e-deo.info

Connecté au pays réel

E-deo

Action!

Action!

Solidarité!

Archive for Politique/Etats-Unis

[Conférence] Le déclin de l’Amérique. Mythe ou réalité ?

Le Bulletin d’Amérique et l’Institut Coppet vous convient à une conférence-débat le 7 mars prochain dans les locaux de l’Institut Turgot (35 avenue McMahon, 75017 Paris) :

Le déclin de l’Amérique. Mythe ou réalité ?

Qu’en est-il aujourd’hui de la première puissance mondiale? Sommes-nous réellement entrés dans une post-américanité? Quelles mutations vont suivre son modèle, sa prospérité, sa sécurité? Quel sera l’impact de ces changements sur l’Occident et sur le monde ?

Interviendront:

Henri Hude, Philosophe, Directeur du pôle éthique de Saint-Cyr et normalien. Membre du conseil d’orientation de l’Institut Montaigne et du comité de rédaction de la revue Commentaire, il a récemment publié « Démocratie durable, penser la guerre pour faire l’Europe ».

Michel Leter, Docteur ès Lettres, qui a enseigné à Sciences Po’, à l’Université Paris VIII et au collège international de Philosophie. Il a récemment préfacé les Sophismes de Frédéric Bastiat (Les Belles Lettres).

Compte tenu du nombre limité de places, merci de vous inscrire rapidement : lebulletindamerique@institutcoppet.org

Thibaud

Et si vous tentiez la Bourse Tocqueville cette année ?

Le site officiel de la Bourse Tocqueville.

Thibaud

Barack Obama : sera-t-il réélu en 2012

Selon un sondage Rasmussen réalisé en janvier, Obama perdrait les élections présidentielles en 2012 face au Républicain Mitt Romney (44 % contre 42 %). Il ferait jeu égal à 43% avec Mike Huckabee. Contre Newt Gingrich, Obama l’emporterait (47 % contre 39 %). Contre Ron Paul aussi (44 % contre 35 %). Il batterait également Sarah Palin (49 % contre 38 %).

Pour les analystes, si l’indice de satisfaction d’Obama (65 % le jour de sa prise de fonction, moins de 50 % d’août 2009 à janvier 2011, un peu plus de 50 % début février) dépasse les 50 %, il aura de fortes chances d’être réélu.

Thibaud

« I’m pro-life because… »

La parole à de jeunes participants de la March for Life de Washington D.C. (Etats-Unis) :

Thibaud

La Marche for Life 2011 de San Francisco comme si vous y étiez…

Thibaud

La Chambre des représentants vote pour supprimer l’ObamaCare

par 245 voix contre 189. Il est cependant peu probable que le Sénat vote de la même manière.

Thibaud

Julian Assange risquerait la peine de mort aux Etats-Unis

En attendant, le fondateur de WikiLeaks prend son mal en patience dans la campagne anglaise.

Thibaud

Aux Etats-Unis, la démocratie directe fait avancer les idées de droite

D’Yvan Blot (Wiki), fondateur et président de l’association « Agir pour la démocratie directe » :

En 2008, il y avait eu 153 textes soumis à l’électeur, donc le chiffre a très légèrement augmenté en 2010. Sur ce total, les parlements des Etats ont déclenché 113 référendums et les citoyens 42. La démocratie directe américaine comme la Suisse organise l’interaction harmonieuse entre les actions du peuple et celles des parlementaires.

Pour résumer, le bulletin de l’IRI « Ballotwatch » écrit : « les tea parties débordent de la tasse ! » Cela veut dire que les résultats ont été particulièrement favorables à la « droite » (conservatives en anglais) en raison d’une forte mobilisation des électeurs de cette tendance.

Voici une sélection des principaux résultats :

1/ Rejet des initiatives pour libéraliser l’usage de la marijuana. En Californie, la proposition de légalisation numéro 19 n’a eu que 46% des voix. Elle prévoyait de donner le pouvoir de légaliser aux communes et empêchait les employeurs d’interdire celle-ci à moins de prouver qu’elle nuisait aux performances au travail ! Déjà, en 1972, le peuple californien avait rejeté une initiative analogue. Par ailleurs, des initiatives légalisant l’usage médical de la marijuana furent rejetées en Arizona, en Oregon et au Dakota du Sud le même jour.

