e-deo.info

Connecté au pays réel

E-deo

Action!

Action!

Solidarité!

Archive for Formation

Et si vous tentiez la Bourse Tocqueville cette année ?

Le site officiel de la Bourse Tocqueville.

Thibaud

Les 12 et 13/02 : se former à la contre-révolution

Informations pratiques

Thibaud

Un argumentaire anti-euthanasie pour les sénateurs

signé l’Observatoire sociopolitique (blog) du diocèse de Fréjus-Toulon.

Thibaud

Le catéchisme de l’abbé Laguérie en 6 CD audios

soit un total de 35h :

Deux CD pour les vérités catholiques : la doctrine catholique, les preuves de l’existence de Dieu, sa nature, ses attributs, la Trinité, les anges, l’homme, le péché originel, le Fils de Dieu fait homme, l’Eglise, les fins dernières.

Deux CD pour la vie divine en nous : la prière, la grâce, les sacrements en général, le baptême, l’Eucharistie, la Messe, la confirmation et les dons du Saint-Esprit, l’ordre et le sacrement des malades, le mariage .

Deux CD pour la morale du Nouveau-Testament : droit naturel et droit surnaturel, la Foi et l’Espérance, la Charité , la prudence, la justice (en elle-même, envers Dieu, envers le corps, dans les biens, dans nos paroles), la tempérance (le manger, le boire et la chair) la force chrétienne.

On peut donc se procurer l’ensemble ou les disques deux par deux (1-2, 3-4, 5-6).

Abbé Philippe Laguerie Idéal pour tous nos lecteurs adultes qui n'ont plus le temps de lire et/ou qui prennent les transports en commun. Vous n'avez jamais suivi de vrais cours de catéchisme (à ne pas confondre avec les cours de coloriage dans la salle paroissiale de votre enfance) ? Profitez de ce Noël pour commencer !

Ce cours a été mis au point à Saint-Nicolas du Chardonnet dans les années 1985, quand, de un ou deux catéchumènes par an, on est passé à vingt-cinq ou trente. Je salue au passage tous ces baptisés d’alors et j’espère qu’ils ont tous persévéré dans la Foi. Auparavant je prenais chaque catéchumène une heure par semaine et par personne et je serais mort rapidement à la tâche si j’avais gardé cette méthode artisanale, qui pourtant avait aussi ses fruits particuliers. Mais songez qu’en 1987, je m’en souviens, l’abbé Pivert et moi-même avons baptisé 165 personnes, marié 45 couples et enterré 91 chrétiens. A deux, sans compter le reste du ministère !

J’ai donc mis au point ce cours collectif. Aussitôt, nombre de personnes bel et bien baptisées, mais tout aussi ignorantes de la doctrine chrétienne, ont rejoint les catéchumènes. J’ai du dédoubler ce cours oral et, en 1997, j’avais 120 personnes le mardi soir et 45 le samedi matin. En 1990, il a été publié une première fois sur bandes magnétiques et bien vendu pendant longtemps. Puis, à Bordeaux, je l’ai enregistré de nouveau, étant devenu un peu plus bavard…C’est cette version de Bordeaux qui sort aujourd’hui en MP3.

L'abbé Laguérie est aujourd'hui le supérieur de l'Institut du Bon Pasteur (site), une société de vie apostolique de droit pontifical érigée le 8 septembre 2006 par la Congrégation pour le clergé.

Si vous êtes intéressés : philippe.laguerie [at] institutdubonpasteur.org

Thibaud

Civitas n°37 : La famille, un enjeu politique

Civitas_la famille

Thibaud

Quand le PCF était aux ordre de Staline

Il y a 63 ans, Staline créait le Kominform. L'occasion de se remémorer ce que fut cette institution.

Enguerran

L’essor de l’enseignement vraiment libre en France

L'hebdomadaire Challenges consacre un article à l'enseignement hors contrat :

ChallengesStatistiquement, ces établissements hors contrat ne pèsent pas lourd au regard de la masse du système scolaire. Le ministère évalue leur poids à « moins de 1 % ». La Fondation pour l'école, qui regroupe l'essentiel du réseau des « écoles indépendantes », estime qu'il existe aujourd'hui environ 460 écoles hors contrat (Montessori incluses), accueillant près de 47 000 élèves. Et cela ne cesse de croître. Une quarantaine d'écoles s'ouvriraient chaque année en marge du système classique« C'est un phénomène plus prononcé en province qu'en Ile-de-France », nuance l'universitaire Bruno Poucet, auteur de La Liberté sous contrat (Fabert, 2010). 

