e-deo.info

Connecté au pays réel

E-deo

Action!

Action!

Solidarité!

Archive for Avortuerie

SOS Tout-Petits priait devant l’hôpital Saint Vincent de Paul

ce samedi matin :

Thibaud

Pass contraception : boycott justifié de l’enseignement catholique des Hauts-de-Seine

A PROPOS DU « PASS CONTRACEPTION » DISTRIBUE DANS LES LYCEES

Tout en saluant une initiative qui a pour objectif de diminuer le nombre d’avortements chez les lycéennes, Mgr Nicolas Brouwet et M. François de Chaillé contestent l’utilisation du « Pass contraception » dans les lycées de notre diocèse. En effet, la question de la contraception n’est pas une simple question technique ; elle touche aux fondamentaux de l’éducation : éducation à la relation, au sens de la sexualité, à l’usage de la liberté.

Par ailleurs, le « Pass contraception » écarte les parents de leur responsabilité éducative en désignant les infirmières et infirmiers scolaires comme les seuls interlocuteurs des jeunes sur ces questions décisives. Le Conseil Régional s’octroie ainsi un pouvoir qu’il n’a pas.

Mgr Brouwet et M. de Chaillé prient donc les chefs d’établissement de ne pas relayer la demande du Conseil régional.

Aux chefs d’établissement des lycées de l’enseignement catholique

Nanterre, le 9 mai 2011

Madame, Monsieur,

Le Conseil régional d’Ile-de-France met à la disposition des lycéennes et lycéens un chéquier « Pass contraception » pour leur donner « un accès gratuit, anonyme et adapté à la contraception et aux démarches médicales associées ».

Il s’agit, écrit le Président du Conseil Régional d’Ile-de-France, « de favoriser les parcours d’autonomie des mineur-es et de les sensibiliser aux comportements à risque ».

Nous nous réjouissons de la reconnaissance implicite de la gravité de l’avortement (13 230 en 2006  chez les jeunes filles de 15 à 17 ans) que ce texte contient et de la volonté de faire reculer le nombre d’interruptions volontaires de grossesse.[1]

En effet l’avortement, quelles que soient les circonstances dans lesquelles il a été décidé, reste toujours l’élimination pure et simple d’une vie humaine.

L’Eglise reçoit souvent des confidences et des confessions de femmes et d’hommes qui ont eu recours à l’avortement. Elle sait combien cet acte est souvent vécu comme un drame. La véritable détresse commence non parce qu’une grossesse n’a pas été désirée mais parce qu’on a enlevé à son enfant le droit de vivre.

Nous saluons donc une initiative visant à réduire le nombre des avortements.

Mais nous ne pouvons pas approuver la méthode employée : la formule d’un chéquier induit le sentiment que la contraception est due et que chacun dispose légalement d’un patrimoine contraceptif qu’il peut dépenser à sa guise. Ces chèques sont des chèques en blanc accordés aux jeunes et leur enlevant, de fait, toute responsabilité dans l’usage de la sexualité.

plus »

Je veux voir Mioussov, une pièce de théâtre au profit de Choisir la Vie et de la Fondation Lejeune

(Cliquez sur l’image pour plus d’informations)

Thibaud

Christian Vanneste prend position contre le « pass contraception »

et regrette qu’il n’y a « pas le moindre début de réflexion sur les sujets de société à l’UMP ».

Thibaud

Recherche sur l’embryon : le retour de « l’homme-objet »

par l’abbé Pierre-Hervé Grosjean :

Thibaud

Le CCFD soutient l’avortement

au Mexique.

Thibaud

Marie-France Fontana : retournée comme une crêpe

La fille de Claire Fontana, fondatrice de La Trève de Dieu, qui se répand dans les médias pour faire de la propagande pro-mort, était interrogée la semaine dernière dans Elle. L’article est visible ici. Prions pour elle et ses proches !