2/ Rejet de la sécurité sociale d’Etat obligatoire. Les électeurs d’Arizona (proposition 106) et d’Oklahoma (question 756) ont placé dans les constitutions de leurs Etats une déclaration disant qu’on ne peut obliger ni un citoyen ni une société à adhérer à une assurance maladie d’Etat car tout individu a droit de choisir une assurance médicale privée. L’adhésion obligatoire viole ce droit. Ces deux Etats rejoignent le Missouri et leur vote est une façon de s’opposer au président Obama. Seuls les citoyens du Colorado (amendement 63) ont rejeté cette initiative.

3/ Les privilèges des directions de syndicats abattus. Les propositions 103 en Arizona, 2 en Caroline du Sud, et l’amendement A dans l’Utah ont exigé le vote secret aux élections syndicales, contre l’avis des « bosses » de ces organisations. Le but est de bloquer les votes non secrets par signature d’une carte, procédure souhaitée par le président Obama lors de sa campagne de 2008. La Louisiane a voté un amendement constitutionnel exigeant une majorité exceptionnelle au parlement pour accroître les retraites du secteur public contre l’avis des dirigeants syndicaux.

4/ La discrimination fiscale contre les riches a échoué. L’initiative de Bill Gates senior et junior qui devait créer un impôt spécial pour les individus gagnant plus de 200 000 dollars a échoué dans l’état de Washington par 66% de non ! Les opposants dont deux cofondateurs de Microsoft, Steve Ballmer et Paul Allen ont avancé deux arguments : cette taxe spéciale conduirait les gens talentueux à quitter l’Etat de Washington et il y a le risque que la barre de revenus pour être taxées soit baissée plus tard au grand dam des classes moyennes. Les électeurs ont tenu aussi à montrer qu’ils ne voulaient pas « dessaler » (soak) sur les riches par jalousie.

5/ L’Arizona abandonne la discrimination positive. A 59% les électeurs ont approuvé la proposition 107 interdisant de discriminer dans un sens ou dans un autre les individus selon la race ou l’ethnie. Le but est de s’opposer à la politique de discrimination positive en faveur notamment des Noirs, politique qui viole le principe du mérite individuel. Ainsi, l’Arizona rejoint la Californie, le Michigan, le Nebraska, et le Washington qui ont aussi interdit la discrimination positive.

6/ L’Oklahoma interdit la charia islamique. Suite à un jugement du New Jersey acquittant un homme brutalisant sa femme sous le motif que sa religion musulmane l’autorisait à le faire (jugement cassé en appel), le député Rex Duncan a déposé une initiative populaire pour interdire l’application par les juges de la charia dans son Etat, l’Oklahoma. Par 70% des voix, les électeurs ont voté cette proposition 755 qui impose de juger uniquement en fonction du droit fédéral et de l’Etat sans tenir compte de traités internationaux ou de la charia.

7/ Affirmation des droits des chasseurs et protection animale. En Arkansas, Caroline du sud et en Tennessee, les électeurs ont voté des amendements constitutionnels garantissant aux résidents le droit de pêcher de chasser. Une initiative analogue a échoué en Arizona. Une initiative antichasse au North Dakota a échoué. Enfin, la proposition B au Missouri impose des cages plus grandes aux éleveurs de chiens.

8/ Le lobby des vendeurs d’alcool est battu. Ce lobby avait obtenu dans l’Etat de Washington de privatiser les magasins d’alcool d’Etat. La compensation pour l’Etat consistait à créer une nouvelle taxe sur les alcools. Les deux initiatives allant dans ce sens ont été rejetées.

9/ Le nom de l’Etat du Rhode Island ne changera pas. A 75%, les électeurs ont refusé de changer le nom officiel de l’Etat « Rhode Island and the Providence Plantation » en « Rhode Island ». Les rédacteurs de l’initiative voulaient interdire le nom d’origine sous prétexte qu’il faisait allusion aux plantations qui employaient des esclaves. Cette proposition réécrivant l’histoire dans le sens de la repentance a été rejetée par une très grande majorité du peuple de l’Etat.

