e-deo.info

Connecté au pays réel

E-deo

Action!

Action!

Solidarité!

Archive for UE/institutions

La suspension de Schengen est-elle légale ?

L’Observatoire de l’Europe nous éclaire.

Thibaud

Le PCD lance une pétition pour la reconnaissance des racines chrétiennes de l’Europe dans la Constitution européenne

Communiqué

« Le Parti-Chrétien Démocrate lance une pétition officielle auprès de la Commission des Pétitions du Parlement Européen pour la reconnaissance des racines chrétiennes de l’Europe dans la Constitution européenne.

« La pétition concernant les agendas de la Commission européenne ne mentionnant aucune fête chrétienne a récolté plus de 51 000 signatures à ce jour », souligne Christine Boutin, Présidente du Parti Chrétien-Démocrate. « C’est le signe que de nombreuses personnes en Europe souhaitent que notre héritage chrétien soit reconnu : nous avons donc décidé de pousser plus loin notre action. »

« L’Europe doit sortir du déni et de l’idéologie pour rétablir la vérité sur son histoire », poursuit Christine Boutin. « La culture européenne a été marquée principalement par le sceau du christianisme pendant deux millénaires : les valeurs européennes comme la dignité de l’être humain, les droits de l’homme, la paix, la liberté, la démocratie, la prééminence du droit, les principes de solidarité et de subsidiarité sont issus de cet héritage chrétien. »

« Trois voies de droit sont envisageables pour faire inscrire les racines chrétiennes de l’Europe dans notre Constitution ; l’initiative d’un ou plusieurs Etats membres, l’initiative parlementaire ou l’initiative populaire. Puisque ni les gouvernements des différents Etats membres, ni le Parlement européen n’ont engagé de démarches dans ce sens, il revient aujourd’hui aux peuples européens de se mobiliser pour demander la reconnaissance de leur héritage, de leur culture, de leurs valeurs », conclut Christine Boutin. Nous devons atteindre le million de signatures pour que notre voix soit réellement entendue ! A l’échelle européenne, c’est possible. »

La pétition pour la reconnaissance officielle des racines chrétiennes de l’Europe est accessible sur http://racineschretiennes.eu/. »

Thibaud

Thibaud

La sécurité du Parlement européen en question

Thibaud

L’UE incapable d’affirmer la liberté de l’acte de foi

par peur du choc des civilisationsRéaction courroucée du député non-inscrit Dominique Souchet (MPF) qui dénonce « l’impuissance et la lâcheté de l’Union européenne ».

230 députés ont signé son appel solennel en faveur des chrétiens d’Orient.

Thibaud

Victor Lupan : « Bruxelles lutte contre l’histoire »

Coup de gueule de Victor Loupan (*) le 14 janvier 2011 sur Radio Notre Dame, suite au scandale de l’agenda Europa :

« Je me souviens du débat sur les racines chrétiennes de l’Europe où nous avons cédé, où la France a cédé, où tout le monde a cédé. Le tollé qu’a provoqué cet agenda en France est arrivé tard, plus tard qu’en Pologne où il y a eu un cri de désespoir, ou en Italie. En Italie d’ailleurs, il y avait eu l’histoire de la croix qu’il fallait enlever, qui venait aussi de Bruxelles.

Ça fait beaucoup, nous savons que ces gens qui dirigent l’Europe, ces hauts fonctionnaires qui sont à Bruxelles sont ignorants… Mais il y a quelque chose de fondamental, c’est que quand vous luttez contre les nations qui sont constitutives de l’Europe , vous luttez contre l’histoire. C’est assez typique des utopies. L’Europe doit se construire contre ce qui a été fait… L’histoire de l’Europe est perçue comme un vaste crime. C’est un peu l’idée qu’avaient en 1917 les bolchéviques de l’histoire de la Russie, l’histoire du monde est une histoire ignoble; l’histoire, c’est une horreur, il faut sortir de cette horreur. Et puisque le christianisme a été le moteur, le concepteur, le sang qui coulait, l’âme de ce monde, il faut le détruire.

Donc, on a affaire à des iconoclastes modernes, des ignorants, à des gens qui nous ont déjà beaucoup trop affaiblis et qui maintenant essaient de nous enlever notre âme, notre identité, notre essence, enfin ils essaient de faire quelque chose de virtuel, de sympa… »

(*) directeur des Éditions de l’Œuvre, exilé d’Union Soviétique avec sa famille en 1974.

