e-deo.info

Connecté au pays réel

E-deo

Action!

Action!

Solidarité!

Archive for Emeutes

La manif anti-FN de Tours

tourne à l’affrontement entre extrême-gauchistes et forces de l’ordre.

Thibaud

Tensions communautaires en France

  • Paris : la préfecture autorise le CRIF et les nervis de la LDJ a manifester leur soutien devant l’ambassade d’Israël mais pas l’UJFP (Union juive française pour la paix)… un peu plus critique il est vrai !
  • Des images des importantes manifestations pro-palestiniennes à Paris et dans des grandes villes de province. Dans la capitale, des heurts ont éclaté en fin de parcours.
  • Le Nouvel Obs relaye l’appel du CRIF. Le jour où ils feront de même avec la marche pour la vie…
  • Bilan de l’initiative du CRIF : 12 000 manifestants selon les organisateurs, 4 000 selon la police dont le député-maire du XVIème arrondissement Claude Goasguen, le chanteur Enrico Macias ou le grand rabbin Gilles Bernheim.
  • Strasbourg : le Conseil représentatif des institutions juives (CRIF Est) « déplore l’importation du conflit du Moyen-Orient à Strasbourg et partout sur notre territoire ».
  • Rue 89 demande pourquoi, en ce qui concerne l’islamophobie, la justice et les médias sont « à la traine ». La lutte contre la christianophobie, par contre, ne préoccupe pas plus que ça le site de gauche…
  • Kémi Séba vs Ahmed Meguini : la version du premier, celle d’un ami du second.

Promenade sur la toile (03/01/09)

Affrontements aux pistolets automatiques, serpes, hachoirs…

entre bandes armées.

Jean-Claude Marin, procureur de la République du tribunal de grande instance de Paris décrit dans 20 minutes la violence des bandes armées à Paris :

Il y a régulièrement des affrontements, entre bandes du 18e et du 19e, du 13e et du 14e ou encore aux Halles. La nouveauté, aujourd’hui, c’est que ces groupes sont devenus plus violents dans la capitale et sont donc plus visibles. L’affrontement ne s’organise plus autour de coups de poing ou de coups de bâton, mais plutôt avec des armes à feu type pistolets automatiques 9 mm et des armes blanches comme les serpes, les feuilles de boucher (grand hachoir) et les sabres.

Faut-il attendre d'être mort pour se défendre ?

Deux septuagénaires ont été agressés chez eux.

Jacky soupire. S’il se sent «écœuré», le paisible retraité relativise, se dit que cela aurait pu être pire : «S’ils avaient fait un seul mètre chez moi, je ne me serais pas laissé envoyer au cimetière. Cela aurait été eux ou moi. Faut-il attendre d’être mort pour se défendre ?». Membre d’un club de tir de Blagnac, c’est un passionné d’armes de feu. «J’ai plusieurs armes de collection, déclarées . Des armes de poudre noire datant de 1860. A 25 mètres, un seul coup réduit un parpaing en miettes».

Une bonne question, qui relève du bon sens.

Riposte Laïque contre l'Islam, l'immigration, la Halde, le MRAP et le reste…

Les crypto-nationalistes de Riposte Laïque n’ont pas fini de m’étonner. Il est indubitable qu’ils sont de gauche, de cette gauche laïcarde qui aimait à manger du curé. Maintenant, la critique de l’Islam et de son corollaire, l’immigration est devenue acerbe et désabusée. Bientôt, ils s’entendront bien avec l’extrême droite française. La lepenisation des esprits n’a jamais été aussi vivace. En témoigne le dernier numéro.

La France n’a pas besoin d’immigration.

