozy en est le plus symbolique. Non seulement il ne fut pas le premier chef d'État étranger reçu à la Maison Blanche, mais en plus le président américain signa une lettre à Jacques Chirac, où il se dit certain qu'ils pourront collaborer «dans
un esprit de paix et d'amitié afin de construire un monde plus sûr». Amateurisme ou mépris affiché ? A l'époque, on pouvait penser au mépris. C'est désormais l'amateurisme qui prévaut. Revenant sur ses premières amours, Nicolas Sarkozy souligne la responsabilité des USA dans la crise mondiale, et l'importance d'une reprise en main de l'économie  par l'Union Européenne. Les divergences de vue sur l'Iran ou le Proche Orient, l'échec du sommet de Copenhague, le mépris de l'Union Européenne installent désormais une certaine distance entre les deux diplomaties.

"Mais à mi-voix, les ex-fervents partisans d'Obama commencent à parler
d'un problème de fond et à s'interroger sur le ressort profond de la
personnalité politique du président, cet homme qui, à l'intérieur comme
en politique étrangère, semble toujours plus pressé de convaincre ses
adversaires – (républicains, iraniens ou chinois) que de satisfaire ses
propres alliés (démocrates ou européens)."

Balloté à l'intérieur par le retour des conservateurs, discrédité à l'extérieur par l'inefficacité de son action diplomatique, Barack Obama est la grande désillusion de la gauche européenne et des médias, incapables de voir que le grand idéologue et le grand communicant cachent un piètre politicien.

Didyme

Etats-Unis : début de reconnaissance du génocide arménien par le Congrès

Une commission du Congrès américain a voté jeudi, par 23 voix
contre 22, une résolution qualifiant de «génocide
l’extermination systématique et délibérée de 1,5 million d’Arméniens».

Cette résolution apparaît comme une pression américaine sur le gouvernement turque, alors que le rapprochement entre la Turquie et l'Arménie, qui avait récemment connu un certain regain, semble arrêté.

Didyme

Union européenne : l’adhésion de la Turquie relancée

Communiqué

Souchet Dominique Souchet, député du Mouvement pour la France, s'élève contre la décision du Conseil européen du 21 décembre d'ouvrir un douzième chapitre de la négociation d'adhésion avec la Turquie, celui consacré à l'environnement.

Ce nouveau chapitre qui vise à harmoniser la législation turque avec celle de l'Union européenne est un chapitre décisif. Sous couvert d'objectif environnemental, c'est en réalité un choix politique qui est fait : permettre à la Turquie de faire un nouveau pas vers l'adhésion.

Au lieu de poursuivre en douce le processus d'adhésion, les dirigeants européens feraient mieux de dire clairement à la Turquie que si elle est un voisin avec lequel on veut avoir les meilleures relations possibles, elle ne peut être un membre de l'Union européenne en raison de la géographie.

Thibaud

La Turquie islamo-démocratique et les chrétiens orthodoxes

Bartholomé Ier, patriarche de Constantinople, ne manie pas la langue de bois. Il vient de dénoncer dans une interview à la télévision turque les discriminations persistantes dont sont victimes les membres de la minorité grec-orthodoxe (environ 2500 perosnnes) de la part de la Turquie islamo-kemaliste, y compris sous le gouvernement islamiste conservateur modéré (hum!) qui affiche pourtant officiellement sa préoccupation pour les minorités (l'adhésion prochaine à l'Union européenne n'y est sans doute pas pour rien!). Le patriarche n'hésita pas à employer le terme fort de crucifixion pour évoquer le traitement des chrétiens de Turquie.

Ces déclarations ont été diversement appréciées en Turquie, suscitant bien sûr un grand nombre de réactions hostiles de la part des politiques mais aussi des approbations, y compris auprès de personnalités turques.

Raspail

Erdogan demande le retour des baïonnettes en Suisse

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a exhorté la Suisse à réparer cette «erreur» du refus de la construction de nouveaux minarets et à «faire marche arrière dans les plus brefs délais».

Pour le chef du gouvernement turc, ce référendum est «le reflet d’une montée d’une vague de racisme et de l’extrême-droite en Europe». Le chef de l’Etat Abdullah Gül a parlé de décision «honteuse» pour les Suisses alors que le ministère turc des Affaires étrangères s’est déclaré «consterné» par ce vote.

En 1997, Erdogan avait déclaré : « Les mosquées sont nos casernes, les minarets nos baïonnettes, les dômes nos casques et les croyants nos soldats ».

Thibaud

Herman Van Rompuy ?

Lu sur le blog d'Yves Daoudal à propos du premier président du Conseil européen :

Van_Rompuy_portrait Ses opposants ont déjà ressorti ses
déclarations d'un ombrageux nationalisme flamand, qui ne cadrent pas
avec le « vivre ensemble » belge, encore moins européen.

Et ils viennent de ressortir des propos qu'il avait tenus au Parlement belge en décembre 2004 :

«
La Turquie ne fait pas partie de l'Europe et ne fera jamais partie de
l'Europe… Un élargissement de l'UE pour inclure la Turquie ne peut
pas être considéré comme une simple extension comme dans le passé. Les
valeurs universelles qui sont en vigueur en Europe, et qui sont aussi
des valeurs fondamentales du christianisme, perdront de leur force avec
l'entrée d'un grand pays
islamique comme la Turquie. »

Pour mieux cerner le personnage, nous invitons nos lecteurs à lire ses réflexions sur "Caritas in Veritate".