Thibaud

Quelle attitude face à la fin de vie ? Soins palliatifs, euthanasie, loi Léonetti

Conférence organisée par les AFC

Sujet : Quelle attitude face à la fin de vie ? Soins palliatifs, euthanasie, loi Léonetti
par le Professeur Pierre de Beer.

le 14 avril à 20h30,
à la Maison de l’apostolat des laics

39 rue de la Monnaie
59000 Lille

Parking facile et gratuit
PAF : 3 euros

contact : 06 64 54 69 58
abkhampha@yahoo.fr

Mgr Léonard entarté quatre fois

par des militants libertaires qui ne cachent pas leur christianophobie.

Thibaud

Rosaire en réparation des crimes d’avortement commis à l’hôpital Saint Vincent de Paul à Paris

Des images qui datent du 2 avril :

Thibaud

Révocation de Philippe Isnard : « inacceptable » selon le Collectif « En Marche pour la vie »

Communiqué

« Le Collectif « En Marche pour la vie ! » proteste vigoureusement contre la révocation de Philippe Isnard, professeur d’histoire à Manosque.

En janvier dernier, le Collectif « En Marche pour la vie » a réuni plus de 40000 personnes pour réclamer des lois en faveur de la vie prouvant ainsi, si cela était nécessaire, l’actualité du débat sur l’avortement. De plus, en mars dernier, les professionnels de la santé s’inquiétaient de la constante augmentation de la pratique de l’avortement chez les mineures et les jeunes femmes de 18 à 25 ans.

Il était donc tout à fait légitime que Philippe Isnard, professeur d’histoire et d’éducation civique, choisisse ce thème pour son cours d’éducation civique, juridique et social.

Il était également tout à fait légitime que Philippe Isnard, pour ce débat comme pour tous les autres, présente les points de vue des parties en présence. Que penserait-on en effet d’un débat sur les OGM qui ne présenterait que le point de vue des partisans des OGM ? Ou d’un débat sur l’énergie nucléaire sans présenter les thèses de ceux qui s’y opposent ? L’argument selon lequel, il existerait une loi et qu’on ne pourrait pas la contester est tout simplement un déni de démocratie.

Il est donc inacceptable que Philippe Isnard soit révoqué pour avoir organisé un vrai débat où ont été exposés les arguments des pro-vie mais aussi ceux des partisans de l’avortement.

Il y a là plus qu’un délit d’opinion parce qu’en somme Philippe Isnard n’a fait qu’exercer correctement son métier en initiant ses élèves aux grands débats de société.

Ceci prouve qu’en matière de droit à la vie, l’Etat français fait preuve d’une dérive totalitaire caractérisée que le « Collectif En Marche pour la vie » continuera de dénoncer. »

Thibaud

Marche pour la vie de Bordeaux : impressionnant comité de soutien

détaillé par Infos-Bordeaux :

Cardinal Jean-Pierre Ricard, Archevêque de Bordeaux, Evêque de Bazas

Monseigneur Marc AilletEvêque de Bayonne, Lescar et Oloron

Archimandrite Antoine Contamin, Supérieur des Monastères Saints Clair et Maurin de Lectoure, de la Fraternité Orthodoxe Saint Benoît (Eglise orthodoxe serbe)

Frère Antoine-Marie Berthaud, Aumônier régional des Equipes du Rosaire, Directeur régional du Pèlerinage du Rosaire, Aumônier SUF (Dominicains de Bordeaux)

Père Xavier Carné, Légionnaire du Christ

Père Benoît Domergue, Curé de l’église Saint Ferdinand (Bordeaux)