10/ Echec du lobby pétrolier texan. La proposition 23 financée par deux compagnies pétrolières texane avait pour but de suspendre les règles d’émission de gaz de chauffage des serres. Elle a été rejetée sur les conseils du gouverneur de l’Etat par 61% des voix.

11/ Réforme de la procédure budgétaire en Californie. La Californie est un des très rares Etats exigeant deux tiers des voix pour approuver le budget. Devant les problèmes posés, les électeurs ont supprimé cette règle par la proposition 25 mais les hausses de taxes restent soumises à la règle des deux tiers.

Thibaud (merci à Polémia)

L’étrange silence de l’épiscopat américain

sur l’abrogation du Don’t Ask Don’t Tell. Des chrétiens évangéliques s’en étonnent et nous avec…

Thibaud

Wikileaks : la France se tâte…

Concernant la décision d’interdire ou non l’hébergement du site Wikileaks sur des serveurs basés en France, « il y a eu récemment une concertation interministérielle » réunissant les ministres de l’Intérieur, de la Défense, de la Justice et des Affaires étrangères, a déclaré mardi le ministre chargé de l’Economie numérique Eric Besson à l’issue d’une visite aux locaux du groupe d’e-commerce PriceMinister à Paris. Le dossier « est désormais entre les mains du Premier ministre. C’est maintenant aux services du Premier ministre de prendre une décision », a-t-il ajouté. Affaire à suivre…

Thibaud

82% des Américains veulent restreindre le droit à l'avortement

Selon un sondage commandé par la Conférence des évêques des Etats-Unis, quatre adultes sur cinq (82%) pensent que l’avortement devrait être illégal en toutes circonstances (11%) ou en accepteraient une limitation légale (71%).

38% des Américains limiteraient l’avortement aux cas de viol, d’inceste ou de danger pour la vie de la mère tandis que 33% limiteraient l’avortement aux 3 ou aux 6 premiers mois.

Seulement 9% des Américains pensent que l’avortement devrait être légal pour n’importe quelle raison à n’importe quel moment de la grossesse, un chiffre faible dont se réjouit Deirdre McQuade, « Assistant Director for Policy & Communications at the USCCB’s Secretariat of Pro-Life Activities ». Elle rappelle qu’il s’agit de l’état actuel de la législation, une des plus libérales aux monde, depuis les arrêts Roe v. Wade and Doe v. Bolton de 1973.

Faute de temps pour effectuer la traduction, nous vous livrons la suite en VO :

The survey of 2,341 adults, conducted online December 10-12, also found that laws limiting or regulating abortion enjoyed support as high as 95 percent among those expressing support or opposition to the six kinds of laws examined in the survey:

  • 95 percent favor laws ensuring that abortions be performed only by licensed physicians
  • 88 percent favor informed consent laws (i.e., that require abortion providers to inform women of potential risks to their physical and psychological health and about alternatives to abortion)
  • 76 percent favor laws that protect doctors and nurses from being forced to perform or refer for abortions against their will
  • 73 percent favor laws that require giving parents the chance to be involved in their minor daughter’s abortion decision
  • 68 percent favor laws against partial-birth abortion (i.e., aborting a child already partially delivered from the mother), and
  • 63 percent favor laws preventing the use of taxpayer funds for abortions.

« Support for these measures cuts across ‘pro-life’ and ‘pro-choice’ positions. Over a third (35 percent) of the small minority who said abortion should be legal for any reason throughout pregnancy nevertheless supported three or more of the six laws presented, » McQuade said.

« This research indicates how out of touch pro-abortion groups are with mainstream America, » McQuade said.

« These same widely-supported, constitutionally valid measures, some of which have been proven effective in reducing abortion rates, are now seriously threatened by abortion advocates and their allies in Congress, » McQuade said. « On behalf of children and their mothers, we will have to fight to keep such laws in place. »

« Pro-abortion groups have already sent a comprehensive 55-page blueprint for their agenda to the incoming Administration, » McQuade said. « But their agenda—including publicly-funded abortions, passage of the so-called ‘Freedom of Choice Act’ (FOCA), and attacking the Hyde amendment and other longstanding pro-life provisions in appropriations bills—won’t sell in the general public. »

« Most people agree we should work to reduce abortions, but you can’t reduce abortions by promoting abortion and eliminating all the policies that have proven effective in reducing abortions, » McQuade said. « The U.S. Conference of Catholic Bishops will oppose all such threats to human life in whatever manner they are proposed. »

Addendum : Daniel Hamiche évoque ce sondage ici.

