e-deo.info

Connecté au pays réel

E-deo

Action!

Action!

Solidarité!

Archive for Avortuerie

Pass contraception : boycott justifié de l’enseignement catholique des Hauts-de-Seine

A PROPOS DU « PASS CONTRACEPTION » DISTRIBUE DANS LES LYCEES

Tout en saluant une initiative qui a pour objectif de diminuer le nombre d’avortements chez les lycéennes, Mgr Nicolas Brouwet et M. François de Chaillé contestent l’utilisation du « Pass contraception » dans les lycées de notre diocèse. En effet, la question de la contraception n’est pas une simple question technique ; elle touche aux fondamentaux de l’éducation : éducation à la relation, au sens de la sexualité, à l’usage de la liberté.

Par ailleurs, le « Pass contraception » écarte les parents de leur responsabilité éducative en désignant les infirmières et infirmiers scolaires comme les seuls interlocuteurs des jeunes sur ces questions décisives. Le Conseil Régional s’octroie ainsi un pouvoir qu’il n’a pas.

Mgr Brouwet et M. de Chaillé prient donc les chefs d’établissement de ne pas relayer la demande du Conseil régional.

Aux chefs d’établissement des lycées de l’enseignement catholique

Nanterre, le 9 mai 2011

Madame, Monsieur,

Le Conseil régional d’Ile-de-France met à la disposition des lycéennes et lycéens un chéquier « Pass contraception » pour leur donner « un accès gratuit, anonyme et adapté à la contraception et aux démarches médicales associées ».

Il s’agit, écrit le Président du Conseil Régional d’Ile-de-France, « de favoriser les parcours d’autonomie des mineur-es et de les sensibiliser aux comportements à risque ».

Nous nous réjouissons de la reconnaissance implicite de la gravité de l’avortement (13 230 en 2006  chez les jeunes filles de 15 à 17 ans) que ce texte contient et de la volonté de faire reculer le nombre d’interruptions volontaires de grossesse.[1]

En effet l’avortement, quelles que soient les circonstances dans lesquelles il a été décidé, reste toujours l’élimination pure et simple d’une vie humaine.

L’Eglise reçoit souvent des confidences et des confessions de femmes et d’hommes qui ont eu recours à l’avortement. Elle sait combien cet acte est souvent vécu comme un drame. La véritable détresse commence non parce qu’une grossesse n’a pas été désirée mais parce qu’on a enlevé à son enfant le droit de vivre.

Nous saluons donc une initiative visant à réduire le nombre des avortements.

Mais nous ne pouvons pas approuver la méthode employée : la formule d’un chéquier induit le sentiment que la contraception est due et que chacun dispose légalement d’un patrimoine contraceptif qu’il peut dépenser à sa guise. Ces chèques sont des chèques en blanc accordés aux jeunes et leur enlevant, de fait, toute responsabilité dans l’usage de la sexualité.

plus »

« Le nouveau pouvoir des cathos » : ralentir (légèrement) l’avancée de la culture de mort

L’Express vient de sortir un article à lire sur les réseaux et les dernières victoires des catholiques en France. Mais contrairement à ce qu’affirme l’hebdomadaire, le contexte ne nous est pas si favorable. Avec une majorité de droite, seulement une partie des mesures pro-mort prévues a pu être bloquée (projet du beau-parent, euthanasie) ou vidée en partie – mais pas totalement – de sa substance (travail dominical). Une autre est passée (« améliorations » du PaCS). Avec une majorité de gauche, je ne donne pas six mois aux opposants au droit naturel pour nous imposer les parodies homosexuelles du mariage, l’adoption par les homosexuels et l’euthanasie.

Au niveau du combat culturel, c’est un échec cuisant. La majorité de la population pense de moins en moins bien. Progressivement, le matraquage pro-mort fait son effet… Si certains employés des camps de concentration ont pu s’habituer à ce qui s’y passait, vous pensez bien qu’on peut habituer l’être humain à tout et à n’importe quoi. Donc si l’article de L’Express fait plaisir, comme il est sympathique de lire que la soixantaine de député chrétiens évangéliques brésiliens va empêcher le vote d’une loi de soi-disant lutte contre l’homophobie par un Parlement qui en compte plus de 500 ou d’entendre qu’une internationale pro-vie menace « le droit à l’IVG », ne nous reposons pas sur nos lauriers. Prions et bataillons : tout reste à reconstruire !