Abbé Edouard de Mentque, Curé de Langoiran

Père Yves Moreau, Ancien curé d’Arcachon

Abbé Benoit Paul-JosephFraternité Saint Pierre, diocèse de Tarbes et Lourdes

Père Christophe Picault, Curé de Sauveterre de Guyenne

Abbé Emeric de RozièresCuré de saint Emilion

Père Jean-Claude Veissier, Archiprêtre de la cathédrale Saint André de Bordeaux

Monsieur Laurent Landete, Modérateur de la Communauté de l’Emmanuel

Madame Marie-Françoise Broustet, Orthophoniste

Madame Nadiège de la Chapelle, Pharmacienne

Monsieur Serge Collenot, Médecin

Madame Laurence Dauphin, Infirmière en gériatrie

Madame Jacqueline Dulin, Pharmacienne

Mademoiselle Claire Faure, Infirmière

Docteur Philippe Guérin, Médecin généraliste

Madame Muriel Herbreteau, Cadre de santé

Madame Catherine Langlois, Infirmière

Mademoiselle Victoire Lavalette, Infirmière

Docteur François Maurel, Médecin généraliste

Docteur Bernard Moura, Médecin

Mademoiselle Florence Moura, Infirmière-puéricultrice

Madame Sophie Poirier, Infirmière-puéricultrice

Docteur Xavier Roussel, Médecin généraliste

Docteur Gaëlle Souillac, Pneumo-pédiatre

Madame Emmanuelle Taupiac, Psychologue pour enfants

Docteur François TeychonneauMédecin généraliste (Saint-Laurent de Médoc)

Docteur Patrick Theillier, Vice-président de l’Académie diocésaine (Bayonne, Lescar et Oloron) pour la Vie.

Monsieur Bertrand Carbonne, Ancien maître de conférences à l’Université de Bordeaux II

Maître Daniel Fournier, Avoué à la Cour, Responsable de la province Sud-ouest de l’Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem, Consul honoraire de la République des Philippines pour le Sud-Ouest

Monsieur Henri Gleize, Magistrat honoraire

Professeur Gérard Guyon, Professeur d’Histoire du Droit à l’Université Montesquieu (Bordeaux IV)

Monsieur Gilbert Thiney, Magistrat honoraire, Avocat général près la cour d’appel de Bordeaux

Monsieur Bertrand de Bentzmann, Ancien président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Région Aquitaine, Consul de Pologne à Bordeaux

Monsieur Hubert Bouteiller, Viticulteur, ancien Président du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux

Monsieur Jean Calvet, Ancien PDG des Établissements Calvet

Monsieur Claude Epervrier, Ancien ambassadeur de France

Monsieur Louis-Alexandre de Froissard, Chef d’entreprise

Comte Alexandre de Lur Saluces, Propriétaire-viticulteur, gérant de société

Monsieur Jean-Christophe Margelidon, Ancien élève de l’ENA, Directeur des affaires juridiques

Monsieur Pierre-Marie Morel, Ancien secrétaire général international de l’association d’Aide à l’Eglise en Détresse (AED), Consultant

Professeur Philippe QuentinAncien élève de l’école Polytechnique, Professeur à l’Université (Bordeaux I), chercheur au CNRS en physique nucléaire

Monsieur Yves Saillard, Ministre plénipotentiaire

Thibaud

Philippe Isnard dénonce l’obscurantisme de l’Etat et des partisans de la culture de mort

Philippe Isnard, professeur de collège révoqué de l’Education nationale et président de l’association ProVie France, communique :

« Je viens d’apprendre ma révocation par le Ministre de l’Education nationale, Luc Chatel. Cette décision fait suite à mon lynchage par les médias “étatiques” le 24 novembre 2011 alors que j’étais au chevet de mon fils gravement blessé dans un accident de la route.

Mon crime ?

Avoir organisé comme nous l’ordonne les textes, un débat contradictoire en cours d’Education civique sur l’avortement.

J’ai mené ce débat dans un souci constant d’objectivité, de tolérance, de respect pour les données scientifiques. Les élèves qui ne souhaitaient pas voir le document “No need to argue” étaient libres de quitter la classe. Deux professeurs extrémistes, partisans de l’organisation Prochoix, m’ont dénoncé à cette officine de culture de mort.

Une classe, à l’initiative d’une élève musulmane, m’a signé une pétition unanime de soutien. Des documents “prochoix” ont été fournis aux élèves, tels que le texte de la loi Veil et le discours de Simone Veil en faveur de l’avortement en 1975.

Les élèves concernés par mes débats sur l’IVG, sont ceux que l’Education nationale considère comme majeurs sexuellement au point de leurs distribuer des pilules abortives sans l’accord de leurs parents.

Dans mon ex-lycée, le Planning se livre à un endoctrinement et un bourrage de crânes massif. Ainsi avait-il fait supprimer certains de mes cours pour prendre les élèves par petits groupes de cinq en suite du débat sur l’avortement.