Quand le journal « La Provence » veut, dans un article du 26/10/08, nous émouvoir en relatant l’exode risqué d’immigrés algériens vers l’Europe où,dès qu’ils arrivent, ils brûlent leurs papiers et s’enfoncent dans l’illégalité, il oublie de dire que l’Algérie n’est pas un pays pauvre et que la confiscation de « la rente du pétrole et du gaz » par des castes dominantes l’empêche de se développer et de construire les infrastructures agricoles, industrielles, commerciales, qui permettraient à sa main d’œuvre locale de s’employer, de vivre pleinement sur place et d’enrichir la pays par son travail, ses compétences, sa consommation.

Ce qui vaut pour l’Algérie vaut pour la quasi totalité des pays du Maghreb et de l’Afrique subsaharienne, où les richesses nationales comme les fonds d’aides mondiaux vont aux couches dirigeantes qui se gobergent gloutonnement ( tout en réinjectant ces fonds dans le circuit international de la finance) sur le compte de peuples dont ils favorisent la fuite vers l’Europe pour, à la fois, alléger leurs propres problèmes et favoriser une économie d’assistanat basée sur les envois financiers des migrants vers leurs familles. Le Maroc, en particulier, se complaît dans cette façon de voir l’émigration comme une industrie nationale qui fait entrer des devises, limite le chômage intérieur et assure une certaine paix sociale aux « élites » dirigeantes. Et il n’est pas le seul ! Il faudrait dire aussi combien ces forces vives qui quittent le pays freinent son développement, et encore plus quand il s’agit d’éléments qui vont acquérir ailleurs une formation qu’ils ne viendront pas valoriser dans leurs pays d’origine.

Elle permet aux tenants du système « capitaliste libéral » de peser sur la main d’œuvre locale dans les pays industrialisés comme le nôtre (salaires, conditions de travail, formation) en la mettant en concurrence déloyale avec une main d’œuvre malléable et vulnérable issue de pays très peu développés économiquement comme culturellement et politiquement. Elle freine, dans les pays historiquement ouverts à la démocratie et au combat politique et social, ce type d’action et enferme chacun dans un clivage économico-ethnique potentiellement dangereux.

Ces vagues successives d’arrivants vont occuper des immeubles construits pour accueillir (c’était l’époque de la « ceinture rouge »en Ile de France) des populations d’ouvriers et d’employés, avant que celles-ci ne les abandonnent au fur et à mesure de leur accès à une certaine « aisance matérielle » et parce qu’elles ne pouvaient supporter la promiscuité imposée. On a pu construire d’autres immeubles, mais la « ghettoïsation » constatée aujourd’hui s’est réalisée par l’entassement de ces populations étrangères en entités ethniques et culturelles en des lieux qui se dégradent rapidement aussi bien intérieurement qu’extérieurement, et par l’accumulation de difficultés et de problèmes aussi bien individuels que collectifs, matériels que culturels, religieux qu’éducatifs.

En complément, il faut lire l’interview de Robert Albarèdes, sur la position de la gauche sur l’immigration.

L’Islam en prend aussi pour son grade. L’interdiction potentielle de la burqa est ardemment soutenu par le journal.

Burqa hallucinatoire à Marseille ? Le journaliste y décrit l’évolution des mœurs, témoignant du fait que l’on voit de plus en plus de burqa à Marseille. Il envisage de déménager.

L’Islam de France bien « désintégré » par un sondage. Un sondage prétend que les musulmans se sentent bien intégrés, qu’ils respectent la laïcité et qu’ils sont pour le financement par l’Etat des mosquées. En fait, ils jouent un double jeu, pour paraître fréquentables. Ils ne le sont pas du tout, d’après ce qu’en pense le journal.

Un autre exemple de presse « politiquement correcte », et même « islamiquement correct » : l’affaire de la jeune fille de 14 ans battue et menacée d’immolation par ses parents et par son frère à Châteauroux (Indre). La presse nationale nous explique que ces violences ont été provoquées par le seul fait que la victime avait dépassé de 30 euros son forfait de téléphone portable. Cette version se retrouve par exemple chez TF1 (2), sur le Figaro (3), et dans une dépêche AFP (4).