Débordée, désorganisée, l'Education nationale peine à remplir son rôle. Les chiffres sont connus : un enfant sur trois ne sait pas bien lire en sixième. Une réalité qui a d'abord profité aux établissements privés sous contrat. Mais limités par l'Etat dans leur capacité à ouvrir de nouvelles classes, ces établissements voient leur liste d'attente s'allonger. Les « hors contrat » bénéficient de ce trop-plein d'élèves. Ils accueillent aussi beaucoup de familles d'expatriés qui ont apprécié à l'étranger un mode de scolarisation similaire.

"Le privé sous contrat a perdu son âme"

Mais ce ne sont pas les seules raisons. Anne Coffinier, 33 ans, directrice de la Fondation pour l'école a une autre explication. Pour elle, le privé sous contrat a perdu son âme« Les écoles sous contrat n'ont qu'une obsession : vouloir à tout prix préserver la paix scolaire, au point de perdre toute leur spécificité », analyse-t-elle en regrettant au passage que dans certaines écoles catho l'enseignement religieux soit devenu facultatif. Dans le hors contrat, on ne badine pas avec la religion. Même s'il accueille quelques établissements laïcs, comme les écoles Montessori, le système des écoles hors contrat prône un catéchisme traditionaliste« Nos établissements sont autonomes, c'est aussi leur force, soutient Anne Coffinier. Nous recrutons et payons nos professeurs, ce qui les responsabilise davantage. »

(…) « Hors contrat ne signifie pas hors de contrôle. Nos établissements sont même beaucoup plus contrôlés que les autres », jure Anne Coffinier. La force des écoles hors contrat, c'est leur autonomie. Une conception aux antipodes des méthodes centralisatrices de l'Education nationale qui, signe des temps, teste pour cette rentrée, dans 106 établissements, le recrutement de professeurs sur profil. Petite révolution : le chef d'établissement pourra définir des critères pour sélectionner un enseignant.

Le problème du hors contrat, c'est, évidemment, son financement. A 150 euros de cotisation par enfant et par mois, l'équilibre budgétaire d'une école primaire hors contrat se situe autour de 80 élèves et de 150 pour un collège. Nombre d'établissements n'y parviennent pas. Les familles seules ne peuvent les faire tourner. D'où l'idée de structurer le secteur en créant une fondation habilitée à recueillir des fonds. Le carnet d'adresses d'Anne Coffinier a fait le reste. Et près de la moitié des patrons des sociétés du CAC 40 ont sorti leur carnet de chèques. « Ils partagent le même constat avec nous : l'école publique n'assure même plus le minimum, au point qu'ils sont obligés de rajouter des cours d'orthographe dans les programmes de formation de leurs cadres », assure la jeune énarque. En 2009, le budget de la fondation s'élevait à 635 000 euros ; en 2010, il dépasse le million. De quoi financer la mise aux normes ou l'agrandissement d'une trentaine d'établissements.

Thibaud

Journée régionale d’Icthus le 2 octobre à Angers

Programme (fichier au format .pdf).

Thibaud

Ce week-end, travaillons à restaurer une France chrétienne…

Thibaud

« Restaurer une France catholique »

Session Civitas du 27 au 30 août 2010 à Niherne (Châteauroux) « RESTAURER UNE FRANCE CATHOLIQUE »: Conférences – débats – témoignages – travaux pratiques.

Civitas

La réédition du De Regno : une occasion à ne pas rater !

Saint Thomas d’Aquin, docteur de l’Eglise, est sans conteste la plus grande référence en matière de philosophie politique de l’Eglise et c’est principalement dans le De Regno qu’il a développé sa pensée sur l’organisation de la Cité. C’est pourquoi la réédition de cet ouvrage – longtemps épuisé – était vivement attendue par tous ceux qui, s’intéressant à la doctrine politique et sociale de l’Eglise, souhaitaient se former aux meilleures sources.

Cette réédition a été faite à partir de la traduction du texte original par le RP Rulleau, moine de l’abbaye de Bellaigue, qui l’a enrichie de très nombreuses notes et de deux importantes annexes. Ces pages supplémentaires faciliteront la compréhension du texte de saint Thomas et aideront le lecteur à assimiler des notions qui ne lui sont peut-être pas toujours familières.