Thibaud

Location d’utérus : le communiste Maxime Gremetz prend position

contre. Malheureusement, il se prononce pour les parodies homosexuelles du mariage et même pour l’avortement, contrairement aux époux Thorez.

Thibaud

Pass contraception : la mobilisation ne faiblit pas !

L’appel des acteurs éducatifs contre le pass contraception a déjà été signé par 5 400 personnes. Qu’attendez-vous pour les rejoindre ?

Thibaud

Participez à la marche pour la vie de Bruxelles !

Le 27 mars 2011 aura lieu à Bruxelles la 2e Marche pour la Vie. Allons promouvoir la Vie devant les sièges des instances de l’Union Européenne! Un car partira de Paris: aller/ retour : 25€, inscriptions à faire auprès de Thibault à inscription@etudiantsprovie.com.

Thibaud

Projet parental avorté

Son droit, son choix. Bien de son époque.

Thibaud

« La procréation humaine n’est pas une industrie »

Voici l’appel lancé par 35 députés de la majorité et non inscrits dans Valeurs Actuelles :

« Une loi de bioéthique ne peut pas se réduire à une loi sur la recherche. Elle a pour tâche première de protéger les droits fondamentaux des personnes, surtout les plus vulnérables. Or, le projet de loi de bioéthique que l’on nous propose de voter, pour nous, ne répond pas suffisamment à cette obligation morale. Nous voulons notamment redire aujourd’hui, avec la force et la diversité de nos convictions, que la procréation humaine n’est pas un processus industriel qui devrait tendre vers le “zéro défaut” – ce serait là la tentation eugéniste – mais est le fruit de la rencontre d’un homme et d’une femme qui donnent naissance à un nouvel être, sujet de droit et non objet, différent d’eux, confié à leur mission éducatrice mais destiné à s’en séparer et revêtu de sa propre dignité humaine.

Ce principe est souvent partagé par tous, mais les exceptions et dérogations que propose la nouvelle loi sont telles que le principe n’est finalement qu’une apparence derrière laquelle se dissimulent trop d’exceptions. Nous l’avons exprimé lors des réunions de la Commission spéciale chargée d’examiner ce projet et notre vote dépendra de la prise en compte de nos demandes sur quatre sujets.

Ainsi, le projet de loi propose de rendre le diagnostic prénatal systématique en début de grossesse. Ce diagnostic a, dans les faits, comme seul objectif de détecter une éventuelle trisomie 21 sur le futur bébé. En l’état de la recherche, cette anomalie génétique, lorsqu’elle est détectée, n’est pas encore curable. L’examen systématique aboutit donc à un choix dramatique entre l’avortement et un enfant trisomique. Pourquoi faire de cet examen un passage systématique au point de demander la signature d’une décharge en cas de refus de la maman ? Sommes-nous sûrs de l’absolue fiabilité des examens proposés sur une si large population ? Pourquoi n’offrir que l’issue de l’avortement si le diagnostic se révèle positif ? 96 % des mères dont le test se révèle positif sont aujourd’hui conduites à l’avortement. Nous sommes là en plein eugénisme. La société a-t-elle le droit de se défausser à ce point et de laisser les femmes seules sans accompagnement ? La juste attitude serait le financement par l’État d’un véritable plan de recherche sur la trisomie 21 plutôt que d’inciter à son éradication. Nous l’appelons de nos vœux. À l’heure où nous célébrons si souvent la différence, pourquoi est-ce que les enfants et adultes trisomiques n’auraient pas le droit à cette différence ? Seront-ils amenés un jour à s’entendre dire : « Tu n’aurais pas dû naître » ?