Mais comme souvent, la presse régionale comporte encore quelques journalistes d’investigation, et c’est la Nouvelle République qui nous apprend que la note de téléphone portable n’est pas le seul motif de l’acharnement familial : « Si le dépassement de forfait téléphonique apparaît comme la première explication, en toile de fond se détache un autre problème : les parents n’acceptent pas que leur fille fréquente un garçon africain non-musulman » (5)

Curieusement, aucune organisation « antiraciste » autoproclamée n’a relevé ce double racisme imposé par le Coran et la charia : l’interdiction faite aux musulmanes (et non aux musulmans mâles) de fréquenter ou d’épouser un non-musulman. Mais que fait la Halde ? Comment se fait-il que le Mrap ne se soit pas porté partie civile dans ce procès, et qu’il ne réagisse jamais à ces affaires de sexisme et de racisme anti-non-musulmans ?

Le collectif des musulmans de France s’en prend à Françoise Hostalier, à l’origine de la proposition de loi visant à interdire le port de la burqa. Elle répond vertement :

Mais sachez tout de même, cher Abdelaziz, que je hais les voiles. Je vous l’ai expliqué à l’UNESCO et je vois que ne voulez toujours pas comprendre. Il ne me reste qu’à user d’une pédagogie toute coranique avec vous : la répétition. Répétons donc cent quatorze fois s’il le faut, que le voile de la sœur chrétienne signifie qu’elle s’est interdite tout commerce avec les hommes et que le voile de ma sœur musulmane, en France, veut avant tout dire qu’elle est réservée aux musulmans et aux convertis bien circoncis.

Très bien. Parfait. Excellent. Elle continue :

Je ne veux pas être le juif de demain. Je préfère renvoyer ces lois et leur voilement à leur Antiquité et à leur Moyen-âge et vous avec ! C’est à ces époques, ainsi qu’à Jérusalem et à la Mecque que vous êtes foncièrement attaché. J’invite aussi quelques dirigeants du CRIF à vous y accompagner. Ils sont tout autant attachés à Jérusalem et à ses Antiquités que vous !

Vous n’appartenez pas encore, corps et âme, à cette France d’aujourd’hui, celle de la libération et de l’émancipation de la douce moitié de l’humanité, celle que vous aimeriez bien garder sous voile.

Le MRAP et la Halde ainsi que la libre pensée en prennent pour leurs compte. La libre pensée 78 se montre défavorable à l’interdiction de la burqa.

La Libre Pensée du 78 vient de se ridiculiser totalement dans un texte prétendant critiquer la proposition de loi de Jacques Myard (1). La mauvaise foi y côtoie le grotesque. La haine du catholicisme y côtoie la plus basse complaisance pour l’islam. La compassion pour les RMistes y côtoie l’indifférence au sort des femmes

Le MRAP est en fait une officine de proxénètes musulmans, dont une minorité veut réellement le respect de la laïcité et la fin des discriminations.

Après avoir demandé la démission de M Mouloud Anouit président du Mrap, le groupe dissident minoritaire affirme de plus en plus souvent ses désaccords avec le bureau national. Comme l’indique le Mrap des Landes : « Nous sommes souvent interpellés au sujet de déclaration de représentants nationaux du Mrap qui remettent en cause la laïcité. » Il faut savoir que le MRAP fédère plus d’une centaine de comités en France, chacun à son autonomie propre. La fédération des Landes ne veut pas, dans son action renoncer, et c’est tout à son honneur, : « à la laïcité et aux droits des femmes menacés par les pressions obscurantistes ». Elle a donc condamné, il y a quelque temps, la position du président M Aounit qui approuvait les horaires communautaristes de piscine.

De plus en plus, la gauche se divise sur le thème délicat de l’islamisation. Certains finiront bien par comprendre.