Thibaud (merci à EVR)

info@publications.europa.eu

C’est l’adresse à laquelle vous pouvez protester contre l’agenda (antichrétien) Europa.

Thibaud

Carla Bruni a bien demandé à Lula da Silva de ne pas extrader le terroriste d’extrême-gauche Battisti

Lu sur Nouvelles de France :

C’est ce mardi après midi sur la chaîne italienne d’informations en continu SKY TG24 que Bruno Berardi, le Président de l’Association des familles des victimes du terrorisme et membre du parti de droite populaire et sociale Fiamma tricolore a lâché le morceau : « Carla Bruni est intervenue auprès de Lula pour qu’il protège Cesare Battisti parce qu’elle se sentait une obligation envers lui ». Berardi a raconté à la télévision italienne que c’est la Première dame de France elle-même qui le lui avait révélé lors d’une visite à l’Elysée. L’homme politique italien a réitéré ses propos dans la soirée. Il a ajouté qu’il n’avait pas l’intention « d’assumer la responsabilité » de telles révélations.

La femme du Président de la république française Nicolas Sarkozy Carla Bruni a toujours nié être intervenue auprès du président brésilien Lula da Silva pour lui demander de refuser l’extradition vers l’Italie de Cesare Battisti.

Lorenzo Conti, le fils du maire de Florence Lando Conti tué par les Brigades rouges a déclaré, toujours sur SKY TG24 que « le problème est maintenant Carla Bruni, (…) fortement liée à l’industrie brésilienne », soulignant qu’il allait militer pour que l’Italie prenne des mesures de rétorsion économique contre le Brésil et la France.

Nouvelles de France propose à ses lecteurs la révélation de Bruno Berardi en images.

Thibaud

Agenda Europa : l’Italie demande son retrait, la Pologne proteste officiellement

Lu chez Daoudal :

L’Italie a demandé à la Commission européenne de retirer l’agenda distribué aux écoliers, qui ignore les seules fêtes chrétiennes. Le ministre des Affaires étrangères Franco Frattini a déclaré que cet agenda était « indécent », et que, non seulement il était offensant pour tous les chrétiens dans le monde, mais qu’en outre il était contraire à la liberté religieuse et à la dignité des religions qui sont un fondement de l’Union européenne.

La Pologne a également officiellement protesté.

En vain pour l’instant.

Thibaud

L’agenda Europa ? « Une attaque directe et violente » contre la religion chrétienne

dénonce Christine Boutin. Rappel de l’affaire.

> L’agenda Europa : pro-mort

Thibaud

Promenade sur la toile (06/01/09)

Vaclav Klaus, l'homme qu'il fallait à l'Europe

Nous invitons nos lecteurs à lire :

Vaclav Klaus veut aider l'Europe à devenir "vraiment démocratique"

avec

La République tchèque a pris le 1er janvier la présidence tournante du conseil européen, succédant à la France. Le président Vaclav Klaus, détesté par les européistes mais qui jouit d’une cote de popularité de plus de 60% dans son pays, a prononcé son discours de vœux devant le drapeau tchèque et les armoiries nationales. A cette occasion, il a répété que s’il n’y avait pas d’alternative à la présence de la République tchèque au sein de l’Union européenne, il y a cependant de nombreuses méthodes et formes de construction européenne.

« Il n’y a pas d’alternative à notre intégration à l’Union européenne et il n’est pas honnête d’insinuer que nous ayons une attitude opposée. Cependant les méthodes et les formes d’intégration européenne peuvent être très variées. Certaines d’entre elles ouvrent la voie vers un monde plus libre, d’autres vers un monde moins libre. Les élections au Parlement européen en juin prochain pourront contribuer à la recherche d’une organisation rationnelle de l’Europe. Participons-y !», appelant les Tchèques à voter lors de ce scrutin.

« Nous allons avoir l’opportunité certaine d’influencer les opérations de cette institution majeure. C’est notre intérêt de réussir au mieux dans ce rôle, et pas seulement en matière administrative ou d’organisation », a-t-il dit. « Nous voulons aider l’Europe à devenir un espace vraiment démocratique où la décision politique est aussi proche que possible des citoyens, où les politiciens sont responsables vis-à-vis de leurs électeurs et peuvent être contrôlés efficacement. Aussi, nous sommes intéressés par un mécanisme qui permettrait ce contrôle, c’est le cœur de l’actuelle dispute sur le traité de Lisbonne. »

Le Président Klaus a ensuite abordé la question de la crise financière et ses retombées sur l’économie. D’après Václav Klaus nous pouvons et devons éviter la crise mais nous ne pouvons pas éviter ses conséquences car nous sommes une économie ouverte qui dépend de ses exportations. La crise ne sera pas conjurée par des interventions exagérées et irréfléchies dans les mécanismes économiques qui sont déjà responsables de la situation actuelle.

