e-deo.info

Connecté au pays réel

E-deo

Action!

Action!

Solidarité!

Archive for Histoire

Les photos de l’hommage national du 8 mai

sont à regarder ici. Lire le compte-rendu d’Apic.

Thibaud

Le FLN ne défilera pas sur les Champs-Elysées le 14 juillet prochain

Finalement.

Thibaud

Gautier Weinmann s’en prend à notre héritage chrétien

Lu sur l’Observatoire de la christianophobie :

Cet habitant de Leforest est parti en croisade contre le calvaire de sa commune. Mais, comme le souligne Nord-Eclair, « le « laïcard » semble pour l’instant bien seul dans ce début de clochemerle… »

Réagissez !

Thibaud

Mémoires d’un résistant pétainiste

« Les Petites ailes ». C’est le titre d’une feuille clandestine, née à l’automne 1940 dans la France occupée. Feuille patriote, anti-allemande… et pétainiste. Rien de plus, mais rien de moins. A l’origine, Jacques-Yves Mulliez-Van den Berghe.

71 ans après, il a rassemblé ses souvenirs dans « Ma guerre secrète ». Ce qu’il y raconte ne plaît pas à ceux qui se sont fait une idée simpliste et définitive de l’histoire de la Résistance. Résultat : les medias en ont peu parlé.

Né le 25 novembre 1917, Jacques-Yves Mulliez, issu d’une grande famille industrielle de Roubaix (mais né en Anjou où sa famille est réfugiée), s’est mis sur la tard à se raconter. « Pour éviter qu’on dise n’importe quoi », confie-t-il à La Voix du Nord. En 1936-38, ce jeune Saint-Cyrien catholique, qui milite un temps aux Volontaires Nationaux, mouvement de jeunesse des Croix de Feu du colonel de la Rocque, séjourne en Allemagne et en Italie. Quand d’autres sont fascinés, ce qu’il voit ne lui plaît pas du tout.

Après s’être bien battu lors des combats de 1940, il est effondré par la défaite et décide de poursuivre le combat à Lille. Il se rend régulièrement à Vichy, où il intègre les services secrets de l’armée d’armistice. Et c’est en liaison étroite avec les services du Maréchal Pétain que, chargé de monter un réseau de renseignement en zone interdite (départements du Nord et de Pas-de-Calais), il entre en résistance.

Il crée une feuille clandestine (Les Petites ailes), diffusée d’abord aux milieux scouts catholiques dont il est issu. 13 numéros paraîtront jusqu’en juin 1941, lorsque, traqué par la Gestapo, il se réfugie en zone non-occupée. Certains des collaborateurs des Petites ailes créent alors le réseau Voix du Nord. Lire la suite !

Hommage à Jean-Paul II

par Christian Vanneste, député UMP du Nord

Dimanche, à Rome, se déroulera la cérémonie de béatification du Pape Jean-Paul II. Ce sera pour tous les catholiques qui avaient unanimement souhaité que la sainteté de Jean-Paul II fût reconnue rapidement, et de manière exceptionnelle, une première satisfaction, tant l’énergie qu’il avait déployée au service de sa foi avait réveillé et stimulé la confiance de toute l’Église.

Mais cette déclaration romaine sera aussi un message compris par toute l’humanité. Les Saints et les Bienheureux sont des exemples offerts à tous. Le rayonnement de la personnalité de Jean-Paul II est, à cet égard, une force peu commune.

Son exemple est celui de la générosité. On retiendra d’abord son extraordinaire capacité de dépasser les contradictions apparentes et stériles : profondément polonais et attaché à sa nation, il l’était dans la mesure où la nation est un bien pour tous les hommes universellement. Pénétré de la vérité de sa foi, il a cependant, plus que tout autre, développé l’œcuménisme et le dialogue interreligieux. Pape moderne, médiatique, il a parfaitement souligné le caractère fondamental de certaines valeurs, notamment celles de la famille. Il a surtout montré que la liberté et la vérité n’étaient nullement contradictoires puisque c’est la vérité qui rend libre.