Chronique d'une violence quotidienne

Selon nos sources, cet individu, prénommé Denis, aurait été molesté en pleine rue pour des raisons encore indéterminées, et peut-être à coups de battes de base-ball et de poings américains, par une quinzaine de jeunes hommes. Juste avant les faits, il aurait eu sa fillette de trois ans dans les bras. Celle-ci se serait alors échappée vers la cage d’escalier la plus proche, où sa maman l’aurait récupérée avant d’assister, impuissante, au passage à tabac de son compagnon.

Il y aurait cinq mineurs parmi les agresseurs, qui ont laissé la victime dans un état grave. La police a procédé à de multiples arrestations pour éclaircir les circonstances de l’agression. Hier, des « jeunes » s’étaient rassemblés devant le commissariat en affirmant que la plupart des gardés à vue n’avaient rien à voir avec l’agression.

Luc Besson dans les quartiers : le feu aux poudres ?

Les élucubrations du réalisateur bobo-gauchiste Luc Besson font bien rire Polydamas.

Il est vrai qu’on avait célébré son initiative de tourner avec des « jeunes de banlieues », considérant que le véritable trésor de la France se trouvait dans ses quartiers. Une dizaine de voitures brûlées plus tard, le réalisateur a stoppé le tournage. Mais il n’a pas encore avoué que le trésor de la France ne se trouve pas là où il croyait. Espérons qu’il reviendra un jour de son angélisme paranoïaque.

Guet-apens à Toulouse

Hier matin, vers 4h, un équipage de police toulousain est tombé dans un guet-apens. C’est une quarantaine d’individus qui s’est acharnée sur la voiture de police, lui jettant tout ce qu’ils trouvaient. Les policiers n’ont pu se dégager qu’à coups de flach-balls et de grenades lacrymogène.

Malgré l’arrivée de renforts, aucun suspect n’a été arrêté.

Maurice Dantec : sans illusion sur l'islam

Le célèbre écrivain, converti au catholicisme, répond sur son site aux questions que lui posent ses lecteurs. Sans langue de bois. Le cirque et l’islamophilie (folie ?) béate des grands médias, mais aussi d’un certain nombre de chrétiens, à l’occasion du Ramadan rendent indispensables ses réflexions sur l’islam. Attention, il n’y va pas avec le dos de la cuillère !

  • Selon vous, devrait-on éliminer l’islam de la surface de la terre ?
    Il va s’en occuper de lui-même. C’est la « beauté » des totalitarismes, ils rêvent de gloires de mille ans, et durent le temps d’un double septennat. À l’échelle métahistorique, pour les pseudo-messianismes religieux, cela prend un peu plus de temps, et cela entraîne des conséquences plus sérieuses, c’est tout.
  • Pourquoi ne pas plutôt inventer de nouvelles valeurs au lieu de se tourner vers le christianisme et contre l’islam pour sauver notre civilisation qui a abandonné ses valeurs fondatrices ?
    Justement, si on veut éviter la perdition totale mieux vaut retrouver au plus vite ces valeurs fondatrices qui seules nous réservent un futur. Car sans fondations, que voulez vous donc bâtir ? On n’invente rien à partir du néant, c’est pour cela que toutes les doctrines de la « tabula rasa » ont toujours échoué.
  • Malgré tout que pensez-vous de la critique de M. Onfray de l’Islam ?
    Réveillez moi à la fin de la conférence de M. l’Athéologien.
  • Quelle est votre position sur l’affaire Redeker, professeur de philosophie menacé de mort par des islamoabrutis ( pléonasme ? ) suite à une tribune objective sur l’islam dans Le Figaro ? Les marxistes seront les premières victimes de l’islam jihadiste, ce « communisme du désert ». Ils l’auront bien cherché. Cela étant dit, j’ai lancé et signé une pétition en sa faveur.
  • Dans combien de temps envisages-tu un conflit armé en europe (France) entre l’islam et le reste du monde ?
    A n’importe quel moment.
  • Pensez vous que le fait que nous écrivions nous donne une lucidité accrue sur – par exemple – l’islam ou ce que beaucoup ne veulent pas voir ?
    Tout MOT prononcé contre l’islam est à la fois une preuve de courage et de lucidité et l’équivalent d’une munition de bon calibre. Qui peut d’ailleurs à l’occasion vous être destinée.