Profitez de l’offre spéciale de lancement et soyez parmi les premiers à (re)découvrir la richesse de la doctrine politique de saint Thomas.

Prix de lancement : 10 € + 2 € de frais de port jusqu’au 30 septembre.

A l’issue : prix en librairie : 15 €

> Commande accompagnée d’un chèque à l’ordre de Civitas à adresser jusqu’au 30 septembre à : 

Institut CIVITAS 17 rue des chasseurs 95100 ARGENTEUIL

Civitas

[du 27 au 30 août 2010] Session Civitas : « restaurer une France catholique »

124515634[1]

544374239[3]

Civitas

Paul-Marie Coûteaux : « durant l’Occupation, 160 prêtres furent exécutés pour faits de résistance, 494 déportés… »

André

Joseph Vallançon : « rendre la prière accessible au plus grand nombre, voilà notre ambition »

PPjuillet10Entretien exclusif avec Joseph Vallançon, le jeune rédacteur en chef de Parole et Prière, un nouveau mensuel "pas comme les autres".

"beaucoup de personnes n’ont pas encore à portée de main de quoi nourrir leur prière quotidienne.

Quelle est votre cible ?

Toutes les personnes pour lesquelles la prière peut être un soutien et qui trouvent que prier c’est compliqué, difficile, réservé aux autres… ça fait du monde ! Au-delà même des 4% de pratiquants hebdomadaires ou des 15% de pratiquants occasionnels de l’Eglise catholique en France (ce qui fait déjà plusieurs millions de personnes) il y a aussi toutes les personnes qui ne fréquentent plus régulièrement les églises et qui croient pourtant en Dieu et le prient, parfois sans trop savoir comment faire. Pour toutes ces personnes, nous avons voulu fournir un « compagnon de prière » simple, accessible, agréable à lire, riche de propositions diverses et qui en même temps s’appuie solidement sur les trésors de la spiritualité chrétienne. C’est pourquoi il nous semble que Parole et Prière peut aussi bien toucher des jeunes, que des familles, des personnes qui prient peu, des pratiquants réguliers." Lire la suite !

Feuilleter le n° de juillet 2010.

Site officiel | Page Facebook

Offres spéciales de lancement : recevoir un numéro gratuit | 3 numéros à 6 euros | abonnement d’un an + 3 numéros offerts (=15 numéros) : 34 euros

Thibaud

Lettre ouverte aux bisounours de Glorious

Bisounours Tribune libre

J'ai honte. Nous avons honte. Honte de cette lettre qui nous caricature, nous poignarde et qui finalement nous accuse.

Vous osez jeter la pierre sur ces jeunes gens et jeunes filles qui ont fait le choix de se dresser face à la menace bien réelle de ces lobbys minoritaires.

De beaux sentiments cachés sous une pluie d’illusions ?

Vous qui avez « honte de la contre-manifestation », interrogez vous sur les motivations de ceux présents au lieu de vouloir, tel un mauvais camarade, laver en place publique le linge de ceux dont vous ne voulez pas dans votre « famille ».

Depuis quand la cité appartient-t-elle seulement aux catholiques ? Que faites-vous de tous ces français, de culture chrétienne, qui n’en peuvent plus de tout cet étalage ? Qui, comme vous sûrement, aimeraient pouvoir protéger leurs enfants de ce matraquage sexuel « libre, laïc et obligatoire » ? Trouvent-ils grâces à vos yeux ou doivent-ils, en bons petits moutons obéissants, se taire et subir encore et toujours ?
Ils ne se sont pas affichés au nom de l’Eglise. Pendant que les catholiques se mettaient à genoux et égrenaient leur chapelet et leurs cantiques, les « non cathos » n’ont nullement démérités : debout face à l’ennemi, la barrière temporelle a protégée celle spirituelle. La politique au service de la Civilisation, au service de la Foi.

« Mais les dérapages », me direz vous ! Certes, il y en a eu, c’est indéniable.

Mais à vouloir faire l’ange, on fait la bête … Il manquait surement un véritable meneur temporel, quelqu’un capable de canaliser -à la manière d’une sainte Jeanne d’Arc ou d’un Guy de Larigaudie- , toutes ces bonnes volontés ! On attend votre aide ?!