La production d’embryons surnuméraires doit aussi être maîtrisée. De quoi s’agit-il ? Lorsqu’il y a fécondation in vitro, le spécialiste organise la fécondation de plusieurs embryons mais ne les implante pas tous. Dans notre pays, les autres embryons sont congelés et stockés ce qui, selon la mission parlementaire, constitue une “transgression première”. Pourquoi ne pas s’inspirer de l’Italie et de l’Allemagne où les fécondations in vitro sont réalisées sans conservation d’embryon ?

Certaines recherches, notamment sur les cellules souches, sont réalisées en France sur les embryons. Le chercheur détruit l’embryon pour extraire ces cellules souches ou utilise des lignées de cellules souches issues d’un embryon préalablement sacrifié. Ces recherches, menées depuis vingt ans, n’ont pas donné de résultats ; tout le monde en convient. Ailleurs dans le monde, des recherches sur les cellules souches sont menées à partir de cellules extraites du cordon ombilical ou d’autres parties du corps, évitant ainsi de détruire l’embryon et de devoir en congeler pour disposer du matériel expérimental. Pourquoi ne pas développer les efforts de la recherche sur ces cellules non embryonnaires qui ne posent pas de problèmes éthiques ? Au contraire, l’atteinte directe à la dignité de l’embryon humain commande le principe d’interdiction des recherches sur celui-ci ou sur les cellules extraites de son corps embryonnaire. Or la loi que l’on nous propose affiche l’apparence de l’interdiction de la recherche sur l’embryon pour, à l’excès, organiser et multiplier les exceptions. L’embryon ne peut être un matériau de laboratoire servant des intérêts économiques et financiers. La France s’honorerait à développer ces méthodes réconciliant l’éthique et la science.

Il faut enfin instituer une bioéthique citoyenne. La loi qu’on nous propose donne une délégation excessive de pouvoir à l’agence de biomédecine, c’est-à-dire aux experts. Nous ne voulons pas d’une technocratie d’experts mais nous voulons une démocratie de citoyens. La responsabilité ultime revient aux représentants du peuple. La procréation humaine n’est pas un processus industriel dont l’efficience est dans les mains d’un “ingénieur Qualité”, quelles que soient ses qualités scientifiques, mais un acte à haute valeur éthique constitutif de la dignité de l’homme. Dans ce domaine, le Parlement est pleinement dans son rôle en exerçant une vigilance sur le respect des droits des personnes et de leurs familles.

Xavier BRETON, député de l’Ain ; Marc LE FUR, député des Côtes-d’Armor, vice-président de l’Assemblée nationale ; Hervé MARITON, député de la Drôme, vice- président de la Commission spéciale Bioéthique ; Philippe MEUNIER, député du Rhône ; Georges COLOMBIER, député de l’Isère ; Jean DIONIS du SÉJOUR, député de Lot-et-Garonne ; Philippe GOSSELIN, député de la Manche ; Jean-Marc NESME, député de Saône-et-Loire ; Jacques REMILLER, député de l’Isère ; Véronique BESSE, député de Vendée ; Etienne BLANC, député de l’Ain ; Jean-Claude BOUCHET, député du Vaucluse ; Chantal BOURRAGUE, député de la Gironde ; Patrice CALMEJANE, député de la Seine-Saint-Denis ; Bernard CARAYON, député du Tarn ; Charles de COURSON, député de la Marne ; Marie-Christine DALLOZ, député du Jura ; Jean-Pierre DECOOL, député du Nord ; Bernard DEPIERRE, député de Côte d’Or ; Cécile DUMOULIN, député des Yvelines ; Nicolas DUPONT-AIGNAN, député de l’Essonne ; Paul DURIEU, député du Vaucluse ; Jean-Michel FERRAND, député du Vaucluse ; André FLAJOLET, député du Pas de Calais ; Jean-Paul GARRAUD, député de Gironde ; Claude GATIGNOL, député de la Manche ; Michel GRALL, député du Morbihan ; Arlette GROSSKOST, député du Haut-Rhin ; Céleste LETT, député de Moselle ; Lionnel LUCA, député des Alpes-Maritimes ; Étienne PINTE, député des Yvelines ; Dominique SOUCHET, député de la Vendée ; Christian VANNESTE, député du Nord ; Isabelle VASSEUR, député de l’Aisne ; Michel VOISIN, député de l’Ain. »

Christine Boutin n’a rien à voir avec le Pr Isnard

assure-t-elle à la militante pro-avortement Caroline Fourest.