  • Peut-on dire que le Coran prend la Révélation « au mot » ?
    Non. Le Coran est une hyper-hérésie, une déviance psychopathologique d’un judéochristianisme déjà déformé par les hérésies gnostiques, marcionites, ébionites, adoptiannistes, nestoriennes, dont le « Prophète » fut abreuvé toute sa jeunesse. Il n’y a aucune « Révélation » singulière dans le Coran, sinon la répétition simplifiée, et simpliste, de certains axes principiels de l’Ancien Testament et le renversement des événements fondamentaux de la seule et unique Révélation, en faisant du Christ un simple « prophète » et du « Prophète » un demi-dieu. Mahomet est au VIIe siècle et à la religion monothéiste ce que L. Ron Hubbard est au XXe et à la psychanalyse.
  • En termes de « chaises musicales », l’islam a occupé une place laissée vide ? Régression générale… Ou est passée la raison ?
    C’est la domination du « rationalisme » qui a asséché l’esprit occidental, tué (disons blessé gravement) le christianisme, et provoque donc ce retour du « faux » religieux. Comme le dit si bien Chesterton : Lorsque les hommes ne croient plus en Dieu, ils ne croient pas en autre chose, ils se mettent à croire n’importe quoi.
    Pourquoi pas un dieu-en-kit, tiers-mondiste et « libérateur », anti-impérialiste et « révolutionnaire », une sorte de dieu guévariste ? L’islam fournit la camelote.
  • Bonjour Maurice, je pense comme vous que l’islam est une menace pour l’Occident et j’admire votre courage d’oser le dire. Ceci dit, quel est la solution pour que cet Islam n’ait le dessus ?
    L’écraser, définitivement.
  • D’ou vient votre haine de l’islam ?
    De l’islam.
  • Etes-vous d’accord avec moi qui pense qu’une laïcité réellement appliquée en France (car elle ne l’est pas) pourrait sauver la France d’une partie de ces maux (islamisation par exemple) ??? Seul un État Impérial Très Chrétien sera en mesure de le faire. Une civilisation militaire, scientifique, religieuse.
  • Nos sociétés occidentales nihilistes méritent-elles réellement d’être défendues face à l’islam ? Face à l’islam même un chenil de province doit être défendu.
  • Pensez-vous qu’une fusion des Français avec les immigrés soit possible à terme ? Si oui, comment envisagez-vous ce syncrétisme impérial ? Si non, pourquoi désespérez-vous ? La seule fusion que j’envisage sereinement pour les envahisseurs islamiques c’est la fusion thermonucléaire.
  • Si « guerre civile » il y a, quel serait d’après vous l’état du pays et des populations, sachant qu’à mon avis il ne reste plus grand chose qui vaille être défendu à mort en France ?
    La « guerre civile » n’est que le stade ultime – explosif » de la décomposition du cadavre : émission de gaz, une petite étincelle et…
    Une chance de TOUT NETTOYER.

Le site de Maurice Dantec

Religion de paix

Veille Education nous rappelle à quel point l’Islam est une religion de paix. Un témoignage de moins en moins exceptionnel, mais qui a le mérite d’être filmé.

Guerres de tribues

Lu dans le quotidien suisse Le Temps :

Une inimitié tenace oppose notamment les Franco-Africains du CRAN, qui défileront surtout le 10 mai, aux Antillais groupés au sein du Collectifdom, qui préfèrent la date du 23 mai pour commémorer la traite négrière. Les premiers accusent les seconds de vouloir être «plus Français que les autres», alors que le Collectifdom, qui entend également représenter les Guyanais et les Réunionnais, a accusé le CRAN d’être un «groupuscule ouvertement raciste».