Chicago : le Cardinal George appelle ses paroissiens à lutter contre l'avortement

Le Cardinal-archévêque de Chicago, Mgr Francis George, a célébré une Messe pour la vie samedi soir dernier en l’église de la Reine du Rosaire à Elk Grove Village, dans la banlieue de Chicago (Illinois).

La messe avait lieu alors que le 22 janvier prochain, les Etats-Unis se souviendront que depuis l’arrêt Roe v. Wade rendu par la Cour suprême fédérale il y a 36 ans, l’avortement est institutionnalisé. Comme chaque année, de grosses marches pour la vie sont prévues, notamment à Washington D.C. et à San Francisco.

En substance, le message du Cardinal George à ses paroissiens était de ne pas se décourager, de garder l’espérance malgré les légitimes inquiétudes des défenseurs de la vie et de continuer à travailler ensemble pour se battre contre l’avortement lorsque le nouveau Président démocrate des Etats-Unis, Barack Obama, prendra ses fonctions.

« Tuer des enfants dans le sein de leur mère est un pêché grave« 

Pendant l’homélie, le Cardinal George, vêtu de blanc, a tout d’abord parlé de la fête de l’épiphanie qui célèbre la venue des Rois Mages guidés par une étoile aux pieds du Christ nouveau-né.

Puis, il a qualifié d’ « injustes » les lois mortifères. « Les bonnes lois protègent. La loi ne doit pas détruire. La vie est préciseuse » a-t-il déclaré.

« Nous devons coopérer, nous devons être unis pour faire face aux problèmes économiques. Nous devons apporter ensemble la paix dans le monde et dans nos villes » a continué le Cardinal George qui a confié son inquiétude de voir les activistes pro-avortement faire du droit de tuer les enfants pas encore nés un droit humain (à ce sujet, nous renvoyons nos lecteurs vers le passionnant numéro de La Nef de janvier 2009 consacré aux droits de l’homme). « Cherchons un signe d’espérance« .

Les paroissiens, encouragés par le Cardinal à pratiquer, invités à s’investir pour défendre la vie

« La Messe est essentielle pour se comporter en chrétiens et être des témoins d’espérance » explique Diane Ambrose, de Elk Grove Village.

« Le Cardinal George a dit de chercher des signes d’espérance en ces temps difficiles et de travailler tous ensemble pour lutter contre l’avortement » explique-t-elle après la Messe et avant une réception qui se tient au gymnase de l’école.

Mary Larkin of Des Plaines explique qu’elle est reconnaissante envers le Cardinal George pour son message. Larkin, 56 ans, est elle aussi très inquiète du projet de société mortifère du Président Barack Obama.

« Je pense que le mandat de notre Président va être particulièrement injuste pour les plus faibles. Je suis reconnaissante envers notre cardinal, qui se tient debout pour défendre les plus faibles – les enfants non nés ».

De leur côté, les organisations pro-avortement se sentent plus en sécurité cette année en raison de l’élection de Barack Obama.

« Les fondamentaux de la décision de justice Roe v. Wade sont plus en sécurité cette année qu’ils ne l’ont été depuis longtemps » explique Catherine Caporusso, présidente de la coordination pour le Nord de la banlieue de Chicago de la National Organization for Women. Au cours d’une conversation téléphonique, elle explique qu’il reste beaucoup de travail à accomplir. Elle pense à l’éducation sexuelle et à la contraception dans les écoles, qui fait l’objet d’un débat acharné aux Etats-Unis et à laquelle s’oppose l’Eglise catholique et les associations pro-vie. En effet, de la mentalité contraceptive découle la mentalité abortive.

Californie : des militants homos sacagent une église ultra-progressiste

Des croix gammées noires ont été peintes sur un édifice catholique, l’église du Très-Saint-Rédempteur à San Francisco. Ce, alors même que la paroisse est elle-même ultra-progressiste, son curé, le Père Steve Meriweather expliquant à la radio locale KCBS que ses paroissiens partagent le « sentiment anti-Proposition 8″ des vandales. «Je pense qu’il est regrettable qu’ils aient choisi d’attaquer notre communauté », a-t-il déclaré « parce que c’est la mauvaise. »

La mauvaise communauté, pas la mauvaise manière de faire pour ce prêtre homofou !