Thibaud

Les pro-mort s’activent en Algérie

Trois réseaux d’avortements clandestins y ont été démantelés.

Enguerran

Mgr Vingt-Trois : « le danger d’islamisation est en nous »

L’archevêque de Paris et président de la Conférence des évêques de France a déclaré jeudi 23 décembre sur Europe 1 :

Le danger d’islamisation, il est en nous. Le danger d’islamisation, c’est si, nous, nous ne savons pas ce que nous voulons. C’est pas le problème de savoir si les musulmans veulent être musulmans, ça c’est clair qu’ils veulent être musulmans. Le problème, c’est de savoir si nous, on veut être quelque chose.

Il est évidemment plus difficile de se remettre en cause que de remettre en cause les autres. Nous qui refusons l’invasion migratoire, sommes-nous mariés et si oui, combien d’enfants avons-nous ? Nous qui disons « non » à l’islamisation de notre société, allons-nous à la messe chaque dimanche ? Élevons-nous nos enfants dans la Foi ?

Thibaud

Pour le planning familial, le sexe illicite est plus important que la vie

signale Jeanne Smits :

L'organisme de veille pro-vie catholique auprès de l'ONU, C-Fam, rapporte qu'une nouvelle campagne lancée par la Fédération internationale du Planning familial (IPPF) cherche à éliminer les lois exigeant des personnes infectées par le virus potentiellement mortal du HIV qu'elles informent leurs partenaires sexuels de leur séropositivité.

Le Planning s'est associé avec l'organisme onusien de lutte contre le sida (sic !) ONUSIDA pour combattre ces lois qu'ils accusent de « stigmatiser » les séropositifs.

En militant pour la suppression de telles lois, le Planning et l'agence de l'ONU sont en train de dire que la responsabilité d'une personne qui se sait porteuse du virus du sida ne devrait pas être engagée si elle prend sciemment le risque de contaminer son partenaire qui ne la sait pas infectée, bien que son comportement mette celui-ci directement en danger.

Thibaud

Michel Janva invité de « La Voix est Libre »

sur Radio Notre-Dame pour présenter le classement des députés du Salon Beige.

Thibaud

MLP vs BG : les médias d’Etat partiaux ?

BgLe candidat à la présidence du FN, Bruno Gollnisch, a accusé jeudi France 2 de partialité au profit de Marine Le Pen dans son traitement de la campagne interne du parti, en jugeant que la journaliste Arlette Chabot "a choisi son camp" en recevant sa rivale ce soir dans son émission.

Interrogé par LCI sur ses chances de remporter le vote des adhérents du parti, Bruno Gollnisch a répondu par l'affirmative, en assurant avoir "beaucoup de soutiens". "Je n'en ai pas beaucoup c'est vrai, de la part de la radio d'Etat", a-t-il ajouté, en évoquant "France Inter", dont il juge qu'un éditorial l'a "traîné dans la boue ce (jeudi) matin". "Ni de la télévision d'Etat, qui a invité six ou sept fois Marine (Le Pen) et qui refuse absolument de m'inviter", a-t-il ajouté, reprenant une accusation formulée mardi lors d'un point-presse.

Mlp Bruno Gollnisch avait alors désigné "France 2, qui ne s'est pas rendu compte que cette échéance (la campagne interne, NDLR) était une compétition". Sur LCI, interrogé pour savoir s'il pensait que ce qu'il qualifie de "télé d'Etat" avait "choisi son camp", il a répondu: "ça semble, oui".

"Je crois que Mme (Arlette) Chabot a choisi son camp, par exemple, ça c'est sûr", a-t-il ajouté, deux heures avant que Marine Le Pen soit l'invitée de l'émission de France 2 "A vous de juger".