Lycéens : jeunesse est déjà passée

« Nous avons tout lu sur le mouvement des lycéens. À gauche, on les soutient évidemment : « force militante », « jeunesse légitimement inquiète mais déterminée ». À droite, la crainte d’être anti-jeunes ferme les bouches et nous entendons de timides « bien sûr, on peut comprendre les inquiétudes sur leur avenir», « une certaine générosité de l’adolescence mais pour autant… ». Moi, j’ai honte pour eux ! Avoir 17 ans et défiler, encouragé par l’Éducation nationale et le syndicat ringard de papa, avoir 17 ans et revendiquer plus de profs, de pions, de postes, de matières ! C’est le grand éclat de rire de toutes les générations de cancres et de joyeux drilles qu’on a condamnés à la chaise droite depuis Charlemagne. Être élève et revendiquer plus d’école ! Être ado et vouloir plus d’adultes ? Quelle régression ! L’année prochaine, ils défileront pour que maman apporte le goûter ou le doudou. Et nous sommes au printemps ! 17 ans, et pas fichu de revendiquer des filles plus belles ou plus de beaux gosses ! On n’a même pas entendu le mot liberté ni même celui de révolution ! Même pas un pavé, même pas une plage. Juste un gémissement :« notre avenir » ! Et pourquoi pas notre retraite ? Les fils de gauche ont un mental de pépère. Nains de la vigueur et médiocres de l’enthousiasme, ils sont simplement cul-cul. On en arrive à trouver les casseurs plus sympas, plus romantiques. On comprend bien maintenant la raison des piercings de ces lycéens. Ils sont à l’ado ce que l’anneau est au boeuf. Ils partagent d’ailleurs le même destin : être promenés corde au museau et ramenés au box pour manger le foin qu’on a bien voulu leur donner ! »

L’Humeur de Pasquin (L’Homme Nouveau -site- du 26 avril 2008)

(Merci à E.V.R.) 

La phrase du jour…"Mai 68, orgasme de l'intelligence"

« Je me souviens d’un jour où un paysan nous avait amené une vache à la Bourse du Travail. Une sorte de cadeau pour les ouvriers… C’était un symbole, bien sûr, le symbole d’une transformation profonde, d’un orgasme de l’intelligence… » Serge Pay, à propos de Mai 68. L’article s’appelle d’ailleurs « Mai 68, orgasme de l’intelligence ». On croit rêver, et puis on se ravise. La violence révolutionnaire est le mode d’évolution normal de ces gens-là. N’affirme-t-il pas plus loin : « Comment Sarkozy peut-il vouloir en finir avec Mai-68 ? Mai-68 est dans l’Histoire, comme la Commune, la Révolution ou Spartacus ! Faut-il en finir avec Spartacus ? » Un discours qui respire à la source marxiste les effluves nauséabondes de la lutte des classes, de la révolution et de la dictature prolétarienne. Ces chantres de la révolution et de la violence sociale sont pourtant des pacifistes notoires quand il s’agit de la guerre du Viet-Nam, la guerre en Irak, de l’armée française ou d’une quelconque réforme.  Pourquoi sont-ils incapables de revendiquer la paix sociale ? Mais puisque la révolte des jeunes est un modèle, une preuve d’intelligence, pourquoi ne pas affirmer que les émeutes de 2005 étaient un « orgasme de l’intelligence » ? Ce sont des jeunes qui se sont révoltés ; eux aussi, ils ont lancé des pavés sur la police ; eux aussi, ils ont contesté toutes les hiérarchies …Mais eux, ils ne revendiquaient pas la libéralisation de quoi que ce soit…Eux, au moins, ils ne cachaient pas leurs actes derrière une vague justification universaliste dans le genre « Faites l’amour, pas la guerre »ou »Interdit d’interdire »…Ils voulaient simplement se battre contre la France et la police. C’était on ne peut plus claire.