Cela dit, devrions- nous vous rappeler la teneur de cette manifestation ?

Il ne s’agit pas de gentils zomosexuels venus partager leur « eros » en public. D’une part, car les associations en présence et à l’initiative de ce « kiss in » ne sont pas vraiment connues pour être tout « bisounours » avec l’Eglise. Et d’autre part, car le lieu d’une manifestation n’est jamais choisi au hasard. Ignorance crasse de votre part ou aveuglement béat ?

Nous ne sommes pas des beatniks !

Certains d’entre nous défendrons ces valeurs au nom de leur Foi. D’autres au nom de notre civilisation.
Cela dit, je suis désolé, mais votre pacifisme n’est pas chrétien.

Cet humanisme béat, cet utopisme niais n’a rien à voir avec la Foi de mes pères. Gandhi n’est pas un saint. Martin Luther King n’a jamais été béatifié, et le nom de Sainte Thérèse ne s’arrêtait pas au mignon petit enfant Jésus, mais continuait jusqu’à la « sainte Face ».

Le pacifisme poussé à l’extrême est un magnifique cache sexe pour ces cathos molassons qui ne rechignent jamais à danser sur la « pop louange » ou à s’éclater dans les « electra chic » mais qui, bizarrement, ne sont jamais les premiers à militer au sein des multiples (et diverses) associations pro-vie, ou au sein des mouvements politiques…

« Je ne suis pas venu apporter la paix mais le glaive » Et si, à l’heure actuelle, la voie à suivre était celle de la dissidence, à l’exemple de Notre Seigneur ?**

Nous sommes la génération Benoit XVI…

Sachez que si ces militants n’étaient pas présents « dans cette même Cathédrale St Jean où 150 adultes ont réaffirmés leur désir d’appartenir à l’Eglise et de témoigner de leur foi par le sacrement de confirmation », c’est peut être parce que la plupart marchaient alors sur les routes de Chrétienté, sur les routes de Péguy, de Dom Gérard et des saints de France, entre Paris et Chartres….

« Demander la victoire et ne pas vouloir se battre, je trouve cela mal-élevé » a dit Péguy. Un catholique ne se contente pas de lever les mains, le cœur en fête et les hormones en feu. Si son âme est à Dieu, ses pieds sont sur Terre, et il sait, le temps venu, serrer les poings et faire face….

Un militant isèrois de SOS Tout-Petits Grenoble.

* La place Bellecour n’aurait elle pas été plus visible, marquante etc ?
** Lire à propos l’excellent « Pour une action politique Catholique » de Philippe Darantière

2 juin : conférence sur le Saint-Suaire à Paris

Les Quartiers Latins recevront le frère Ceslas-Marie de la Fraternité des dominicains de Saint-Vincent Ferrier le mercredi 2 juin pour une conférence sur le Saint-Suaire de Turin.

Vous découvrirez les dernières avancées scientifiques et techniques de ce linceul qui étonne de jour en jour la communauté mondiale !

RDV à 20h30 au Centre Charlier, 70 bd Saint-Germain, 75005 Paris (station de métro Maubert-Mutualité sur la ligne 10).

Inscription ici. PAF : 3€.

Thibaud

Sabine Faivre : « le PCD essaye d’être une force de propositions et un lieu de formation »

e-deoLe pass contraception risque d'être généralisé dans les régions socialistes. Pourquoi s'agit-il selon vous d'une mauvaise idée ?

S_faivre Sabine Faibre, secrétaire nationale "vie, famille et santé" du Parti chrétien démocrate (PCD) - C'est une mauvaise idée car la stratégie utilisée, qui vise à réduire le nombre de grossesses non désirées, n'a jamais marché. Notre pays connaît un taux record d'utilisation de la contraception et parallèlement, un nombre toujours aussi élevé d'avortements.

Jamais on n'a autant parlé de contraception et jamais le taux d'avortement chez les mineures n'a été aussi élevé. Le PCD pense que la question de fond réside dans l'éducation : l'éducation à une affectivité et une sexualité responsable, qui ne cherche pas à opposer sexualité et procréation. Le discours actuel véhicule une idée tronquée de la sexualité, considérée sous un jour exclusivement sécuritaire et hygiéniste. Or la sexualité est par nature ENGAGEANTE pour l'individu, elle ouvre sur la possibilité de donner la vie, et c'est cela qui fait que c'est un acte à la fois beau et d'une très grande "portée". C'est cette vérité qu'il ne faut cesser d'annoncer, à temps et à contre temps.