Et Václav Klaus de constater que l’année qui commence sera plus difficile pour le gouvernement et pour l’ensemble de la société tchèque. « Nous avons besoin d’un gouvernement fort, solide et efficace qui sera amical vis-à-vis des citoyens, qui ne sera pas hautain et ne limitera pas leurs possibilités par de nombreuses mesures et interdictions bureaucratiques, un gouvernement qui saura communiquer avec les citoyens et qui leur donnera l’impression d’être leur gouvernement.»

Le discours du président a suscité des réactions plutôt favorables sur la scène politique tchèque. Les hommes politiques le qualifient de « modéré », d’« équilibré », de « classique » ou de «plutôt général». D’autres reprochent à Václav Klaus de ne pas être assez concret. Le chef du Parti des Verts et ministre de l’Environnement Martin Bursík estime, lui, qu’il s’agit d’un tournant intéressant dans l´attitude du président. De l’avis de Martin Bursík, un discours neutre et peu concret vaut mieux qu’un discours provocateur, conflictuel et destructif.

De son côté, le Premier ministre Mirek Topolanek (qui est le président du Conseil européen) a déclaré que « le traité de Lisbonne n’est pas précisément une des priorités de notre présidence ». Il pense que la République tchèque ratifiera le traité pendant cette présidence, mais que « si elle ne le fait pas, ce ne sera pas mortel »…

Elections européennes : tensions chez les écolos

A l’approche des élections européennes, la liste « Europe Ecologie » qui rassemble large (de José Bové à Antoine Waechter en passant par Jean-Paul Besset, bras droit de Nicolas Hulot) commence à voir sa belle unité, parfaitement affichée depuis quelques mois, se fissurer. Ainsi, le grand meeting prévu jeudi prochain à Lyon a été purement et simplement annulé. La salle avait pourtant été payée. C’est dire la malaise actuel chez les leader de ce rassemblement.
Pour Daniel Cohn Bendit, « le problème porte sur les têtes de liste ». Les militants n’hésitent pas à lancer des pétitions sur internet pour soutenir tel ou tel candidat comme par exemple Michèle Rivasi, adjointe au maire de Valence. Le fond du problème, c’est le fonctionnement même du rassemblement. Personne ne sait exactement qui décide, les mécanismes de désignations des candidats étant plus que flous. Va-t-on assister au même scénario que lors de la présidentielle de 2007 où les collectifs altermondialistes s’étaient déchirés à propos de la désignation de leur candidat. José Bové s’était finalement présenté et avait obtenu 1.32% des voix…

Nicolas Sarkozy : eurofédéraste béat

Dans son dernier discours devant le Parlement européen en tant que Président de l’UE, Nicolas Sarkozy a déclaré :

« Lorsqu’on a la chance pendant six mois de connaître et d’avoir à trancher des problèmes de 27 pays, on gagne en tolérance, on gagne en ouverture d’esprit et on comprend que l’Europe, c’est sûrement la plus belle idée qui ait été inventée au XXe siècle et que l’Europe, on en a plus que jamais besoin. »

Patrick Louis soutient le Grand Duc du Luxembourg

Lu sur le nouveau site du député français au Parlement européen Patrick Louis :

Je salue le Grand Duc Henri de Luxembourg pour son courage et sa détermination.

En refusant de signer une loi dépénalisant l’euthanasie adoptée par 4 voix de majorité, la plus haute autorité du Grand Duché a montré la conscience qu’elle avait de sa charge et de ses responsabilités.

Il faut rappeler que ce texte a été adopté à l’initiative de députés appartenant à l’ADMD luxembourgeoise, alors même que l’article 50 de la Constitution de l’Etat du Luxembourg prohibe le mandat impératif.

Parce que la reconnaissance d’un droit à la mort serait la négation des fondements de notre société, le Grand Duc par cette décision respecte pleinement la Convention européenne des droits de l’homme qu’il est chargé d’appliquer.

Le droit à la mort, pour la Cour européenne des droits de l’homme, n’entre pas dans le champ d’application du droit à la vie protégé par la Convention européenne des droits de l’homme.