On se rappellera aussi la puissance de la lutte qu’il a menée contre ce qu’il appelait les « structures du péché », et notamment cette « culture de mort » qui menace en particulier la civilisation occidentale. Il aura par exemple souligné l’importance de l’écologie humaine, cette grande oubliée de ceux qui luttent pour préserver l’environnement en négligeant l’équilibre propre à l’humanité.

Enfin, chacun se remémorera son courage exceptionnel : celui d’un homme qui a fait le don de sa personne à sa mission terrestre jusqu’aux derniers instants, et celui qui en toute humilité est allé accorder son pardon à Mehmet Ali Ağca qui avait tenté de l’assassiner. N’est-ce pas lui aussi qui avait prouvé au communisme que la force de la foi et la conviction d’un homme pouvaient remplacer avantageusement les chars que, selon Staline, le Vatican ne possédait pas. La liberté du croyant l’emporte sur le mal totalitaire. Jean-Paul II lui même rappelait dans Mémoire et Identité que : « le sacrifice de Maximilien Kolbe dans le camp d’extermination d’Auschwitz est un signe de la victoire sur le mal ».

C’est en souvenir de ce courage que résonne particulièrement l’appel pressant de Jean-Paul II : « N’ayez pas peur ! ».

Hommage national à Sainte Jeanne d’Arc

Domremy

Recherche sur l’embryon : le retour de « l’homme-objet »

par l’abbé Pierre-Hervé Grosjean :

Thibaud

Maxime Gremetz applaudit la reconnaissance par Moscou du massacre de Katyn

Ce n’est pas une blague.

Ambroise

Le Duc de Vendôme fait visiter Saint-Denis

à des jeunes du « 9-3″.

Thibaud

Depuis Vatican II, on ne parle plus d’hérésie, pourquoi ?

A toute question une réponse catholique.

Thibaud

Allemagne : dire la vérité sur l’avortement expose à une condamnation pénale

Je lis sur Enquête et Débat qu’

En Allemagne, comparer l’avortement à l’holocauste dans un tract peut exposer celui qui le distribue à une condamnation pénale, laquelle ne constitue pas une violation de l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme garantissant la liberté d’expression.

Thibaud

Nice : les habitants regrettent le départ programmé des sœurs de Saint-Vincent-de-Paul

rapporte Nice-Matin :

« Pourquoi », s’interroge Martine, « celles qui sont au chevet des pauvres, des plus démunis, celles qui prennent soin d’eux et qui le font par vocation et charité, devraient-elles partir ? A Nice aussi, sous le soleil, la misère existe et a besoin de gens courageux pour la combattre. »

(…) dans le quartier, tout le monde veut les garder.

« Elles ne nous dérangent pas, bien au contraire », témoigne Anna Danzi, de la boulangerie du port. « Un peu de spiritualité autour de nous, ça ne fait pas de mal, surtout par les temps qui courent », estime la commerçante. Et Jean-François Boivin, boulanger, d’ajouter : « Ce serait vraiment dommage qu’elles partent. Il faut qu’elles restent ! Surtout si les raisons de leur départ sont financières. Elles sont là depuis tellement longtemps (plus de 150 ans, ndlr) et on va les faire partir maintenant ? C’est absurde. »

Une opinion que Marie, riveraine, partage : « Encore une fois, ce sont les démunis qui vont faire les frais de cette restructuration. »

Thibaud

La CEDH n’interdit pas le crucifix dans les salles de classe italiennes

La présence de crucifix dans les salles de classe en Italie peut être admise au nom de la « marge d’appréciation » dont jouissent les Etats en la matière, a déclaré vendredi la Cour européenne des droits de l’homme.

Cet arrêt, qui est définitif, constitue un revirement total de jurisprudence par rapport au jugement de première instance du 3 novembre 2009 qui avait provoqué un émoi considérable dans la Péninsule et dans d’autres pays européens.