Les catholiques, mais aussi les protestants et les mormons de Californie ont en majorité voté pour la proposition 8 lors d’un référendum organisé le 4 novembre dernier. Celle-ci permet d’interdire constitutionnellement les parodies homosexuelles de mariage autorisées en 2007 par les juges activistes de la Cour suprême locale.

Suite à cette victoires des défenseurs de la famille, des homosexuels extrémistes ont été jusqu’à user de la violence, montrant du même coup leur vrai visage.

La police de San Francisco enquête.

Promenade sur la toile (03/01/09)

Californie : malgré les embûches, les défenseurs de la famille passent à la vitesse supérieure

Les défenseurs de la proposition 8 (nos articles) ont indiqué vendredi avoir demandé à la Cour suprême de considérer que les parodies homosexuelles de « mariage » étaient désormais nulles et non avenues. On en compterait 18 000, les extrémistes homosexuels de Californie s’étant passés le mot pour tenter de créer une situation de fait.

Dans leur argumentaire, les membres de la coalition « Protect Marriage » expliquent que «la brièveté de la proposition 8 la rend très claire. Il n’existe pas de clauses conditionnelles, d’exceptions, d’exemptions ou d’exclusions. (…) cette formulation englobe autant les mariages entre personnes du même sexe conclus avant qu’après» l’adoption du référendum.

On apprend aussi que le Procureur général de Californie Jerry Brown, qui avait promis de défendre la proposition 8 devant la Cour suprême de l’Etat vient de changer de camp et dénonce désormais une « tyrannie de la majorité » (sic) contre laquelle la constitution protège. Ce que n’aurait pas été une victoire des opposants à la proposition 8, soyons-en certains !!!

Ajoutons à ce petit jeu truqué d’avance que le lobby homosexuel prévoit d’organiser en janvier une série de protestations dans l’Etat de Californie pour rappeler à Obama ses promesses de février 2008, parmi lesquelles la fin des lois fédérales discriminant les homosexuels comme… le Défense Act Of Marriage (DOMA).

Obamania : le lobby homo déchante

Barack Obama a choisi le révérend Rick Warren, un pasteur chrétien évangélique qui prêche dans l’église géante Saddleback en Californie, pour prononcer la prière lors de la cérémonie d’investiture du 20 janvier 2009.

Mais le futur Président a tenu à souligner jeudi qu’il défendait des points de vue « absolument opposés » à ceux de Rick Warren sur les revendications homosexuelles et l’avortement.

« Au cours des cérémonies d’investiture, un large éventail d’opinions vont être mis en avant. Et c’est ainsi qu’il doit en être, parce que l’Amérique, c’est ça. Nous sommes pluriels, bruyants et têtus, cela fait partie de la magie de ce pays« , a expliqué Barack Obama qui a prévu de faire venir… une « fanfare gay ».

Geoff Kors, directeur exécutif d’Equality California, n’est pas du même avis :

« Ce choix est consternant« , accuse-t-il. « Si c’est là l’idée qu’Obama se fait d’une nouvelle ère, nous allons au devant de nombreux problèmes« .

« Je trouve que c’est un choix excellent. Rick Warren est aimé par des millions de personnes (…) les homosexuels radicaux ne l’aiment pas, mais la majeure partie des gens, oui« , juge quant à lui Bill Donohue, président de la Ligue catholique.