Thibaud

Développer en toute indépendance des coopérations tous azimuts en Europe et dans le monde

France mondialisation

Thibaud

Le MPF refuse de réagir à la polémique autour de Frédéric Mitterrand

qu'il met au même niveau que "la petite phrase d’Hortefeux", "l’incapacité du PS à se stabiliser" ou "la carrière politique de Jean Sarkozy" (sur laquelle il a daigné réagir… pour prendre la défense du clan Sarkozy).

Ignorant les prises de position du FN, la formation de Philippe de Villiers note que "personne ne s'est ému de la négation du NON Irlandais, [que] personne ne s’intéresse aux inquiétantes avancées de l’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne, [que] personne n'a débattu de l’illumination de la Tour Eiffel aux couleurs turques (…).

Certains verront dans la phrase suivante une allusion à Frédéric Mitterrand :

Le MPF plaide pour une élévation du débat politique, car à l’heure où la crise sévit, les hommes politiques français devraient se montrer dignes de par leur comportement et attentifs aux attentes véritables des français.

Thibaud

9 novembre 2009 : commémoration de la chute du Mur de Berlin

Logo europae ESPOIR ET RÉCONCILIATION

COMMÉMORATION POUR LE 20EME ANNIVERSAIRE DE LA CHUTE DU MUR DE BERLIN

20 ANS APRÈS, RÉPONDEZ PRÉSENT A L'APPEL D'EUROPAE GENTES POUR FAIRE TOMBER LES MURS DU TOTALITARISME RAMPANT ET POUR PROMOUVOIR L'UNITÉ ET L'IDENTITÉ DES PEUPLES D'EUROPE.

Rendez-vous à 19h30 Place du Trocadéro LUNDI 9 NOVEMBRE 2009

Thibaud

Civitas-Paris dit non à la Turquie christianophobe

Communiqué

Non_turquie Samedi, 16h.
Civitas-Paris mène une action de protestation contre l'illumination de la Tour
Eiffel aux couleurs du drapeau turc. Aux abords de la Tour Eiffel, une banderole
est déployée : "Non à la Turquie christianophobe". Cinq drapeaux français
frappés du sacré-cœur flottent au vent. Une petite cinquantaine de personnes ont
répondu à l'appel. Les promeneurs s'arrêtent et observent. Un jeune militant
parle au mégaphone et explique les raisons de notre
protestation.

Très
vite, des "jeunes" font leur apparition. Les défenseurs de la cause turque
jouent les gros bras et cherchent à intimider. Du côté de la police, un officier
en civil annonce sans sourciller à l'un de nos responsables sur place que rien
ne sera fait pour assurer notre protection, malgré l'autorisation de
manifestation que nous avons en main. Tant pis, quelques garçons bien décidés
assurent qu'ils se chargeront de protéger notre rassemblement. L'officier de
police apprécie modérément. Il croyait avoir à faire à de gentils cathos vite
impressionnables. Ce n'est pas le cas.

Après
le mot d'explication prononcé au mégaphone, l'assistance entame le rosaire en
souvenir de la victoire de Lépante.

Des
touristes filment la scène. Des passants viennent nous encourager et nous
féliciter.

Nous
sommes restés une heure sur place. Notre action fut symbolique. Elle est un
témoignage. Le témoignage de catholiques qui refusent la résignation. Le
témoignage de catholiques qui n'abandonnent pas le terrain.
 

  • La
    Turquie compte 70 millions d'habitants (95 millions en 2020), plus 200 millions
    de turcophones jusqu'à l'île de Sakhaline. Pour la Turquie, tout turcophone peut
    être considéré comme turc. Selon une étude officielle, un tiers des Turcs
    émigreront dès que la Turquie fera son entrée dans l'Europe, abolissant ainsi
    les frontières.

  • Le 8
    décembre 2004, Recep Tayyip Erdogan, Premier ministre turc, lançait avec
    insolence : "Nous ne concevons pas que les négociations aboutissent à autre
    chose qu'à l'adhésion"
    , reprochant en outre à l'Union européenne d'avoir
    "commis une faute en acceptant l'adhésion de Chypre".

  • Pour
    la mise à niveau de l'ex-Empire ottoman, l'Europe va devoir débourser 27,5
    milliards d'euros par an, dont 11,3 milliards pour le seul secteur agricole. Une
    condamnation à mort de ce qui reste de la paysannerie
    européenne.

  • Tandis que les dirigeants de l'Union Européenne ont multiplié les conditions
    pour l'entrée de la Croatie catholique dans l'Europe, ils n'ont, pour la
    Turquie, évoqué que du bout des lèvres le génocide des Arméniens, la meurtrière
    occupation de Chypre, le massacre des chrétiens syriaques et
    chaldéens.


Autant
d'éléments qui devraient nous faire réfléchir et nous mobiliser contre
l'irresponsabilité de nos dirigeants.

Oui,
nous le proclamons haut et fort, la France est un pays de tradition chrétienne
et doit le rester
!
  • Le site de Civitas
  • Le blog de France Jeunesse Civitas

Thibaud

Projet Apache vs Turquie Round 2

Décidément, ces derniers temps, les jeunes Identitaires n'arrêtent pas !

Ambroise

[Action] Non, Paris n’est pas en Turquie

RAPPEL : rassemblement organisé par Civitas samedi à 16h00 au pied de la Tour Eiffel.

Thibaud