La Cour de Strasbourg avait donné gain de cause à une Italienne d’origine finlandaise, Soile Lautsi, qui contestait la présence de croix dans l’école publique qu’avaient fréquentée ses deux fils à Abano Terme, dans le nord de l’Italie.

Vendredi, la Cour a admis que les Etats puissent jouir « d’une marge appréciation » lorsqu’il s’agit de concilier leur mission dans le domaine de l’éducation et « le respect du droit des parents d’assurer cette éducation conformément à leurs convictions religieuses et philosophiques« .

Soucieuse de ménager les deux parties, elle a jugé « néanmoins compréhensible » que la requérante ait vu dans l’exposition des crucifix en classe une violation par l’Etat de son droit d’assurer l’éduction de ses enfants conformément à ses choix philosophiques.

« Sa perception subjective ne suffit pas à caractériser une violation » de ce droit, a-t-elle ajouté.

Thibaud

Les plus belles images du pontificat de Jean-Paul II

Les plus belles images du pontificat de Jean-Paul II seront disponibles sur le site Internet de partage de vidéos Youtube : Radio Vatican et le Centre de télévision du Vatican (CTV), ont lancé, en collaboration avec le Conseil pontifical pour les communications sociales une nouvelle page consacrée à Jean-Paul II, à l’occasion de sa béatification.

D’ici le 1er mai, 3 à 4 vidéos d’archives seront ajoutées chaque jour sur le site YouTube.

Ces mêmes vidéos seront également visibles sur une nouvelle page consacrée à Jean-Paul II, créée sur le réseau social en ligne Facebook (déjà 18 386 fans à 8h).

Thibaud

Le Cardinal Barbarin pour le financement public des mosquées ?

Dans une interview accordée au Monde (le 5 mars 2011) et reprise sur le site du diocèse de Lyon, le Cardinal Philippe Barbarin tient des propos pour le moins troublant sur le financement de mosquées en France par l’argent public. A la question « Faut-il passer par une modification de la loi actuelle ? » (celle de 1905, NDLR), le Primat des Gaules répond que la loi de 1905 n’est pas un « bloc de béton » (sic) et poursuit en disant que les musulmans étaient très peu nombreux en 1905 mais qu’ils représentent 10% de la population aujourd’hui. Le Cardinal s’enfonce dangereusement dans la brèche du financement public des mosquées quand il se permet de dire qu’il est légitime pour les musulmans de se demander « pourquoi l’état finance l’entretien des édifices catholiques d’avant 1905 alors qu’il n’aide pas les musulmans ». Et même s’il constate qu’il y a des problèmes avec l’islam (cantines halals, fatwas contre les convertis, burqa etc), le Cardinal Barbarin conclue tout naturellement en disant que « l’islam est compatible avec la République » et qu’il y a « des chrétiens et musulmans qui refusent l’opposition violente comme la candeur et savent vivre un chemin de respect voir d’amitié ». En exemple il ose donner celui des moines de Tibhirine… On appréciera la vision du cardinal de ce qu’est l’islam qui sait vivre « un chemin de paix voir d’amitié »

Thibaud

Un prêtre peut-il posséder (et éventuellement utiliser) une arme ?

A toute question, une réponse catholique :

Le spectacle d’un prêtre utilisant une arme répugne spontanément. C’était l’enjeu moral du célèbre film Mission. Ceci dit, historiquement, les bons pères jésuites du Paraguay, dont beaucoup étaient d’anciens militaires, n’ont pas hésité un instant à défendre leur troupeau les armes à la main. Alors, autres temps, autres mœurs ?

Sauf circonstances exceptionnelles, à l’image de son maître Jésus Christ, c’est plutôt sa vie que le prêtre offrira que celle des autres. Tant d’exemples admirables ont été donnés par des prêtres depuis deux mille ans. On comprend bien que la question n’est pas tant morale (faut-il ou ne faut-il pas ?), que spirituelle (comment s’identifier à Notre Seigneur Jésus Christ ?).