The Next Conservatism, A Serious Agenda for the Future

Le dernier texte de Paul Weyrich, publié le 18 décembre 2008, jour de son décès…

It was the best of times. It was the worst of times. It is the worst of
times because millions of Americans are unemployed this Christmas.
It is the worst of years because we have mortgaged the future of our
children and grandchildren for decades to come. It is the worst of
years because many good friends have left us. It is the best of times
because we still live in the greatest nation on earth. It is the best of
years because we have the freedom to speak our minds. It is the best
of years because we can organize as we see fit to support the
political candidates of our choice.
It is the worst of years because we have to witness the troglodytes
from Hell kill innocent people in Mumbai, formerly Bombay. It is the
best of years because we have a peaceful transition from a
Republican to a Democratic President with exemplary co-operation
between President George W. Bush and President-elect Barack H.
Obama.
It is the best of years because the test of the sea-based missile
defense system has worked. It is the worst of years because most of
America is not defended against a missile attack. It is the best of
times because the 22nd city opens a light-rail system this December
after light-rail nearly died out a few years ago. It is the worst of times
because the Bush Administration has turned down 70 some cities
which want light rail or streetcars. It is the best of times because
Amtrak has set records in number of passengers carried. It is the
worst of times because the airlines carry more people on one day
than Amtrak does in a year.
It is the best of years because various factions are co-operating
toward an agreement about the withdrawal of United States troops
from Iraq. It is the worst of years because we are struggling in the war
in Afghanistan.
It is the best of times because medical science continues to make
great progress. It is the worst of times because we are about to suffer
a government takeover of the most successful medical system in the
world.
It is the worst of times because conservatives appear lost and without
a serious agenda or a means of explaining such an agenda to the
public. It is the best of times because Free Congress Foundation has
a serious agenda called the Next Conservatism which should ignite a
meaningful debate about the future.

Promenade sur la toile (20/12/08)

Dépénalisation de l’homosexualité devant l’ONU : la France au service du lobby gay

par Jeanne Smits, directeur de la rédaction de Présent

Il s’agissait avant tout de lever un « tabou » : Maxime Verhagen, ministre néerlandais des Affaires étrangères qui a travaillé en étroite collaboration avec Rama Yade a décrit ainsi l’opération montée devant l’ONU pour faire adopter une déclaration – non contraignante – sur la dépénalisation de l’homosexualité. Lors d’une table ronde organisée jeudi dans la salle des audiences plénières à New York, une minorité de pays (66, dont les 27 de l’Union européenne, le Japon, le Mexique et le Brésil) ont voté le texte dont Présent vous a donné en exclusivité la traduction française (notre numéro de samedi dernier).

Sur 192 pays membres, 66 signataires ne pèsent pas si lourd, numériquement, d’autant que les Etats-Unis, la Chine et la Russie n’ont pas approuvé la déclaration promue avec beaucoup d’énergie par la diplomatie française. Il y a même eu une contre-déclaration, forte de 60 voix, menées notamment par les pays islamiques : dans sept pays, les actes homosexuels sont punis de mort.

Mais comme l’a souligné Verhagen, « pour la première fois dans l’histoire, un groupe important d’Etats membres s’est prononcé à l’Assemblée générale contre la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle ».

Où l’on voit le détournement immédiatement opéré par ceux qui, sous couleur d’en finir avec des peines criminelles, cherchent en réalité à imposer l’interdiction de toute « discrimination », c’est-à-dire toute différence de traitement. Le texte invoque clairement cette « orientation sexuelle » dont le libre choix est revendiqué par le lobby « LGBT » (lesbiennes-gays-bi-trans), et aussi « l’identité de genre », retranscription dans le droit de l’idéologie du genre, pour qui les différences entre les sexes ne sont que des données culturelles.

Le Vatican n’a évidemment pas voté la déclaration contre laquelle il avait mobilisé l’opposition. Il a simplement déclaré qu’il souhaitait l’abandon des peines criminelles pour les actes homosexuels et condamnait les violences envers les personnes homosexuelles – objectif seulement apparent du texte – en précisant, par un communiqué officiel de sa délégation :

« En particulier, les catégories “orientation sexuelle” et “identité de genre” utilisées dans le texte, ne sont ni connus ni clairement définis d’un commun accord dans le droit international. S’il fallait les prendre en compte dans la proclamation et la mise en œuvre des droits fondamentaux, cela créerait une grave incertitude au sein de la loi. »

Le langage de la discrimination adopté par la Déclaration traduit en effet une volonté d’imposer ce pour quoi l’Union européenne, notamment, la France et les Pays-Bas en tête, militent plus ou moins ouvertement. L’accès à tous les droits civils : mariage ou union civile, le droit d’adoption pour les homosexuels, droits fiscaux, absence de discrimination au travail, répression de l’« homophobie » comprise comme toute présentation défavorable des comportements homosexuels.