UE : on est mal Barrot

Le commissaire européen chargé de la justice et des libertés et vice-président de la Commission européenne Jacques Barrot est scandalisé :

« Si une union est reconnue par un État membre, alors un autre État membre devrait en principe reconnaître cette union »

Et tant pis si l’Etat membre en question, le premier à avoir légiféré en faveur du « mariage » homosexuel et de l’adoption, j’ai cité les Pays- (vraiment) Bas, est complètement dégénéré. Tant pis pour la démocratie aussi, mais ça, Frère Jacques du Petit Occident nous a déjà montré qu’il s’en fichait :

 

Bruno Gollnisch : "la gauche est luciférienne"

Michel de Rostolan recevait Bruno Gollnisch lundi midi sur Radio Courtoisie. Une bonne partie de l’émission est consacrée à la défense du dimanche. Bruno Gollnisch est passionnant et cite plusieurs fois Jean Madiran.

Paris : la Maison de l'Europe investie par des indépendantistes français

EXCLUSIF

Le Réseau France Indépendante communique :

Le vendredi 12 décembre 2008, pendant le Conseil Européen, des militants du RFI (Réseau France Indépendante) ont investi LA MAISON DE L’EUROPE, un centre européen de propagande situé en plein de cœur de Paris.

Ce coup d’éclat a été motivé par les violations permanentes des principes démocratiques dont se rendent responsable les partisans et les dirigeants de l’Union Européenne.

Cette manifestation coup de poing, rythmée par le craquement des fumigènes, fut organisée afin de protester contre la dictature de Bruxelles qui, mécontente du vote Irlandais, vient de décider, Jeudi 11 décembre 2008, de refaire voter les Irlandais d’ici novembre 2009.

Pour la défense des libertés, le respect du vote des Irlandais et pour la France, le RFI, qui défend les principes d’indépendance nationale, s’engage à faire tout ce qu’il faudra pour faire comprendre à Bruxelles qu’on ne se joue pas des peuples impunément.

Le traité de Lisbonne est mort ; Vive les peuples libres.

France lève toi,

France soulève toi,

France reprend ton indépendance.

R.F.I.

Ireland will re-run the same treaty with no legal changes

by Jens-Peter Bonde

The EU Summit in Brussels finished on time. The Irish government formally betrayed its people by accepting to have a new referendum on exactly the same text which was rejected 12 June by 53,4 % of the Irish voters.

They also accepted a decision to bring the Lisbon treaty into force from 1 January 2010 even if it has been rejected. Thereby they have already concluded that a second referendum will be a « yes ».

The Irish voters can chose between « Yes » and « Yes please » – the Lisbon Treaty will be put in force no matter their preference.

The government has obtained only one real concession. There must be a commissioner from each Member State. But it will be up to the majority of EU leaders to decide who shall be representing each Member State.

There will be nothing changed in the Treaty concerning this matter.

There is also talk of so-called ‘legal guarantees’ for sensitive issues from the Irish debate. But legal guarantees have to be ratified to become truly « legal » by the other Member States. There is however no further discussion on a re-vote on the Lisbon Treaty by other countries.

Then they have aired a possibility for making such guarantees legally binding in the next treaty. Well, this is only possible if they insert these promises in the existing treaties.

The reality is that the Irish government simply plans to make declarations against some possible interpretations of the Treaty. They could state, for example, that nothing in the Lisbon Treaty will include provisions for conscription to an European army.

I heard this argument only one time during my many meetings in Ireland. It was the foreign minister who brought it on television as a « No » argument! I never heard it from « No » persons.

Such declarations will in fact change nothing. The Irish voters will therefore be asked to vote on the same treaty twice while voters in other countries are not allowed to vote for it once.

This is very bad for the feeling of belonging to a democracy. The EUDemocrats will urge the governments to bring the Lisbon Treaty to a referendum in all Member States instead of asking the Irish to vote twice on the same issue. And, why not, have it all together with the European Parliament Elections between 4-7 June next year.

Or even better: let us establish a short and readable treaty which can be read by prime ministers before they sign it. The Lisbon Treaty has not been read by any of the Prime Ministers when they signed it and we don’t think it likely that they have looked upon it since.

Source (via).

Engagez-vous !

Les Jeunes pour la France, où militent les jeunes engagés au Mouvement pour la France (site) de Philippe de Villiers ont produit un clip pour les prochaines élections européennes :