- Que préconiseriez-vous à la place ?

Le PCD préconise de développer des moyens pédagogiques qui promeuvent le respect de la dignité de l'hommet de la femme, ainsi que l'ouverture à la vie. Plusieurs associations de conseil familial et conjugal, reconnues par l'Etat, oeuvrent déjà dans ce sens dans les établissements scolaires. Il est nécessaire de faire entendre aux jeunes un autre discours que "mettez des capotes" ou "protégez-vous" : ces slogans ne répondent pas à leurs véritables attentes, qui sont surtout celles de l'amour qui dure et de l'éducation à la beauté. La sexualité est le plus souvent présentée sous un jour négatif, alors que c'est tout le contraire : la sexualité est belle et c'est parce qu'elle engage l'homme totalement qu'elle ne peut être excercée sans discernement ni responsablité.

- Au quotidien, comment le PCD défend-t-il la culture de vie ?

Entretiens Le PCD souhaite promouvoir la culture de la vie dans la sphère politique ; son premier pilier est le respect de la vie depuis la conception jusqu'à la mort naturelle, et la préoccupation du plus faible. De ce pilier découle la vision politique du PCD : en effet le respect de la vie et du plus faible se décline dans tous les autres domaines de la vie publique : écologie, économie, justice etc. Tous ces thèmes que nous défendont s'enracinent dans la doctrine sociale de l'Eglise.

Concrètement, nous oeuvrons à promouvoir des lois qui vont dans le sens de la vie, nous soutenons les initiatives allant dans ce sens (comme la Marche pour la vie, à laquelle nous étions présents mais
sans étiquette partisane : en effet nous pensons que cette Marche doit dépasser largement les clivages politiques ou religieux). Nous interpellons le gouvernement sur les sujets fondamentaux dès que nous
le pouvons. Cette stratégie a porté ses fruits dans plusieurs domaines: statut du beau-parent repoussé sine die, non homologation par Education Nationale du Baiser de la Lune, développement des soins palliatifs et refus de l'euthanasie…

Nous essayons d'être également une force de propositions et un lieu de formation : ainsi notre rapport national bioéthique, issu d'un travail collectif de 2 ans, réunit plusieurs signatures d'experts ainsi que de responsables associatifs pour proposer des pistes respectueuses de la vie à tous les députés en vue de la révision des lois de bioéthique. En 2010-2011, nous amorçons un cycle de formation à destination des cadres du PCD sur les fondements de la pensée sociale chrétienne. Mais il faut reconnaître que nous aurions besoin d'être plus nombreux ! Notre défi est de nous faire connaître, de former les cadres de notre parti et nos militants, et surtout, de rassembler largement autour du projet politique que nous portons, qui est le seul à pouvoir, à mes yeux, répondre pleinement à la crise de sens que traverse notre société.

- Quelles sont les raisons d'espérer, face au déferlement actuel de la culture de mort ?

Les raisons d'espérer sont multiples car partout, dans toutes les sphères de la société, agissent des hommes et des femmes de bonne volonté qui oeuvrent pour le bien commun. Regardons la richesse du
travail des associations engagées auprès des femmes enceintes en difficulté; leur travail est remarquable, à tous points de vue – ces associations pallient en fait les carences de l'Etat et oeuvrent dans des conditions souvent précaires à l'accompagnement moral et matériel de jeunes mamans en grande détresse. Ces associations sont une lueur au milieu de la nuit.

Mais maintenant, il faut que l'Etat prenne ses responsabilités : comment parler de libre choix lorsque seul l'avortement est proposé face à une grossesse imprévue ? C'est la raison pour laquelle Christine Boutin a adressé un courrier à François Fillon demandant la création d'une mission parlementaire sur ce sujet et ce, afin d'évaluer (en particulier) les moyens aujourd'hui mis en oeuvre par l'Etat pour accompagner les femmes dans leur choix de garder leur enfant.

- Comment expliquez-vous le vote partagé (1 pour, 1 contre, 1 abstention) des députés PCD à l'Assemblée nationale le 23 février dernier ?