La pseudo-procédure de poursuite a été conduite au mépris des principes fondateurs du Droit. Je n’ai jamais été entendu.

Les pièces en ma faveur n’ont pas été jointes au dossier (pétition des élèves, lettres de soutien des élèves etc.)

“La cellule de soutien psychologique” (Sic!), soi-disant indispensable n’a été consultée que par…. ZERO élève!!

L’acte d’accusation du rectorat, qui me reproche mes positions (scientifiquement fondées) trop proches de celles de l’Eglise catholique est purement discriminatoire.

Ainsi, répondant aux questions des élèves sur le stérilet et la pilule abortive, j’ai précisé dans quelle mesure en cas de conception ces procédés sont abortifs, voilà mon crime! Avoir dit le contraire des mensonges de l’Education nationale et du Planning, qui présentent aux jeunes ces procédés abortifs comme des contraceptifs. Etre neutre, c’est pourtant servir la vérité!

Au cours du Conseil de discipline mes témoins ont été violemment pris à parti et sommés de décliner leur croyance religieuse.

La gynécologue présente comme experte scientifique, a été sommée de dire en plus si “elle pratique des avortements comme l’y oblige la loi” (re Sic !!!)

Ce conseil s’est déroulé dans un climat de haine et d’obscurantisme, les membres refusant de reconnaître le caractère abortif du stérilet et le fait qu’il n’y a aucun témoignage direct attestant que j’aurais attenté à la neutralité.

On me reproche d’avoir contesté un mensonge (de plus!) du Planning en disant aux élèves que le préservatif, compte-tenu des cas de rupture, n’était pas fiable à 100%. Là encore, en dépit de témoignages scientifiques, le Conseil de discipline, muré dans son idéologie obscurantiste, a refusé la réalité.

C’est la pensée unique totalitaire qui règne dans l’Education nationale qui a conduit à cette discrimination.

Pour sauver son dogme de l’avortement, l’Etat est prêt à briser la vie d’un homme et de sa famille…. Mais est-ce si étonnant dans un Etat prêt à massacrer 200 000 innocents chaque année?

Ni la science, ni le Droit, n’existe plus, seul compte pour l’Etat, l’idéologie, une idéologie mortifère, imposée, sans respect pour les consciences des jeunes ou les droits éducatifs des parents. Seules les officines de mort que sont les Plannings peuvent intervenir auprès des jeunes.

Luc Chatel l’a écrit: discuter de l’avortement c’est attenter à la loi! Tout est dit! l’IVG est le dogme auquel tout professeur, élève, citoyen doit se soumettre.

On peut faire un débat sur l’avortement mais on a l’obligation d’être pour!

Tous les régimes totalitaires s’effondrent un jour car ils sont fondés sur l’intolérance et le mensonge, comme France 3 interviewant des élèves que je n’ai jamais eu en classe!

Nous devons nous opposer à un gouvernement qui massacre les plus faibles et les plus innocents, qui renforce la police de la pensée, qui supprime toute liberté d’expression au mépris des données scientifiques, qui Licencie un professeur qui a osé décrire les techniques d’avortement, montrer ce que personne ne veut ni voir ni montrer: les bébés en gestation démantelés sans même une anesthésie!

Nous devons tous nous élever contre cet Etat totalitaire et lutter pour notre liberté de penser et d’expression! »

Thibaud

Le Parti de la France demandent la révocation sans indemnités de Luc Chatel, ministre de l’Education nationale

Communiqué

Le Parti de la France dénonce la révocation inique, prononcée par le ministre de l’Education nationale, de Philippe Isnard, professeur d’Histoire-Géographie dans un lycée de Manosque, au motif que celui-ci avait osé, lors d’un débat d’information qu’il souhaitait contradictoire, diffuser une vidéo montrant la réalité de l’avortement.
Cette décision ministérielle est une infamie totalitaire.

L’abjecte répression d’un pouvoir promoteur de la culture de mort au nom de la laïcité et des valeurs républicaines est une honte dans un pays dont les gouvernants ne cessent de donner des leçons de « droits de l’homme » au monde entier alors qu’ils violent la plus élémentaire liberté de débattre et de penser.