Mais peut-être est-ce parce que, finalement, les « jeunes des banlieues » ont pleinement profité des « avancées sociales » de 68 (contestation de l’autorité, individualisme, exigence de bonheur social, égalitarisme…) que les soixante-huitards qui nous dirigent refusent de les assimiler au « soleil » que fut 68. Non, non, ça n’a rien à voir. Le modèle éducatif issu de 68 ne peut pas faillir. On préfère donc mettre entre parenthèses des émeutes qui n’avaient pas lieu d’être. Et voilà le schéma : d’un côté, des petits bourgeois, blancs, sans difficulté particulière, de l’autre des noirs et des arabes en mal d’intégration sociale ; d’un côté, des idéalistes faisant la révolution et l’histoire, de l’autre, des « émeutiers » réduits au problèmes socio-économiques, rélégués aux poubelles de cette même histoire ; d’un côté la légende, de l’autre l’omerta et l’oubli. « Mais enfin, on a déjà libéré la société en 68, pourquoi ils se révoltent ? Qu’ont-ils à nous reprocher, à nous qui avons apporté le bonheur et l’égalité dans les classes ? » pourraient-ils dire devant le constat d’échec. Les problèmes sociaux se sont multipliés ; la génération 68 s’est crispée sur ses acquis et refusent d’en démordre. « L’ascenseur social » ne fonctionne plus et ils s’étonnent de ce que l’on veuille abattre 68.

La révolution finit toujours pas tuer ses propres géniteurs. Dans la contestation de l’autorité, les émeutiers de 2005 auront raison des soixante-huitards. Et les commémorations de 68 ne sont déjà plus que de stupides épiphénomènes destinés à ressusciter un vague « esprit idéaliste et révolutionnaire » qu’une autre violence sociale, autrement plus destructrice - celle qui n’appartient pas à la tradition bourgeoise –  aura tôt fait d’enterrer. Je ne sais pas s’il faut en finir avec Spartacus, mais avec Lénine, Babeuf, Marx et les autres marionnettes de Brejnev, assurément…

La production massive de biocarburants, "un crime contre l'humanité"

La production massive de biocarburants est aujourd’hui « un crime contre l’humanité » du fait de son impact sur l’envolée des prix alimentaires mondiaux, a estimé Jean Ziegler, rapporteur spécial des Nations Unies pour le droit à l’alimentation à la radio allemande.

M. Ziegler a appelé le Fonds monétaire international (FMI) à changer sa politique de subventions agricoles et à cesser de soutenir exclusivement des projets visant la réduction des dettes. L’agriculture, estime-t-il, doit être subventionnée dans des secteurs où elle assure la survie des populations.

Dans un entretien au quotidien Libération, Jean Ziegler a averti que le monde se dirigeait « vers une très longue période d’émeutes » et de conflits liés à la hausse des prix et à la pénurie des denrées alimentaires.

Les Chinois n'auront rien vu des perturbations provoquées par RSF à Olympie

La cérémonie d’Olympie, première étape du parcours de la flamme olympique, a été pertubée hier par trois personnes, toutes membres de « Reporters Sans Frontières » dont son secretaire général Robert Ménard, chevalier de la Légion d’honneur depuis dimanche. Durant le discours de Qi Liu, responsable chinois du Comité d’organisation des jeux, ils ont tenté de s’approcher de la tribune. Malgré un impressionnant dispositif policier, une bannière invitant à « [boycotter] le pays qui piétine les droits de l’homme » a pu être déployée avant que les trois militants ne soient interpellés puis relâchés dans la soirée.

Je lis dans Le Figaro du 25 mars 2008 que:

la télévision chinoise qui s’était manifestement investie dans la couverture des JO, a suspendu brièvement la retransmission de la cérémonie. Les Chinois n’ont rien vu de l’incident. La télévision chinoise transmet souvent en léger différé des programmes présentés comme « en direct », afin de laisser toute latitude aux censeurs. A la place, les télespectateurs ont pu suivre des images d’archives sur le site historique d’Olympie.