Interrogée sur la question de l'avortement au cours de l'émission, Marine Le Pen a promis des mesures incitatives pour lutter contre (indispensables dans un premier temps mais insuffisantes) tout en jugeant qu'il fallait laisser aux femmes le choix de tuer ou pas l'enfant qu'elles portent…

Thibaud

L’affaire de Manosque dans « La Voix est libre » jeudi matin sur Radio Notre Dame

avec Philippe Isnard (le professeur suspendu 4 mois), Tugdual Derville, délégué général de l’ADV, Béatrice Barennes, secrétaire nationale à la pédagogie du SNALC et, par téléphone, Daniel Robin, co-secrétaire général du SNES-FSU :

Thibaud

Le prof de Manosque « dit tout »

sur Radio Notre Dame. Me Gilbert Collard, le ténor du barreau, lui exprime son soutien.


Thibaud

10/01 à Strasbourg : soirée-débat du PCD sur la révision des lois de bioéthique

PCDLundi 10 janvier à 20h15 au FEC (Foyer de l'étudiant catholique), place Saint Etienne à Strasbourg, les jeunes du PCD organisent une soirée-débat sur la révision des lois de bioéthique, qui aura lieu fin janvier au Parlement.

Thibaud

Exigeons de Luc Chatel qu’il lève les sanctions prononcées à l’encontre du professeur de Manosque

Ecrivez directement au Sinistre de l'Eradication nationale.

Thibaud

RCF en Berry fait une première et discrète marche arrière

L'Institut Civitas communique :

RCF-en-Berry Vous vous souviendrez que pour M. Etienne Pépin, directeur de RCF en Berry, les chapelets pour la Vie sont une "manifestation odieuse contre l'avortement".

Nous avions répliqué par une lettre ouverte publiée ici et relayée notamment sur E-Deo et le Forum Catholique, suivie de l'envoi d'un droit de réponse.

[Elle] semble avoir porté ses premiers fruits.

En effet, l'émission litigieuse n'est plus en ligne, parmi les émissions archivées sur le site internet de RCF en Berry.

Dans la liste des éditoriaux (émissions hebdomadaires de M. Pépin), l'émission de lundi dernier est remplacée fort opportunément par un bref entretien avec une représentante de l'Alliance pour le Droit à la Vie.

Thibaud

[Action !] Débat à perturber ce mardi à Paris

Le très progressiste Mgr Defois (ancien évêque de Lille), le frère Hervé Legrand (un dominicain professeur émérite de théologie à l'Institut Catholique de Paris, favorable à l'ordination des femmes), Anne Soupa et Christine Pedotti (fondatrices du Comité de la Jupe et de la Conférence des baptisé-e-s [sic] de France, adeptes de la théorie du genre), Eric Fassin, sociologue spécialisé dans la politisation des questions de genre et de sexualité, professeur agrégé à l’Ecole Normale Supérieure, ont prévu de se retrouver

mardi 7 décembre de 18h à 20h  

au siège des Editions du Cerf,

29 boulevard de La Tour-Maubourg

75007 Paris

Métro La Tour-Maubourg (ligne 8) ou Invalides (lignes 8 et 13, RER C). Bus 28, 63, 69.

pour débattre de

l'exercice du pouvoir dans l'Eglise

e-deo vous invite à perturber ce "débat" entre partisans de la culture de mort qui se réclament abusivement du catholicisme.

Thibaud

Téléthon. Objectif : 100 millions. Résultat : 84 millions.

« Avec 84 076 371 €, le Téléthon 2010 enregistre une nouvelle baisse des promesses de dons. La faute au froid, à la neige, au verglas, à la Coupe Davis, à la polémique avec Pierre Bergé, estiment les organisateurs » écrit Ouest-France.

Toujours la faute aux autres et jamais à l’AFM qui refuse toute remise en cause. « La direction scientifique va devoir faire des choix » explique sur un ton limite vengeur Laurence Tiennot-Herment, présidente de l’organisation. Si elle pouvait faire le choix de cesser de financer l’élimination des embryons qui ont un défaut génétique (on appelle ça le diagnostic préimplantatoire ou DPI…), ce serait bien ! Mais peut-être une nouvelle chute de 10% des dons en 2011 aidera l’AFM à prendre cette décision…

Thibaud