La dictature de la pensée et l’inversion des valeurs sont telles dans cette République laïque et anti-française que ceux qui dénoncent les crimes sont traités comme des criminels.

Monsieur Philippe Isnard honore sa profession d’enseignant et la liberté de conscience et de pensée. Luc Chatel, en abusant des moyens répressifs de l’Etat contre un homme seul, déshonore le ministère de l’Education dite « nationale ». C’est lui qui devrait être révoqué sans indemnités.

Philippe Isnard a été révoqué

« Sa révocation est si brutale qu’elle a pour objet de servir d’exemple a tous les enseignants qui auraient l’audace de discuter encore de l’avortement » avec leurs élèves, indique ProVie France qui parle de « dogme d’Etat ».

Thibaud

Loi de bioéthique : lançons un avertissement sérieux à la Majorité

« Madame, Monsieur le Sénateur,

C’est avec effarement que j’ai pris connaissance des amendements que la commission des Affaires sociales du sénat a apportés au projet de loi relatif à la bioéthique.
L’ampleur des transgressions prévues est terrifiante : de l’autorisation de la recherche sur l’embryon à la systématisation du diagnostic pré-natal, en passant par le prétendu « bébé-médicament » (qui n’est que le joli nom d’un eugénisme d’Etat).

Les médias ne cessent d’annoncer que le gouvernement et la majorité entreprennent une grande opération de reconquête de l’électorat catholique. Certains journalistes assurent même que c’est le sens de la présence annoncée de Nicolas Sarkozy à la béatification de Jean-Paul II.

Mais les catholiques ne sont pas dupes. Ce qui nous importe, ce n’est évidemment pas tel ou tel geste protocolaire, mais bien la défense de ce que Benoît XVI a appelé, sans la moindre équivoque, les points non négociables: défense de la vie, de la famille, de la liberté éducative.

Avec le projet de loi dans son état actuel, le sénat fait voler en éclats la famille traditionnelle (un enfant pouvant se retrouver avec plusieurs pères et/ou plusieurs mères) et profane la vie innocente.

Croyez bien, Madame, Monsieur le Sénateur, que nous suivrons avec beaucoup d’attention les discussions en séance publique et que nous en tirerons des conséquences lors des prochaines échéances électorales. »

Françoise Dor, RIP

De Jeanne Smits :

Madame Françoise Dor a été rappelée à Dieu le jeudi 24 mars dernier, fête de saint Gabriel et veille de l’Annonciation, fête de l’Incarnation et de toutes les petites vies qui grandissent à l’ombre du cœur de leur maman. C’est la délicatesse de la Providence de faire coïncider la douloureuse réalité de cette mort avec ce qui est devenu, dans de nombreux pays du monde, la « Journée de l’enfant à naître ».

Françoise Dor venait de célébrer, avec son mari, leurs soixante ans de mariage. Cette fidélité-là a permis beaucoup d’autres fidélités, à commencer par la garde de la Parole de Dieu et de sa Loi qui nous demande de respecter la vie, et de la défendre.

Elle épaulait son mari dans ce combat de SOS Tout-petits. A la veille de tomber dans le coma qui allait l’emporter, Mme Dor nous appelait encore pour annoncer l’assemblée générale de l’association. Malgré les vicissitudes, les absences, les déplacements qu’entraînait pour Xavier Dor ce combat pour les droits de l’enfant et surtout, pour les droits de Dieu – et même, les mois d’emprisonnement – Françoise Dor était toujours là, faisant le lien. C’était une très grande dame.

Au Dr Dor, à ses enfants et ses petits-enfants, nous adressons nos condoléances. Que Dieu la reçoive dans sa Lumière, dans ce lieu où elle pourra soutenir encore bien davantage le combat pour la vie !

Le Dr Xavier Dor nous prie enfin d’annoncer les obsèques de son épouse : la messe aura lieu le lundi 4 avril à 9 h 45, en l’église Saint-François-Xavier, Paris 7e.

Thibaud

Mgr Léonard : « le problème de l’avortement concerne tout le monde »

Thibaud

Bruxelles : 3 000 personnes marchent pour la vie, 350 extrémistes pro-mort de sortie…

La deuxième marche pour la vie a eu lieu dimanche 27 mars 2011 à Bruxelles. Selon les services de police, elle a rassemblé 3 000 personnes – soit le double de l’an dernier – dont un très grand nombre de jeunes.