Si les Etats-Unis ont répugné à signer la déclaration (mais Obama arrive…), c’est notamment pour sauvegarder leur droit de ne pas recruter d’homosexuels au sein de leur armée. Plus largement, la signature d’un texte comme celui défendu par la France entraverait à terme toute volonté d’écarter des homosexuels de certaines charges ou métiers (en relation avec l’enfance ou la célébration du culte par exemple).

L’exemple espagnol

Tout cela n’est pas simple littérature ou débats sans conséquences. L’Espagne, en pointe, avec Zapatero, pour imposer le nihilisme de la confusion des sexes, poursuit actuellement un juge qui a « retardé » une procédure d’adoption d’une petite fille par la « compagne » de sa mère.

Le juge Fernando Ferrín Calamita, président du tribunal des Familles de Murcie, attend la sentence d’une juridiction devant laquelle il est poursuivi pour « prévarication ». A l’audience, le 3 décembre dernier, le procureur a réclamé contre lui 9 mois de prison et 18 ans d’interdiction d’exercer, au motif qu’il avait réclamé des informations techniques approfondies et une enquête personnelle dans le « foyer » des lesbiennes pour déterminer si l’adoption était conforme au bien de l’enfant. Ce retard dans le traitement du dossier en fait un affreux persécuteur des homosexuels. Ce juge catholique assure ne pas avoir agi par préjugé religieux ; il affirme signer de nombreux jugements de divorce alors qu’il est personnellement contre ; il a seulement mis en cause des rapports psychologiques favorables insuffisamment argumentés.

Viendra le jour où de tels juges seront enfermés…

  • Le blog de Jeanne Smits
  • Le site du quotidien Présent
  • Offre spéciale « nouveaux abonnés » à souscrire avant le 25 décembre

ANNOUNCING THE DEATH OF PAUL M. WEYRICH

Congressman Ralph M. Hall, Chairman of the Free Congress Foundation Board of Directors, and President Marion Edwyn Harrison, sadly announce the death of the Founder and National Chairman, Paul M. Weyrich.

Paul Weyrich, 66, died this morning while briefly hospitalized near his home in Northern Virginia. A contributory cause of death was methicillin-resistant staph aureus, commonly termed MRSA. For some years Paul Weyrich had been in a wheelchair, due to a combination of illnesses and a fall many years ago on black ice.

While hospitalized a number of times, and often in pain, Paul continued his admirable and extensive work as a leader of the cultural, political and social conservative movement.

Paul founded not only the Free Congress Foundation but also the Heritage Foundation and was the first Heritage President. While still a student in his native Wisconsin he became a radio and MILWAUKEE SENTINEL newspaper reporter and then a CBS political reporter and newscaster in Milwaukee. In 1966 he came to Washington, initially handling press relations and other assignments for Senators Gordon L. Allot, of Colorado, and Carl T. Curtis, of Nebraska.

In 1973 Paul Weyrich created the Heritage Foundation and in 1974 he created the predecessor to Free Congress Foundation. For several years he also operated a television cable channel. He held the highest honorary position in the Council for National Policy. During the past 35 years he extensively advised, spoke and wrote on cultural and other aspects of conservatism. In and after 1989 Paul visited the formerly Communist Soviet Union, organizing training courses for the promotion of democracy and individual rights. Paul also was an expert on rail and light-rail transit, having served as an AMTRAK Director and a National Surface Transportation Policy and Revenue Study Commissioner.

In 1990 Paul was ordained a deacon in the Melkite Greek Eparchy, a conservative Catholic Church.

Paul Weyrich is survived by his wife of 45 years, the former Joyce Ann Smigun, their five children and 15 grandchildren.

Steadfast and courageous in causes and faith, and admirably stoic in continuing his extensive work during many years of illness, Paul Michael Weyrich will be missed by the many people with whom he worked and by his family and numerous friends.

Funeral arrangements are not yet concluded. More information will become available through a call to the Free Congress Foundation, 703 837-0030, and on the website, www.freecongress.org

J’ai eu l’occasion, dans le cadre de la Bourse Tocqueville, de rencontrer Paul Weyrich en juillet 2008 à Washington D.C. après un de ses célèbres déjeuners de coalition. Je n’oublierai jamais son accueil et sa gentillesse. Nous diffuserons au début du mois de janvier sur e-deo un entretien exclusif avec Paul Weyrich.