Le gouvernement grec a condamné l’incident, dénonçant un acte n’ayant « aucune relation avec l’esprit olympique ».

La condamnation hier du dissident chinois Yan Chulin à cinq ans de prison pour « subversion » en raison de son appel à signer une pétition intitulée « nous voulons les droits de l’homme, pas des jeux olympiques » a sans doute plus de rapport avec  »l’esprit olympique ». Tout comme le jugement annoncé pour les prochains jours du dissident Hu Jia, lui aussi accusé de subversion…

Robert Ménard ne désarme pas. Le secrétaire général de RSF promet « des actions jusqu’au 8 août ».  

Eric Zemmour: "il y a un décalage inouï entre ce que vous disent les politiques en privé et ce qu'ils disent à la télé"

L’écrivain et journaliste Eric Zemmour était interrogé par Paul-Marie Coûteau sur Radio Courtoisie (libre journal de la nuit du 9 janvier 2008):

Ambiance à Nanterre

La police propose, les « jeunes » disposent…

Via.

Le problème des banlieues françaises

France Jeunesse Civitas (site) communique (extrait):

Avec les émeutes de Villiers-le-Bel réapparaissent tous les habituels couplets sur le désœuvrement des « jeunes » de banlieue, sur le chômage, sur la misère, sur le racisme, etc. Que ne feraient les intellectuels de la gauche caviar pour trouver des justifications aux émeutiers.

Mais ces événements graves et prévisibles méritent d’être analysés avec toute la raison nécessaire.

- Les émeutiers ont incendié une école et deux bibliothèques municipales témoignant ainsi leur mépris pour ce qui symbolise la culture mise à leur disposition.

- Les émeutiers méprisent également le travail et l’effort qu’il demande. Ils préfèrent piller les commerces et voler ceux qui travaillent.

- Les émeutiers méprisent l’Etat français et tout ce qu’ils relient à cet Etat. Les pompiers doivent ériger des barricades pour travailler à l’abri des projectiles. Le maire de Villiers-le-Bel, venu négocier, fut forcé de s’enfuir devant des émeutiers brandissant des cocktails molotov. La police est la cible de tirs de chevrotinne.

- Les émeutiers cultivent le communautarisme et méprisent tout ce qui leur est étranger. Même les journalistes, pourtant plutôt débonnaires à l’égard des émeutiers, sont molestés.

Ces émeutiers sont des criminels agissant en bande.

Ils pratiquent des actes relevant du terrorisme.

Ils organisent une forme d’insurrection armée.

Ils doivent être traités en conséquence.

Si les autorités françaises veulent être respectées dans les banlieues, elles doivent impérativement cesser la demi-mesure. Il n’est guère difficile d’identifier les cent émeutiers les plus durs de Villiers-le-Bel. Ceux-là devraient être cueillis au petit matin et traduits en justice selon une procédure d’extrême urgence. Ce serait un geste fort adressé à tous, aux honnêtes gens comme aux voyous.

Pour l’instant, ce sont les émeutiers qui frappent où et quand ils veulent. Il est temps de donner aux forces de l’ordre les pouvoirs pour y mettre fin.

(…) chassons la terreur des banlieues françaises !

Alain Escada,

président de France Jeunesse Civitas

Emeutes : une nouvelle nuit "relativement calme"

Une nuit « relativement calme«  hier. Ce qui signifie :

  • Un magazin incendié à Goussainville
  • Vol et caillassage d’un bus aux Mureaux
  • Vol d’un autobus à Verneuil-sur-Seine
  • Dix voitures et une bibliothèque brûlée à Toulouse

A Villiers-le-Bel d’où sont parties les émeutes : « quelques feux de poubelles et « quelques dizaines de véhicules incendiés » selon la Préfecture, des dizaines de voitures brûlées malgré …. plus de 1000 policiers et gendarmes déployés.

Depuis dimanche soir le bilan parmis les forces de l’ordre est de 120 blessés.