Le PCD a eu une ligne claire et alerté sur les risques encourus : lettre ouverte à tous les députés, argumentaire et CP ont simultanément été diffusés. Nous n'avons pas distillé le doute sur la cohérence du vote ni sur les raisons de fond.

Nous supposons que l'éparpillement du vote tient surtout à ce que certains députés ont pu penser que la résolution n'ouvrait la porte qu'à un exercice de droit comparé pour faire un bilan régulier mais sans automaticité. Ce qui était le discours de la plupart des intervenants en séance. L'avenir dira quelle sera la realité. S'il s'agit d'une comparaison faite globalement, nous serons aussi en situation d'en tirer des conclusions…

> Sabine Faivre est l'auteur de La vérité sur l'avortement aujourd'hui aux éditions Téqui (160 pages, 10 euros)

Thibaud

Oeuvre littéraire (1/6)

Robert, un fidèle lecteur d'e-deo féru de littérature, nous propose des fiches de lecture sur des livres qui lui tiennent à cœur. Chaque semaine, nous mettrons en ligne l'une d'entre elles.

Aujourd'hui, l'homme pressé (1941) de Paul Morand (collection "Imaginaire" de Gallimard) :

Paul Morand signe ici un
merveilleux petit roman, l'occasion de décrire avec ironie et humour, le
monde moderne tel qu'il se développe, autour d'un seul mot : la
rapidité. L'auteur en profite aussi pour dresser un tableau amusant de
la vie de famille en province : un monde clos et égoiste, où les mères
couvent leurs filles et sont d'horribles belles-mères.

Pierre Nioxe, paradoxalement marchand d'art, spécialisé
dans la Haute-Epoque, n'a pas un instant à perdre. Il bouscule tout sur
son passage : les choses, les êtres, la vie. Jamais il ne posera trop
longtemps son regard, sur quoique ce soit. En Provence, il achète une
vieille demeure, mais ne s'y attardera pas, et daignera à peine faire un
tour de jardin.

Son domestique, Chantepie, s'il
n'était pas sourd, ne tiendrait pas. Placide, son seul ami et associé,
au nom évocateur, tentera désespérément de le suivre. Il finira
néanmoins par se mettre à son compte. Seule, Edwige de Boisrosé, semble
parvenir à tenir la cadence. Pourtant, indolente et tranquille, élevée
au rythme des Antilles, dans un foyer de Saint-Germain-en-Laye, tout les
oppose.

Cependant, Pierre ne voulant jamais
attendre, finit par effrayer Edwige : il désirait hâter le terme de sa
grossesse ! Edwige retourna alors bien vite sur le lit de Mamicha,
entourée de ses deux soeurs.

Pierre ne se
sera jamais arrêté, n'aura jamais goûter et senti les délices qui nous
entourent : le fumet d'un plat, le soleil du sud, le chant des oiseaux
sur le boulevard. Il ne voulait pas perdre une seule seconde, pour en
faire des minutes. Et des minutes, en faire des heures.Il ne s'apercevra que trop tard que cette vélocité
maladive n'aura qu'une conséquence : ayant tout fait pour vivre plus
vite que les autres, il mourra bien jeune, plus vite que tout le monde.

André pour Robert

Etats-Unis : pour (mieux) comprendre l’ObamaCare et ses enjeux

lisez cette synthèse de Daniel Hamiche.

Thibaud

Restaurer une France catholique

 

Du 27 au 30 août 2010

 

session Civitas

"RESTAURER UNE FRANCE CATHOLIQUE"

conférences – débats – témoignages – ateliers

 

Lieu : Châteauroux (Ecole Saint-Michel – 36250 Niherne)

 

Vendredi 27 août : ouverture de la session à 16h (accueil à partir de 15h)

Samedi après-midi : visite du château de la Chapelle d’Angillon

Lundi 30 août : fin de session à 16h

 

doctrine sociale de l'Eglise – histoire et philosophie politique – connaissance des institutions – techniques d'influence

applications concrètes – action et communication – détente et camaraderie

messe quotidienne

 

Tarif étudiant : 45 euros – Tarif normal : 55 euros

Conférences, repas, hébergement en dortoir et visite compris

 

Inscription et règlement à envoyer avant le 30 Juillet à :

CIVITAS, 17 rue des Chasseurs, 95100 Argenteuil – 01.34.11.16.94

secretariat@civitas-institut.com

 

www.civitas-institut.com

www.francejeunessecivitas.com