Les manifestants, mobilisés par un collectif d’étudiants et représentatifs de toutes les communautés du pays, demandaient que des efforts soient faits en matière de prévention de l’avortement et de suivi post-IVG. Ils ont insisté sur les études démontrant les conséquences dramatiques de l’IVG sur la femme : « L’avortement arrête un cœur de battre et en brise un autre », pouvait-on lire sur les banderoles. Ils ont enfin alerté sur le nombre sans cesse croissant d’avortements pratiqués en Belgique chaque année.

Des délégations des Pays-Bas, de la Pologne, d’Irlande, d’Allemagne, d’Italie et de France étaient présentes, ainsi que l’archevêque de Malines-Bruxelles, Mgr Léonard. « C’était une manifestation pour que l’on améliore le sort des femmes et pas pour les condamner. De même, comment ne pas se réjouir du caractère éminemment pluraliste de la marche ? Logique, puisque le drame de l’avortement interpelle tout le monde, les croyants comme les non-croyants », a-t-il déclaré. « Toutes les lois peuvent être améliorées. Mon but est de garder les consciences en éveil. Et c’est le travail des hommes politiques d’éventuellement améliorer la loi sur l’avortement. »

La racaille pro-mort de sortie

Dans le même temps, à Bruxelles également, une manifestation pro-mort s’était rassemblée à l’appel du Centre d’Action Laïque, de la Fédération des Centres de Planning et de Consultation, de la Fédération des Centres de Planning Familial des FPS, de la Fédération Laïque de Centres de Planning Familial, de la Fédération des Centres Pluralistes de Planning Familial, du GACEHPA, de la Ligue des Familles et de la Mutualité Socialiste-Solidaris. Pour ces 350 manifestants, la loi « Lallemand-Michielsens » qui légalise l’avortement en Belgique, est aussi un « choix pour la vie » (sic). Le ministre d’Etat Roger Lallemand participait d’ailleurs au rassemblement.

Les organisateurs de la Marche pour la vie font remarquer de leur côté que la loi sur l’avortement est la seule loi qui soit encore contestée 21 ans plus tard.

Thibaud

A Dieu Jean Royer

L’ancien ministre de droite et ex-maire de Tours Jean Royer, ardent partisan du respect de la vie et opposant résolu à la pornographie dans les années 70, est mort vendredi à l’âge de 90 ans. Il souffrait de la maladie d’Alzheimer et avait été admis en début de semaine au CHRU Trousseau de Tours. Il s’est éteint vendredi en début d’après-midi.

Il vivait depuis plusieurs années dans une maison de retraite de la banlieue de Tours, et sa santé avait décliné après une mauvaise chute en 2004.

Jean Royer s’était retiré de la vie politique nationale en 1997 après la fin de son dernier mandat à l’Assemblée nationale, où il avait siégé pendant quatre décennies.

Deux ans plus tôt, il avait été battu aux municipales dans sa ville de Tours, qu’il dirigeait depuis 36 ans, par le socialiste Jean Germain, le maire actuel.

« Courageux, doté d’une inébranlable opiniâtreté, intègre et désintéressé, Jean Royer aura mis sa grande intelligence et une inépuisable force de travail au service d’une seule mais ô combien prenante ambition : servir sa ville, servir son pays qu’il aimait tant l’une et l’autre » note Jean Germain dans un communiqué.

Nicolas Sarkozy salué une « figure emblématique des maires bâtisseurs des grandes villes de France des trente glorieuses. (…) Aussi profondément gaulliste qu’indépendant, il traça son propre sillon, fidèle aux valeurs du général, mais sans intégrer les formations politiques traditionnelles ».

L’ancien ministre de la Culture UMP, Renaud Donnedieu de Vabres, conseiller municipal à Tours, a salué la mémoire d’une « grande figure de notre pays », un « véritable homme d’Etat ». « Homme d’engagement, de passion, de conviction, Jean Royer a été l’architecte des grands projets de Tours ».

Thibaud