Thibaud

La femme dans l’Art

Thibaud (via Petrus Angel)

Journée de la femme : et si on revenait au Moyen-Âge ?

Un aimable lecteur m’envoie ce petit texte qui rétablit quelques vérités oubliées :

L’esprit chevaleresque met en valeur la femme.

« Douce Dame Jolie pour Dieu ne pensez mie que nul autre sur moi fors vous ait seigneurie » cette chanson du champenois du XIIIe siècle Guillaume de Machault montre que la relation de l’homme et de la femme est alors comparée à celle d’un chevalier avec son seigneur. La dame porteuse d’une beauté intérieure nourrie de vertus devient l’objet d’un désir sublimé. Le « roman » inventé à cette époque fait une aventure de l’évolution des sentiments de ses personnages, y compris dans le mariage dans le cas d’Erec et Enide dans le roman de Chrétien de Troyes.

L’Aquitaine se distingue au début du XIIe siècle. Elle est le berceau du  « fin’amors » porté par des « troubadours », poètes qui sont souvent aussi chevaliers. Les « cours d’amour » qui débattent des comportements amoureux ont été lancées par Aliénor d’Aquitaine, épouse pour un temps du roi de France, Louis VII et sa fille Marie de Champagne diffusent cette culture courtoise vers le nord.

Y avait il des femmes seigneurs au Moyen Age ?

Il est possible de répondre oui sans difficulté à cette question.  L’ensemble de la question de la féodalité pourrait être traité uniquement avec des exemples féminins.

En 1229, Blanche de Castille, commande ses armées au siège de Bellême en Bordelais, pour le compte de Saint Louis, encore mineur. Elle peut décider de faire couper du bois dans une forêt pour réchauffer ses soldats sans se soucier des droits d’usage. C’est en tant que chef de famille qu’elle exerce ce pouvoir ; tout comme des femmes qui votent pour élire les délégués des Etats Généraux de 1308 ou même encore dans certains cas en 1789.

Aliénor d’Aquitaine, héritière d’un immense duché l’emporte avec elle quand elle divorce du roi de France Louis VII en 1152. Elle exerce donc un pouvoir autonome, du Poitou à l’Auvergne ou à la Gascogne et pas seulement comme chef de famille.

Comme les autres femmes de princes de l’âge féodal Aliénor dispose de ses biens propres.

Ce n’est qu’au XVIe siècle puis avec le Code Civil napoléonien que les femmes perdront le droit d’agir sur leur patrimoine sans l’autorisation de leur mari. Peut être que le président Giscard d’Estaing qui leur a rendu le droit d’agir librement sur leurs biens ne s’est pas rendu compte qu’il faisait ainsi revenir la France au Moyen Age.

S’il était banal de voir des femmes exercer leur rôle souverain dans une seigneurie, le pouvoir que Robert d’Arbrissel leur a donné sur les abbayes masculines et féminines qu’il a fondées l’était beaucoup moins.

Des femmes d’influence et d’intelligence

Jeanne d’Arc ne fut pas la seule femme écoutée par les princes médiévaux. Hildegarde de Bingen « n’hésite pas à donner des conseils au pape et à Bernard de Clairvaux mais aussi à s’opposer à eux, considérant que l’esprit des femmes est en tout point comparable et égal à celui de l’homme ». La fonction prophétique des femmes est largement reconnue au Moyen Age. Hildegarde s’inscrit dans une tradition de moniales influentes et éduquées autour des empereurs germaniques, Brigitte de Suède conseille les papes et les rois; Catherine de Sienne arrive à convaincre le Pape de quitter Avignon pour retourner à Rome en 1377. On trouvait aussi dans les villes des femmes ermites comme Colette de Corbie au début du XVe siècle, recluses dans des loges près des églises et dispensatrices et de conseils et de prières.

Thibaud

Quand le christianisme paraîtra exotique à l’Europe…

Infos-Bordeaux anticipe.

Thibaud